En France, Google veut changer de dimension

 |   |  373  mots
Sébastien Missoffe a pris la tête de Google France en avril dernier.
Sébastien Missoffe a pris la tête de Google France en avril dernier. (Crédits : Frédéric Thual)
Lors d’une Matinale de la Disruption, organisée ce mardi par La Tribune avec la CCI Paris/Ile-de-France, Sébastien Missoffe, le patron de l’antenne française du géant américain, a confirmé qu’il allait augmenter sensiblement ses effectifs en France, de 700 à 1.000 collaborateurs l’année prochaine. A ses yeux, Google doit jouer un rôle plus important pour aider les entreprises à se saisir du numérique.

Depuis qu'il a pris les rênes de Google France au printemps dernier, Sébastien Missoffe, ancien de chez L'Oréal, souhaite mettre les bouchées doubles dans l'Hexagone. Lors d'une Matinale de la Disruption, organisée ce mardi par La Tribune, le nouveau chef de file de l'antenne du géant américain a confirmé qu'il souhaitait changer de dimension. Concrètement, les effectifs français du mastodonte de Mountain View vont passer de 700 à 1.000 collaborateurs dans le courant de l'année prochaine. Pour accueillir ces nouveaux arrivants, Google France a racheté un immeuble de bureaux à côté de son siège actuel, dans le quartier parisien de Saint-Lazare. Et ainsi disposer de 20.000 m² de bureaux, contre 10.000 m² auparavant.

Pourquoi ces investissements ? Parce que Google France veut jouer un rôle plus actif dans la digitalisation des entreprises françaises, qu'il souhaite convertir à ses propres outils. « Aujourd'hui, la transformation numérique des entreprises constitue une opportunité », a indiqué Sébastien Missoffe. Pour y arriver, il mise gros sur « la formation ». Depuis 2014, le groupe a mis au point une stratégie consistant à se rendre dans des dizaines de villes partout en France. Son objectif : familiariser les utilisateurs, les entreprises et les étudiants aux outils de la firme.

Digitalisation des entreprises

Une démarche, qui selon lui, doit notamment permettre aux TPE et PME de profiter des outils numériques (réseaux sociaux, sites mobiles...) pour doper leur croissance. Sébastien Missoffe affirme que depuis 2014, Google a formé « plus de 150.000 personnes », et passera la barre des 70.000 personnes cette année. A l'en croire, la France, qui n'est que « 16ème au classement de la digitalisation des pays de l'OCDE », peut faire largement mieux.

Questionné sur les stratagèmes de Google pour contourner le fisc, le patron de Google de France ne s'est pas trop épanché. Il a simplement rappelé qu'« à l'heure de l'économie dématérialisée », la donne fiscale avait changé . Et que cette question était « au cœur des discussions au niveau européen ». Pour lui, il est faux de dire que Google ne paye pas d'impôts. « Nous payons des impôts à hauteur de 20% », affirme-t-il, soulignant que « la question ne porte pas sur le montant, mais où et dans quel pays payer ».

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2017 à 0:37 :
Utiliser Internet le digital oui, mettre son informatique en cloud les logiciels SaaS est une erreur fondamentale qui ne sert que l’espionnage et la fuite des richesses de l’entreprises....
a écrit le 25/10/2017 à 14:03 :
Enfin la France va rentrer dans la cour des grands, rivaliser avec les plus grands et devenir un pays leader au monde !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :