AppCity, un moteur de recherche d'applis mobiles

 |   |  316  mots
Le site Web, qui recense tous les mini-logiciels existants, teste un abonnement à 5 euros par semaine.

Plus de 200.000 applications sont disponibles sur l'App Store d'Apple pour les possesseurs d'iPhone, plus de 28.000 sur l'Android Market pour les détenteurs de smartphones fonctionnant avec le système d'exploitation de Google. Dans cette jungle de mini-logiciels pour téléphones mobiles, les utilisateurs ne trouvent pas toujours ce qu'ils cherchent et les développeurs ont du mal à sortir du lot. AppCity prétend remédier à ce problème. Cette start-up a lancé début juin un moteur de recherche pour applications mobiles, sorte de magasin universel pour tout type d'appareils.

Il suffit d'entrer le nom du modèle, une catégorie (finance, sport, voyage, etc) et une fourchette de prix pour obtenir la liste des programmes compatibles avec son téléphone.

Une formule à volonté

Lancé en français et en anglais, avant une version espagnole et une chinoise à la fin de l'année, ce site Web recense toutes les applications par système d'exploitation ou plate-forme (iPhone, BlackBerry, Ovi de Nokia, Android). Pour l'instant, AppCity renvoie directement sur le site d'iTunes, d'Ovi, etc. Mais la start-up teste, pour un lancement prévu à la rentrée, un abonnement à 5 euros la semaine permettant de télécharger à volonté des applications, le paiement se faisant sur la facture de téléphone mobile ou du fournisseur d'accès à internet de l'utilisateur.

"Nous faisons le pari d'une formule payante. Nous pensons pouvoir négocier des tarifs, comme Amazon dans les livres, lorsque nous aurons atteint un certain effet volume", explique Paul Amsellem, le cofondateur d'AppCity, qui fut l'un des créateurs du pionnier du marketing mobile, Phone Valley. À terme, il espère que 70 % des recettes proviendront des abonnements, le solde étant généré par la publicité classique sous forme de bannières (10 % à 15 %) et par les liens commerciaux (10 % à 15 % également). AppCity vise un chiffre d'affaires de 2 millions d'euros en 2011 et l'équilibre au début de l'année prochaine.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/12/2010 à 17:46 :
Il faut relativiser le nombre d'applications mobile, il y en aura bientôt autant que de sites web, alors qu'un unique navigateur peut remplacer beaucoup de ces applications.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :