En 20 ans, l'empire tentaculaire de Google

Par Anaïs Chérif  |   |  1891  mots
Alphabet, la maison-mère de Google, comprend onze filiales qui regroupent toutes les activités du groupe. (Crédits : Pawel Kopczynski)
[OÙ VA GOOGLE ? 2/10] Si le moteur de recherche en ligne est l’activité principale et la poule aux œufs d’or de Google, Alphabet, sa maison-mère créée en 2015, regroupe une dizaine de filiales aux ambitions démesurées. Tour d’horizon de la galaxie Google.

Il paraît loin, le temps où Google n'était qu'un simple moteur de recherche. Vingt ans après sa création, la startup lancée par deux étudiants fauchés dans un garage de Menlo Park, en Californie, est devenue une multinationale valorisée plus de 850 milliards de dollars. Mais si l'entité Google - qui regroupe tous les services phares comme le moteur de recherche, Gmail, YouTube, Chrome, Maps, Google Cloud ou encore le système d'exploitation mobile Android -, est la machine à cash et la pierre angulaire de l'empire, celle-ci n'est qu'un bras de la pieuvre Alphabet.

Créée en 2015, la maison-mère du groupe héberge un énorme éventail d'activités, preuve des ambitions du géant californien dans de nombreux domaines, de la santé à la deep tech, en passant les drones, la maison connectée, le capital-risque ou encore la smart city.

« L'alphabet représente le langage, une des innovations les plus importantes de l'humanité, et c'est le cœur de l'activité d'indexation de la recherche Google », écrivait en 2015 Larry Page, Pdg du nouveau groupe, dans une note de blog. « C'est aussi alpha-bet ("alpha" pour retour sur investissement et "bet" pour pari, ndlr). »

Car des paris sur des technologies d'avenir, Google en fait à tour de bras. Le géant américain a acquis pas moins de 226 entreprises depuis sa création, contre 209 pour Microsoft et 97 pour Apple. La création d'Alphabet a donc permis d'organiser plus clairement les activités de l'empire Google, devenu tentaculaire avec le temps.

--

[Un graphique de notre partenaire Statista. Cliquer sur l'image pour l'agrandir.]

--

Des "tirs sur la Lune" très coûteux

La holding comprend donc le cœur de métier du groupe - le moteur de recherche financé par la publicité en ligne -, et ses "Other bets" (en français, "autres paris") désignant les activités les plus expérimentales. La firme de Mountain View souhaitait se rendre « plus claire et plus responsable », justifiait Larry Page. Derrière cette restructuration, le Pdg mettait en avant un gain de flexibilité pour le management, devant permettre de développer plus rapidement les activités annexes. Cette manœuvre permettait aussi de rassurer les marchés en leur donnant une meilleure visibilité sur les investissements de Google. Car ces paris « fous » sont très coûteux. Au deuxième trimestre 2018, ils ont enregistré un chiffre d'affaires de 145 millions de dollars (+49,5% par rapport à la même période l'an passé) pour une perte opérationnelle de 732 millions de dollars (+15,6%).

En lançant à-tout-va des projets colossaux, le mastodonte de l'Internet a laissé transparaître une stratégie d'investissements parfois erratique. L'échec de Boston Dynamics est un exemple emblématique. Alphabet s'est séparé de cette entreprise, spécialisée dans la robotique militaire, seulement trois ans après son rachat.

En 2013, l'entreprise californienne s'était lancé tous azimuts dans la robotique en achetant huit startups dans le domaine, dont Boston Dynamics, rapidement devenue la plus populaire grâce à ses robots effrayants et ses vidéos virales sur Internet. Le manque de débouchés et les coûts de production colossaux mettront fin à la division robotique dès 2015. Pas de quoi faire rougir Alphabet pour autant, qui revendique vouloir prendre des risques, quitte à échouer en cours de route. Pour illustrer son ambition de révolutionner de nouveaux secteurs, comme ce qu'il a accompli avec la recherche en ligne, le géant américain parle de « moonshots » (en français, "tirs sur la Lune").

