Piratage massif de cartes SIM : Gemalto minimise les dommages financiers

L'entreprise française spécialisée dans la sécurité numérique poursuit son enquête, dont elle publiera mercredi les résultats. Elle affirmé que ses produits SIM sont "sûrs" après la publication d'un article expliquant que les agences britannique GCHQ et américaine NSA auraient dérobé des clés de cryptage.
Selon le site d'investigation The Intercept, les services de renseignement américain et britannique ont réussi à pirater, au moins en 2010 et 2011, un nombre important de cartes SIM de Gemalto.
Selon le site d'investigation The Intercept, les services de renseignement américain et britannique ont réussi à pirater, au moins en 2010 et 2011, un nombre important de cartes SIM de Gemalto. (Crédits : Luciano Belviso via Flickr CC License by.)

Un faible coût. Gemalto a annoncé lundi 23 février dans un communiqué ne pas s'attendre à subir de préjudice financier "significatif" à la suite d'un piratage présumé de ses cartes SIM par les services de renseignement britanniques et américains.

"Les premières conclusions permettent d'ores et déjà d'indiquer que les produits SIM (ainsi que les cartes bancaires, passeports et autres produits et plateformes) de Gemalto sont sûrs."

Le spécialiste français de la sécurité numérique souligne qu'il "consacre les ressources nécessaires pour enquêter et évaluer l'ampleur des techniques sophistiquées" mises en œuvre par les deux agences spécialisées dans les écoutes.

Résultat de l'enquête mercredi

Vendredi 20 février, un article de The Intercept ayant révélé qu'en 2010 et 2011, une unité spéciale formée d'opérateurs du GCHQ (Government Communications HeadQuarters) anglais et de la NSA (National Security Agency) américaine aurait piraté des clés d'encryptage inscrites dans des cartes SIM par Gemalto et possiblement d'autres fabricants.

"L'entreprise communiquera sur les résultats de ses investigations le mercredi 25 février", est-il indiqué dans le communiqué.

Le site a précisé que ces intrusions ont pu donner à ces services de renseignement les moyens d'intercepter les conversations téléphonies, les SMS et les courriers électroniques de plusieurs milliards d'utilisateurs de téléphones mobiles dans le monde.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 23/02/2015 à 17:45
Signaler
"plusieurs milliards d'utilisateurs de téléphones mobiles dans le monde" Ca, par contre, c'est bien la seule chose sûre...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.