Abus de position dominante : Google absous mais toujours surveillé

 |   |  256  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Après avoir épinglé à titre conservatoire le géant Internet américain en juin dernier pour abus de position dominante sur le marché de la publicité, l'Autorité française de la concurrence met fin à la procédure. Sans, pour autant, baisser la garde.

Dans une décision sur le fond rendue ce jeudi, l'autorité française de la concurrence a décidé de clôturer la procédure contre Google pour abus de position dominante sur le marché des liens sponsorisés, le groupe captant en France 90% des recherches par mots-clés via sa régie publicitaire AdWords.

Saisie par l'entreprise française de géolocalisation Navx, l'Autorité avait conclu en juin dernier à un abus de position dominante et décidé, dans l'attente de sa décision au fond, "de prononcer des mesures d'urgence à l'encontre du géant américain Internet, estimant que la politique de contenus du service AdWords avait été mise en oeuvre par Google dans des conditions (...) qui conduisaient à traiter de façon discriminatoire les fournisseurs de base de données radars", sommant le groupe de clarifier le règlement AdWords dans un délai de quatre mois.

Le géant américain "s'est engagé à rendre plus transparent et prévisible pour les annonceurs le fonctionnement de son service AdWords concernant les dispositifs de contournement des contrôles routiers en France", indique ce jeudi le régulateur dans son communiqué. "Navx se félicite donc de constater aujourd'hui que, suite à sa saisine de l'Autorité de la Concurrence, Google s'engage enfin à modifier son contrat Adwords, et ce sur plusieurs points" commente La start-up dans un communqiué publié ce jeudi dans la foulée de la décision.

Google n'a qu'à bien se tenir. Il "devra respecter sous peine de sanctions" ses engagements, prévient l'autorité. Dont acte.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :