La fermeture de Megaupload a profité à l'offre légale de vidéos

 |   |  327  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Megaupload ayant été fermé avec fracas en janvier, les internautes en France se sont en partie reportés sur une partie des sites légaux (gratuits pour le rattrapage des chaînes et payants pour la vidéo à la demande). L'Hadopi révèle ce mercredi que leur audience à cru de 25% depuis janvier.

N'en déplaisent aux "Anonymous", la fermeture de Megaupload n'a pas empêché les internautes de visionner des vidéos en ligne. Et les sites légaux en ont directement profité. L'audience des sites gratuits de télévision de rattrapage et payants de vidéo à la demande (VOD) a en effet augmenté de 25,7% dans la seconde moitié de janvier, après la fermeture du plus grand site de téléchargement illégal. C'est ce qu'a annoncé l'Hadopi mercredi. L'organisme indique ainsi que pour période du 1er au 18 janvier, l'Hadopi relève ainsi que 748.000 visiteurs uniques quotidiens sont passés sur des sites de VOD et de rattrapage, puis 941.000 entre le 19 et le 31 janvier, soit une hausse de 25,7%. L'audience de la télévision de rattrapage a crû de 25% pendant cette période et celle de la VOD de 35%.

 Le site Megaupload.com permettait d'héberger des fichiers et de les partager sur l'internet. Il offrait des milliers de films, séries, émissions de télévision ou chansons en libre accès, par téléchargement direct ou en "streaming", permettant une lecture en continu, sans téléchargement.

Chute d'audience pour les autres sites de streaming gratuit 

Si sa fermeture a visiblement profité aux sites de "rattrapage" des chaînes et à ceux proposant la VOD payante, d'autres sites de streaming ont vu leur audience baisser. "Dans le même temps, on constate une diminution de 20% du nombre moyen de visiteurs uniques quotidiens sur les sites (gratuits, NDLR) de streaming, entre la période du 1er au 18 janvier 2012 et celle du 18 au 31 janvier 2012", précise la Haute autorité pour la diffusion des oeuvres et la protection des droits sur internet (Hadopi).

Ces évolutions s'expliquent "certainement par un déplacement des utilisateurs vers les offres légales directement substituables, accessibles sur le web depuis un ordinateur personnel", conclut l'Hadopi, qui se base sur un échantillon de 50 sites représentant les diverses formes d'offre légale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2012 à 14:44 :
Bonjour ! Je vis a Bucarest, la ou l'on a seulement TV5, MEZZO et EURONEWS (vf), car disparues depuis des lustres les chaines M6, ARTE, TF1, F2. Des DVD en français plus rares que les diamants bleus ou les pepites d'un kilo. Et alors ? La Roumanie est membre de la francophonie, mais selon mes amis de l'Internet, les autres pays de l'organisation, hors Europe, peuvent mieux se vanter dans le domaine. Aidez-nous ne pas devenir un peuplade d'expression hongroise, car parmi les 100 chaines câblées de la compagne budapestoise RDS-RCS, 7 sont d'expression des habitants de la pousta. Ne nous oubliez pas aux portes d'Occident, aux portes de l'Enfer !!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :