Facebook : nouveau scandale de collecte de données, colère d'Apple

 |   |  599  mots
(Crédits : Reuters)
Le réseau social de Mark Zuckerberg a payé des cobayes de 13 à 35 ans (donc y compris des enfants mineurs) pour disséquer leurs habitudes sur smartphone. Une expérience critiquée par le site TechCrunch qui reproche au réseau le fait que les participants étaient incapables d'estimer à quoi ils s'exposaient. Ces révélations ont aussi mis très en colère Apple pour qui le réseau a "clairement enfreint" son interdiction formelle faites à tout développeur d'app de s'adresser au consommateur, une atteinte inadmissible à la protection des usagers et de leurs données.

Facebook a reconnu mercredi avoir payé des usagers, y compris de jeunes adolescents, afin de disséquer leurs habitudes sur leur smartphone tout en assurant l'avoir fait en toute transparence, une révélation qui a suscité le courroux d'Apple.

Le réseau social de Mark Zuckerberg répondait à des informations du site américain spécialisé dans les technologies TechCrunch, selon lequel il était virtuellement impossible pour les volontaires --de 13 à 35 ans, payés 20 dollars par mois-- de savoir précisément ce à quoi ils s'exposaient en acceptant de participer.

"Moins de 5%" étaient des enfants mineurs, plaide Facebook

Facebook ne nie pas l'existence de ce programme de collecte contre rémunération mais insiste sur le fait que les usagers ayant accepté d'y participer l'ont fait en parfaite connaissance de cause. "Moins de 5% des gens qui ont accepté de participer à ce programme d'étude de marché étaient des adolescents", a aussi souligné le groupe, rappelant que le programme était explicitement appelé "Facebook Research App".

"Tous avaient l'autorisation écrite de leurs parents", a souligné un porte-parole du réseau social pour sa défense dans un bref communiqué.

Apple bloque les iPhone des employés de Facebook pour le test d'apps mais pas seulement...

Très en colère, Apple a vivement réagi à ces informations, estimant que Facebook avait "clairement enfreint" ses accords d'utilisation des applications de recherche, censées rester internes aux entreprises. La marque à la pomme a dans la foulée bloqué la possibilité pour les employés de Facebook de tester des "apps" sur leur iPhone, en annulant un certificat électronique d'autorisation.

Apple a également annoncé avoir suspendu l'"app" ("Facebook Research App") sur ses appareils mobiles.

Mais selon le site d'informations économiques Business Insider, cela vient aussi bloquer sur les iPhone d'autres applications, qui sont utilisées en interne quotidiennement par les employés de Facebook et qui leur permettent de communiquer entre eux ou de réserver leurs places dans les navettes de l'entreprise.

"Nous avons conçu le 'Programme entreprise développeurs' en prévoyant la distribution des apps uniquement de façon interne aux organisations. Facebook a utilisé sa qualité de membre (de ce programme) pour distribuer une application de collecte de données à des consommateurs, ce qui enfreint clairement leur accord avec Apple", a écrit le groupe dans un courriel à l'AFP.

"Tout développeur qui utilise son autorisation d'entreprise pour distribuer des apps à des consommateurs verra son autorisation annulée, c'est ce que nous avons fait en l'occurrence pour protéger nos usagers et leurs données", a ajouté le groupe, qui tacle régulièrement Facebook en se posant comme le protecteur de la confidentialité des données.

Un nouveau scandale au moment où Facebook présente ses résultats

Cette nouvelle révélation autour des méthodes de Facebook tombe au moment où le groupe, qui doit présenter ses résultats financiers mercredi, tente de surmonter l'impact de scandales à répétition, de la diffusion de données à l'insu des usagers, à la sous-estimation des manipulations politiques sur la plateforme par la Russie lors de la présidentielle américaine 2016, en passant par les attaques en règle contre ses critiques.

Pour sa défense mercredi, Facebook a accusé TechCrunch d'avoir "ignoré des éléments importants du programme". Le groupe californien nie qu'il s'agissait d'un programme secret et rejette la notion d'"espionnage". "Les gens qui ont accepté de signer pour y participer ont été dûment informés par un processus très clair demandant leur permission et ont été payés pour leur participation", a-t-il insisté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/02/2019 à 10:19 :
On se demande si ces "colères" de Tim Cook traduisent l'absence d'idées nouvelles de l'entreprise Apple ou bien une incitation indirecte a adhérer aux services Apple supposés alors plus "sécurisés".
Restera à savoir si tout le monde a envie de vivre dans une prison de haute sécurité.
a écrit le 31/01/2019 à 14:46 :
Un pas de plus vers le démantèlement de Facebook. Qu'attend-on pour placer Mister Z au ballon ? Il serait temps qu'une action d'envergure internationale mette hors de nuire cette entreprise dont, rappelons-le au passage, nul ne saurait expliquer son modèle économique autrement que par de la publicité. C'est faible quand même.
a écrit le 31/01/2019 à 13:44 :
"Volkswagen accusé d'avoir testé des gaz d'échappement sur des humains et des singes" https://www.ladepeche.fr/article/2018/01/29/2731404-volkswagen-accuse-avoir-teste-gaz-echappement-humains-singes.html

Ah ça, dans le domaine de non respect de la vie humaine on sera toujours plus fort que les autres en UE.
Réponse de le 01/02/2019 à 10:19 :
Ce n'est pas toute l'Europe qui a expérimenté les chambres à gaz.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :