Siemens a sa "boîte à idées" participative

 |   |  375  mots
Reuters
Reuters (Crédits : reuters.com)
Courant 2012, Alistair Gammie, cadre de Siemens au Royaume-Uni, s'apprête à signer un contrat de 11 millions d'euros auprès d'une société brésilienne de matériel de diagnostic médical. Mais en visitant l'usine, il déchante vite en s'apercevant d'un problème de lecture de codes-barres.

Selon le directeur de l'usine, un million d'entre eux sont imprimés chaque mois et vérifiés visuellement par des employés. Mais d'après lui, des erreurs d'impression passent parfois à travers les mailles du filet.

Alistair Gammie se retrouve donc dans l'impasse : d'un point de vue logistique, ces erreurs sont source de gros problèmes, puisque certains produits pharmaceutiques pourraient alors être envoyés à la mauvaise personne.

Ne sachant que faire et pressé par le temps, Alistair Gammie jette une bouteille à la mer : il expose son problème un vendredi soir via la fonction « demande urgente » de TechnoWeb, la plate-forme collaborative dédiée aux nouvelles technologies de Siemens.

Le lendemain matin, en plein week-end, il découvre pas moins de 23 messages dans sa boîte e-mail venus de collègues allemands, indiens et américains.

Une solution trouvée en deux jours

Grâce à cette aide, il parvient à trouver une solution en deux jours pour automatiser l'inspection des codes-barres. Et décroche finalement son contrat.

Le recours à TechnoWeb est solidement enraciné dans la culture de Siemens. Le géant allemand des hautes technologies - présent dans l'industrie, l'énergie et la santé - a lancé cette plate-forme interne en 1999, bien avant les succès de Facebook ou de Twitter.

« Au début, l'outil n'était destiné qu'aux chercheurs et ingénieurs de la branche recherche-développement, explique Michael Heiss, du département Corporate Technology du groupe.
Nous avons étendu l'outil, qui compte 37.000 utilisateurs, à tous les départements du groupe en 2009. »

Siemens voit dans cette mise en réseau des cerveaux un catalyseur de l'innovation. À côté de la fonction « demande urgente » - qui permet de mobiliser les experts de domaines différents via un système de mots-clés -, TechnoWeb se présente visuellement comme une page Facebook. Une fois connecté, on y trouve son profil, son fil d'actualité, ses communautés, ses centres d'intérêt et ses hashtags favoris.

« Chacun peut créer une communauté ou un sujet dédié à une technologie », détaille Michael Heiss.

Si personne ne répond, le sujet passe à la trappe. C'est seulement s'il suscite débats et commentaires qu'il démontre son intérêt. Et peut ainsi remonter en haut lieu.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :