2021, l'année du retour sur Terre pour la téléconsultation médicale ?

 |  | 734 mots
Lecture 4 min.
le grand bond en avant de la téléconsultation a nécessité des dérogations massives au cadre fixé par la loi. En avril, des négociations s'ouvriront avec les syndicats pour encadrer la pratique hors de l'état d'urgence sanitaire, prévu jusqu'au 1er juin.
le grand bond en avant de la téléconsultation a nécessité des dérogations massives au cadre fixé par la loi. En avril, des négociations s'ouvriront avec les syndicats pour encadrer la pratique hors de l'état d'urgence sanitaire, prévu jusqu'au 1er juin. (Crédits : DR)
Avec 19 millions d'actes remboursés par la Sécu, 2020 a été "l'année de l'explosion" de la téléconsultation, déjouant toutes les prévisions et les réticences, grâce à des règles d'exception qui devront être renégociées d'ici l'été.

C'est peu dire que la téléconsultation doit tout au coronavirus. Avant l'épidémie, l'Assurance maladie recensait à peine 320.000 actes en 18 mois, depuis le début du remboursement en septembre 2018. Des résultats en forme d'échec pour les pouvoirs publics, qui tablaient à l'origine sur un demi-million en 2019, puis un million en 2020.

Mais la pandémie de la Covid-19 a donné un brusque coup d'accélération à cette pratique jusqu'alors marginale : d'après l'Assurance maladie, il y a eu 19 millions d'actes de téléconsultations remboursés en 2020. Soit 19 fois plus que ses prédictions, avec des records à plus d'un million de téléconsultations par semaine en avril, pendant le premier confinement.

Lire aussi : Coronavirus : explosion des téléconsultations en France, Doctolib grand gagnant

La pratique est en train de s'ancrer

Depuis la fin du...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/01/2021 à 17:15 :
Je vais commander une webcam chez Amaz* (ou LDL* voire FNA*), la tour que j'ai construite y a qq années n'en a pas (jamais eu le besoin donc pas prévu), il faut anticiper les besoins, mais je crois que ça ne peut être qu'un médecin qui nous connait et qu'on est déjà allé consulter, bon j'annule ma commande.
Comme l'argent liquide vs les chèques et la CB, il y a une multitude de moyens de consultation, selon le besoin (renouvellement pour un cas stable, autre). Le système classique est enrichi par quelques touches de modernité numérique (la fibre optique & 4(5)G ça peut aider aussi, l'ADSL est parfois asthmatique dans certains coins).
a écrit le 18/01/2021 à 15:45 :
"l'explosion" de la téléconsultation, déjouant toutes les prévisions et les réticences"

En même temps, si ,il n'y a plus d'autre choix que de passer par un ordi pour joindre un médecin ,prendre un rdv par doctomachin cela laisse plus beaucoup de choix à un patient reticent ou pas.
a écrit le 18/01/2021 à 12:06 :
Avec moins de médecins de toutes façons il faudra bien trouver une solution afin de remplir les caisses des groupes pharmaceutiques hein, voilà ici ma foi une magnifique aubaine qui bien gérée pourra faire encore mieux.
Réponse de le 18/01/2021 à 17:10 :
vous consultez souvent ? Et avec ce système vous allez consulter encore plus ? Rien que pour vous rassurer ? Non, donc comment vont-ils remplir les caisses des groupes pharmaceutiques ? Je suis mauvais élève, ça fait bien 15-18 ans [un peu avant que déclarer un médecin traitant est apparu] que j'ai pas vu un médecin (hors médecine du travail qui m'a même dosé le PSA pour mes 55 ans, c'est informatif) sauf dentiste. Pas de besoin = pas de consultation, bon, mon dernier vaccin c'est TABDT de l'armée du S/N en 1978, peut-être qq chose à voir la dessus, tétanos au moins. :-)
Réponse de le 19/01/2021 à 8:44 :
" vous consultez souvent ?"

Parce que tu penses sans rire que mon cas est général ? La généralité ce sont tout ces gens apeurés par la propagande des médias de masse.

Un peu de sérieux stp, merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :