Le salon du livre reste porte de Versailles

Le secteur de l'édition s'est mis d'accord sur la localisation de son salon, mais pas encore sur le nouveau président de son syndicat.
(Crédits : salon Livre et AFP)

Le monde de l?édition n?est pas encore d?accord sur son futur représentant. Le président sortant du Syndicat National de l?Edition Serge Eyrolles a déclaré ce mercredi qu?il restait à son poste jusqu?à la prochaine assemblée générale, qui se tiendra le 24 juin, et espérer trouver d?ici là un successeur qui "fédérera tout le monde".

En revanche, le secteur est d?accord pour maintenir son salon à la porte de Versailles, a annoncé Serge Eyrolles. La 31ème édition se tiendra donc du 18 au 23 mars 2011, avec pour invités les pays nordiques. Un retour du salon au Grand Palais est donc écarté pour l?instant.

"Il faut faire évoluer les choses", car "on ne peut pas rester sur une tendance baissière", a convenu Serge Eyrolles. Hervé de la Martinière, PDG du groupe éponyme, s?est défini comme "contestataire mais solidaire". Selon lui, la baisse de la fréquentation montre qu?"il y a toujours un problème d?animation". "Il faudra que le Salon l?an prochain soit plus vivant, plus interactif. Dans ces conditions, nous reviendrons", a-t-il ajouté auprès de l?AFP.

La 30ème édition, qui a fermé ses portes ce mercredi, a attiré 190.000 visiteurs, dont seulement 20% à 25% payants, avec un prix d?entrée passé cette année de 7 à 9 euros. La fréquentation est donc en baisse de 8% par rapport à 2009 -"une année exceptionnelle"- mais une hausse de 15% par rapport à 2008, a indiqué le commissaire du salon Bertrand Morisset.

Antoine Gallimard, PDG du groupe éponyme, a évoqué des ventes en baisse de 8% sur le salon, à 200.000 euros. Vincent Montagne, pdg de Media Participations, a parlé d?un recul de 3%. Enfin, Hervé de la Martinière (qui avait réduit sa présence de 30% cette année) a déploré une baisse "sensible" sur la littérature, et une "très grosse baisse" des livres illustrés.

Cette édition a été marquée par l?absence de plusieurs éditeurs comme Hachette ou Bayard. "La surface occupée a été quasiment la même", a assuré Bertrand Morisset. Il a démenti avoir gonflé la surface occupée en offrant des stands aux pays africains, qui au contraire , "ont payé rubis sur l?ongle".

Enfin, le marché consacré à la vente de droits pour des adaptations audiovisuelles a été un "grand succès", réunissant 60 à 70 éditeurs, 160 à 200 producteurs, soit au total 600 à 700 rendez-vous.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.