Les 11 branches de la pieuvre Alphabet

  • Google

À lui seul, Google englobe plus d'une vingtaine de ramifications - dont l'activité historique du géant américain, son moteur de recherche et sa régie publicitaire. En clair, cette division est la cash machine d'Alphabet. Cette entité comprend aussi les services Chrome, Gmail, Maps, ainsi que le système d'exploitation Android, la plateforme vidéo YouTube, son service dédié à la réalité virtuelle ou encore la plateforme Google Cloud, comprenant l'ensemble de ses services cloud. DeepMind, entreprise spécialisée dans l'intelligence artificielle et rachetée par Google en 2014 pour 628 millions de dollars, y figure également. Dernier arrivé en février 2018 : Nest Labs, auparavant indépendant au sein du groupe depuis son rachat en 2014 par Alphabet. Créé en 2010 en Californie, il avait été acheté pour 3,2 milliards de dollars - devenant ainsi la 2e acquisition la plus coûteuse dans l'histoire du groupe. Spécialisée à ses débuts dans les thermostats connectés et les détecteurs de fumée, la startup vise à incorporer l'assistant virtuel de Google dans tous ses gadgets.

Cette division comprend également l'organisation philanthropique Google.org et des activités dédiées à l'accompagnement des entreprises :  l'incubateur de startups Launchpad Accelerator, le fonds de capital-risque Gradient Ventures dédié aux innovations dans l'IA ou encore,  le fonds Capital G.

  • X

Ce laboratoire, souvent décrit comme « secret », n'a plus rien d'un mystère. Depuis 2010, il est en charge de l'innovation de rupture chez Alphabet pour « créer de nouvelles technologies radicales et résoudre certains problèmes mondiaux parmi les plus compliqués ». Il a vocation à incuber des projets, avant de leur donner leur indépendance au sein du groupe - comme cela a été le cas pour Waymo, Verily, Chronicle Security, Loon et Wing. Actuellement, X travaille toujours sur les fameuses « Google glass » (lunettes connectées). Le projet Makani, permettant de produire de l'énergie grâce à des voiles inspirées du kite surf, est toujours dans les tuyaux.

  • Loon

Ce projet vise à connecter à Internet des régions isolées grâce à des ballons-transmetteurs se déplaçant dans la stratosphère. La première connexion établie via ce mécanisme remonte à juin 2013, en Nouvelle-Zélande. Depuis, ces ballons ont enregistrés des records de vol de 190 jours. Mi-juillet, Loon est passé à la vitesse supérieure en annonçant déployer pour la première fois commercialement ses ballons au Kenya à l'horizon 2019.

  • Wing

A l'instar de Loon, Wing est devenue une filiale à part entière d'Alphabet en juillet 2018  - quittant le cocon du laboratoire X où elle évoluait depuis 2014. Cette entité développe un système de livraison par drones, concurrençant ainsi Amazon Prime Air. Wing, qui a obtenu l'autorisation de procéder à ses premiers tests dès 2016, est toujours en phase de  test.

  • Waymo

Dès 2009, le géant américain développe au sein du laboratoire X sa « Google Car », voiture autonome. Elle réalise son premier voyage entièrement autonome sur voie publique - c'est-à-dire sans pilote à l'intérieur de la voiture - en octobre 2015. Une première mondiale. Fort de ses succès, la filiale devient une division à part entière en 2016. L'année dernière, Waymo a accéléré les tests grandeur nature sur les routes américaines, en revendiquant avoir parcouru 2 millions de miles sur un an (plus de 3 millions de kilomètres).

  • GV

Ce fonds est le bras armé d'Alphabet pour l'investissement dans les startups. Lancé en 2009 sous le nom de Google Ventures, il était initialement doté de 100 millions de dollars. Dix ans plus tard, il dispose de 3,5 milliards de dollars d'actifs. GV revendique de grands noms dans son portefeuille, comme la messagerie d'entreprise Slack et Uber, dans lequel il a investi 258 millions de dollars en 2013.

Depuis le début de l'année, GV a déjà réalisé 45 investissements, dont 23 en tant qu'actionnaire principal. Au total, le fonds revendique 575 investissements dans les secteurs de la santé, l'intelligence artificielle, la robotique, les transports, mais aussi la cybersécurité et l'agriculture. Son mot d'ordre : une grande marge de manœuvre vis-à-vis des investissements stratégiques d'Alphabet, posée comme condition sine qua non dès les débuts par Bill Maris, Pdg du fonds jusqu'en 2016. Une division européenne avait été créée en 2014 - GV promettait alors d'investir 125 millions de dollars dans les startups du Vieux Continent, avant de se retirer dès 2015.

  • Calico

Après avoir révolutionné Internet, Google s'est donné pour mission de défier la mort en créant en 2013 Calico, société de recherche en biotechnologie. Sa mission : « lutter contre le vieillissement et les maladies associées ». Si cet investissement peut paraître loin du cœur de métier d'Alphabet, cela n'a rien d'étonnant pour Larry Page et Sergueï Brin, co-fondateurs de Google. Les deux milliardaires se réclament du transhumanisme, courant de pensée qui mise sur la technologie pour permettre à l'homme d'en finir avec les maladies et si possible, la mort.

  • Verily

Cette filiale santé est née de l'acquisition de Lift Labs, spécialisé dans les couverts intelligents, par Google en 2014 pour un montant non communiqué.  Sa mission officielle : « créer des équipements permettant de collecter et d'analyser des données de santé afin de prévenir et améliorer le traitement des maladies ». Parmi ses projets, Verily a développé des lentilles de contact permettant de contrôler le niveau de glucose chez les personnes diabétiques ou encore, créé une cuillère pour les personnes ayant des tremblements, comme les malades atteints de Parkinson. En avril dernier, Verily a déclaré vouloir « cartographier la santé humaine » - rien que ça - en recrutant 10.000 volontaires pendant quatre ans minimum pour constituer une large base de données médicales.

  • Sidewalk Labs

Fondée en 2014, cette entité dédiée à la smart city vise à répondre aux grandes problématiques urbaines grâce à la technologie : comment réduire la consommation d'énergie ? Comment désengorger le trafic routier ? Comment réduire le coût des loyers ? En 2016, la filiale annonçait un partenariat avec le département américain des Transports pour aider à décongestionner le trafic routier. Sidewalk a alors lancé « Flow », une plateforme agrégeant de larges quantités de données anonymisées et récupérées à partir de Google Maps, de bornes Wi-Fi publiques ou encore de parcmètres connectés... L'idée étant de pouvoir proposer des alternatives aux utilisateurs, comme du co-voiturage ou des vélos en libre-service. Sidewalk Labs a reçu fin juillet l'accord de la mairie de Toronto pour son premier projet d'envergure. La filiale va y créer un « quartier du futur » sur près de 5 hectares. Si Sidewalk n'a pas encore communiqué sur des projets concrets de construction, il s'est déjà engagé à investir 50 millions de dollars pour ce quartier high tech.

  • Google Fiber

Lancé en 2010, ce projet de réseau en fibre à ultra haut-débit promettait des vitesses de transmission 100 fois supérieures à celles des réseaux alors disponibles. Le premier déploiement est effectué dès 2012, à Kansas City aux Etats-Unis, suivi par Austin en 2014. Alors que la presse américaine relate des rumeurs de déploiements trop coûteux, Google Fiber marque « une pause » en 2016. Sans justification précise, la filiale dit vouloir « affiner son approche ». Le projet, relancé en 2017, revendique désormais 19 villes aux Etats-Unis - dont Miami, San Francisco et Atlanta.

  • Chronicle Security

Après deux ans de développement au sein du laboratoire X, cette société dédiée à la cybersécurité des entreprises a été lancée en janvier 2018. "Nous voulons aider à repérer et arrêter les cyberattaques avant qu'elles ne causent des dommages", expliquait alors Stephen Gillet, co-fondateur et Pdg de Chronicle Security. Pour l'instant, Alphabet ne s'est pas montré bavard quant au futur de son dernier bébé.