Cyberattaques : des hackers russes s'en prennent au Pentagone

 |   |  256  mots
Le Pentagone a assuré avoir mis le système hors-circuit pour mener une enquête approfondie. Le système est donc débranché depuis une quinzaine de jours.
Le Pentagone a assuré avoir mis le système hors-circuit pour mener une enquête approfondie. Le système est donc débranché depuis une quinzaine de jours. (Crédits : © Kacper Pempel / Reuters)
La cyberattaque a visé environ 4.000 civils et militaires travaillant pour l'état-major interarmées. En une minute, les hackers russes sont parvenus à amasser et rediffuser sur internet les informations collectées.

Après le gouvernement américain, c'est au tour de l'armée américaine de subir des vols de données personnelles. Des pirates informatiques russes ont lancé "une cyberattaque sophistiquée" contre un système de courriels non confidentiels de l'état-major interarmées au Pentagone, selon des responsables américains anonymes cités par la chaîne NBC, jeudi 6 août.

L'attaque s'est produite aux alentours du 25 juillet. Elle visait environ 4.000 civils et militaires qui travaillent pour l'état-major interarmées, précise la chaîne. Le Pentagone a assuré avoir mis le système hors-circuit pour mener une enquête approfondie. Le système est donc débranché depuis une quinzaine de jours.

"Par principe et pour des raisons de sécurité opérationnelle, nous ne commentons pas les cyber incidents ou attaques contre nos réseaux", a indiqué la lieutenant-colonel Valerie Henderson, l'une des porte-paroles du Pentagone dans un courriel.

Coordonné par le biais de compte cryptés

Selon les sources de la chaînes, l'attaque était automatisée et a réussi, en moins d'une minute, à amasser et rediffuser sur internet les informations collectées. Le cyberassaut a été coordonné par le biais de compte cryptés et via les réseaux sociaux, ajoutent ces sources.

Celles-ci ne sont pas allées jusqu'à accuser le gouvernement russe d'être à l'origine de l'attaque mais au regard de sa sophistication, l'attaque a sans nul doute été menée par des gens travaillant pour le compte d'une agence gouvernementale, précise NBC.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/08/2015 à 12:34 :
Ben la N.S.A. juste bonne a espionner notre Grand Timonier le roi du Commerce Mondial, l'empereur des affaires financières, le bouclier de la démocratie (ex. l'ARABIE SAOUDITE, LE QATAR) et pas capable de protéger les U.S.A des hackers russes mais c'est à mourir de rire vous en croyez pas !
Réponse de le 07/08/2015 à 14:50 :
Heu bah, ça rappel simplement une chose :

La sécurité sur le(s) réseau(x) sont "inutiles" ça freine mais... Ca freine seulement, la sécurité n'est qu'une question de temps...
a écrit le 07/08/2015 à 9:53 :
Il y a eu la même chose il y a peu, mais des vols orchestrés par la Chine, sur le dos de millions de fonctionnaires américains; il faut voir cela comme une préparation à la guerre, les armées font tout le temps des plans; les armées cherchent à construire l'organigramme ennemi, pour savoir qui est qui , qui est où, où se trouvent les gens importants, et surtout ceux qui se trouvent à des noeuds de communication vitaux( de nos jours les guerres en elle-mêmes sont ultra-rapides c'est l'occupation du sol qui rente lente), ainsi en cas de déclaration de guerre si ces gens sont assassinés( par des forces spéciales déguisées en étudiants ou autre) ou isolés, cela va ralentir voir même rendre inapte la défense ennemie, une forme de pearl harbor moderne pour prendre l'avantage même de quelques heures dans une possible confrontation nucléaire. Les américains feraient bien de créer un max de redondances, et nous aussi.
a écrit le 07/08/2015 à 9:39 :
C'est la NSA qui s'entraine...
Et lorsque qu'on vous découvre c'est forcement les mechants russe ou chinois..
a écrit le 07/08/2015 à 9:11 :
Etonnez vous! C'est ça la mondialisation, il n'y a pas que les US qui ont droit au piratage!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :