Les fuites chez Apple, «un produit dérivé de la mondialisation»

 |   |  440  mots
Un faux iPad mini comparé à un iPad au format actuellement en vente.
Un faux iPad mini comparé à un iPad au format actuellement en vente.
En dépit de consignes de confidentialité plus strictes que jamais à Cupertino, les divulgations d'informations et de photos sur les produits de la firme à la pomme avant leur sortie sont de plus en plus nombreuses. Les salariés d'Apple sont convaincus qu'elles viennent des sous-traitants chinois, selon une enquête du site Ars Technica.

De moins en moins d?effet de surprise et des réactions presque blasées à la sortie. La présentation des dernières nouveautés d?Apple (les trois derniers iPhone, le dernier iPad) a souvent été accueillie avec des haussements d?épaules, des moues déçues devant l?absence de coup de théâtre, après un flot de rumeurs et de photos plus ou moins crédibles ayant circulé plusieurs semaines, et même mois, auparavant. Le site spécialisé Ars Technica (groupe Condé Nast) consacre une longue enquête au «jardin secret d?Apple: la lutte contre les fuites» et laisse la parole à des employés, des ingénieurs de la firme à la pomme. Ces derniers sont convaincus que les fuites ne viennent pas de Cupertino mais d?ailleurs, des sous-traitants chinois: elles sont tout simplement «un produit dérivé de la mondialisation» résume l?auteur de l?article, spécialiste d?Apple chez Ars Technica, Jaqui Cheng.

«Un régime du secret obsolète»
Certes, des fuites sont aussi venues de salariés du siège, souvent aigris. Voire d'improbables maladresses comme la perte d?un prototype d?iPhone 4 dans un bar qui a créé un vrai traumatisme en interne. Mais aussi et surtout de fournisseurs de composants, comme ce fut le cas pour l?iPad mini ou iPad Air qu?Apple doit présenter ce mardi. Les salariés d?Apple racontent qu?au siège de Cupertino le culte du secret n?est pas seulement un souhait de la direction mais aussi une culture de loyauté, de fierté du produit et de respect du travail des autres. «Les milliers de personnes qui travaillent à la fabrication n?ont aucun intérêt direct à garder le secret», observe l?un d?eux. Si ce n?est les réprimandes de leur employeur Foxconn voire le renvoi? «Les pratiques de sécurité d?Apple visent à empêcher que des salariés américains ne fuitent quelque chose, mais tout vient de Chine maintenant. Le régime du secret d?Apple est vraiment obsolète», considère un autre. Un autre salarié raconte la frustration et la déception des ingénieurs lorsque de telles fuites se produisent. Et dans ce cas, ce sont eux, les salariés américains, qui subissent un tour de vis et la multiplication des noms de code. Fataliste, un salarié observe qu?avec une chaîne de fabrication de plus en plus étendue et mondiale, «cela risque de devenir de plus en plus difficile de cacher notre nouveau design et de surprendre les gens avec quoi que ce soit à l?avenir?»
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/10/2012 à 23:20 :
Parce que vous pensez que les fuites sont des erreurs ? Bien sur que non, Apple fait expres de faire les fuites .. Savez vous que les rumeurs sur l'iPhone 5 on fait economiser a Apple 675 millions de dollars de Publicité ?
Apple a tout le temps était très fort dans le marketing, l'iPhone 4 dans le bar a été fait exprès, de même pour les photos de l'iPhone 5 et de l'iPad mini.
a écrit le 24/10/2012 à 7:04 :
Une entreprise ce sont des femmes et des hommes soudés autour d'un leader, enfin c'est ce que c'est censé être. Tout le monde s'implique à la réussite du patron au simple ouvrier spécialisé mais dans la mesure ou en cas de succès chacun soit récompensé. Mais si l'effort consenti ne profite qu'au patron et ses actionnaires en cas de succès faut pas s'attendre non plus à trouver "l'esprit d'entreprise".
C'est Apple qui a voulu cette situation, ils ne pensaient quand même pas que les iSclaves du goulag industriel allaient coller à l'esprit d'entreprise.
a écrit le 23/10/2012 à 18:13 :
Il y a quelques jours, j'ai vu dans un bus d'Helsinki, un spectacle étonnant :
Une femme en burqua (probablement somalienne) manipulant ostensiblement
un i-phone au point de soulever son masque. Cette conjugaison de l'obscurantisme
le plus nul et de la manipulation la plus sordide de la consommation à outrance
m'a fait hurler de rire ! J'ai gardé la photo pour moi !
a écrit le 23/10/2012 à 16:49 :
Ben voyons! Bientôt ils qualifieront de fuites les campagnes de pub à la télé...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :