French Tech : Netatmo déniche son nouveau patron chez Dyson

 |   |  345  mots
Mon choix de rejoindre Netatmo a été guidé par ma volonté d'intégrer une entreprise à très fort potentiel de croissance sur un marché extrêmement dynamique, explique Matthew Broadway dans un communiqué.
"Mon choix de rejoindre Netatmo a été guidé par ma volonté d'intégrer une entreprise à très fort potentiel de croissance sur un marché extrêmement dynamique", explique Matthew Broadway dans un communiqué. (Crédits : Netatmo.)
Après avoir passé 10 ans chez le spécialiste de l'électroménager, Matthew Broadway rejoint la startup française spécialiste des objets connectés.

La startup française spécialiste des objets connectés Netatmo, connue notamment pour sa station météo connectée vendue chez Apple, a annoncé vendredi 10 avril dans un communiqué la nomination de Matthew Broadway au poste de directeur général délégué. Il sera chargé de "déployer la stratégie globale de croissance" de l'entreprise et d'assurer son développement à l'international (Europe, Chine et États-Unis).

"[Les] compétences, [le] leadership ainsi que [les] qualités organisationnelles  [de Matthew Broadway] vont permettre d'accélérer le rythme de croissance de l'entreprise. Nous sommes fiers qu'il nous ait rejoints", déclare Frédéric Potter, président et fondateur de Netatmo cité dans le communiqué, qui assurait jusqu'ici la fonction de directeur général

Un spécialiste de l'électronique grand public

Diplômé en Économie et Politique de l'université britannique de Warwick, Matthew Broadway a travaillé pendant 10 ans au sein de l'entreprise d'électroménager Dyson, connue notamment pour ses aspirateurs sans sacs. Après y avoir occupé quelques années le poste de chef du marketing produit, il en est sorti par la grande porte, en tant que directeur commercial du groupe, comme le détaille son profil LinkedIn. Auparavant, il a notamment travaillé au sein du géant de l'électronique Hewlett-Packard et du spécialiste américain des GPS Garmin.

"Mon choix de rejoindre Netatmo a été guidé par ma volonté d'intégrer une entreprise à très fort potentiel de croissance sur un marché extrêmement dynamique", explique-t-il dans le communiqué.

Si la startup française ne communique pas de chiffres sur sa croissance ou ses résultats, elle recrute à tour de bras. Dans une interview accordée en janvier à La Tribune à l'occasion de la présentation au CES de Las Vegas de Welcome, sa caméra intelligente, Frédéric Potter expliquait vouloir recruter "50 à 70 personnes de plus" d'ici la fin de l'année, alors que l'entreprise comptait 71 employés.

>> Aller plus loin Les Français achèteront 2 milliards d'objets connectés dans les 5 ans

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :