Intel abaisse ses prévisions dans un marché du PC morose

 |   |  459  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'américain Intel, a annoncé mardi un bénéfice net en baisse de 4% sur un an à 2,8 milliards de dollars au deuxième trimestre, meilleur que prévu mais assorti d'un chiffre d'affaires décevant et de prévisions abaissées. Le numéro un mondial des semiconducteurs craint notamment que les ventes de PC pâtissent d'une conjoncture mondiale déprimée et de l'engouement pour les tablettes.

Intel a livré mardi une prévision peu optimiste pour son chiffre d'affaires du trimestre en cours, confirmant les appréhensions de ceux qui craignent que les ventes de PC pâtissent d'une conjoncture mondiale déprimée et de l'engouement pour les tablettes. Le leader mondial des semiconducteurs a en outre revu à la baisse sa prévision de croissance du chiffre d'affaires pour 2012, à une fourchette de 3% à 5%, alors qu'il anticipait auparavant une croissance "dans le haut d'une marge à un chiffre". La nouvelle projection d'Intel est conforme à celles de bon nombre d'investisseurs qui les avaient eux-mêmes réduites. Ce seul fait a amorti le recul de l'action en après-Bourse.

Numéro un des PC mais en retard sur les tablettes

"Au vu des événements macroéconomiques observés au deuxième trimestre, on pensait que la prévision d'origine était quelque peu optimiste", a dit Craig Ellis, analyste de Caris & Company. "On se serait fait du souci s'il avait maintenu cet objectif mais il ne l'a pas fait". Intel fournit les microprocesseurs de 80% des PC de la planète mais il n'a pas percé dans le segment des tablettes et des smartphones que domine le britannique ARM Holdings. "La croissance saisonnière que projette Intel est inférieure à la normale. Cela prend en compte à l'évidence les conditions macroéconomiques mondiales", dit Doug Freedman, analyte de RBC. "Une demande saisonnière normale pour les PC donnerait pour le troisième trimestre une croissance de 9% à 10% au moins et la prévision d'Intel est largement en deçà".

Bénéfice meilleur qu'attendu

Le chiffre d'affaires trimestriel a été de 13,5 milliards de dollars contre 13,03 milliards un an auparavant. "Le deuxième trimestre a été marqué par (...) une robustesse continue des centres de données et de multiples lancements de produits, dans les Ultrabooks et les téléphones multifonctions", a commenté Paul Otellini, directeur général d'Intel. Le fabricant anticipe pour le troisième trimestre un chiffre d'affaires de 14,3 milliards de dollars, plus ou moins 500 millions. "Avec une offre étendue d'Ultrabook et de tablettes (utilisant des microprocesseurs Intel) et de lancements de téléphones portables pendant le deuxième semestre, outre les investissements de long terme que nous faisons sur nos produits et nos sites de fabrication, nous sommes bien positionnés pour cette année et au-delà", a conclu Paul Otellini.

Le bénéfice net GAAP est en baisse de 4% sur un an à 2,8 milliards de dollars, soit 54 cents par action, contre 2,95 milliards un an plus tôt. Le groupe fait toutefois mieux que prévu puisque le consensus des analystes donnait 52 cents. L'action Intel a perdu 1,5% en après-Bourse, avant de réduire ses pertes. Elle avait terminé la séance en hausse de 1% environ.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/07/2012 à 12:03 :
Le choc Samsung se fait sentir et ne manquera pas d'accentuer la pression face à une offre japonaise qui a disparue et des propositions américaines disparates. La force de frappe de notre ami coréen montera en puissance de manière exponentielle pour submerger le marché du hard et des ultra terminaux. Quelle part des services intelligents sera capable de surnager dans cette marée ? Autrement dit est-ce que les services réduiront le hard au rang de l'accessoire ou au contraire ce dernier siphonera t-il les services grâce à son offre multiple mais cohérente ? Apple a montré que l'on pouvait faire du service depuis le hard. On sait déjà que la très grande partie du contenu et donc des services sera récupérée par les compagnies de téléphone, seules garantes de codes d'entrée. Elles prendront le pas sur les pure plays en action actuellement, les Facebook et autres Google. Les opérateurs aussi travaillent indirectement de fait une partie du hard avec le réseau. Ils pourraient devoir préserver leur technologie en achetant des industriels comme Alcatel car une technologie ultra terminale du hard semble se dessiner qui permettrait une prestation mondialisée qui décloisonnerait les opérateurs classiques. Elle permettrait au "fournisseur" Samsung de devenir opérateur volant. Dans ce contexte la recomposition du paysage des entreprises américaine n'a que trop tardé. Intel serait avisé de se réfugier dans les bras de IBM pour trouver les moyens d'apporter une réponse plausible.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :