"Chaque nouveau loisir qui apparaît suscite des craintes"

 |   |  854  mots
Photo Gameblog
Photo Gameblog
Mercredi s'ouvre à Cologne la GamesCom, plus important salon de jeux vidéo au monde. A cette occasion, La Tribune a interviewé Julien Chièze, co-fondateur du site Gameblog.fr. Créé il y a quatre ans et demi avec pour credo "le jeu vidéo autrement", Gameblog est devenu le quatrième site du secteur derrière jeuxvideo.com (Hi Media), jeuxvideo.fr (M6) et gamekult. Son "podcast" est le premier consacré au jeu vidéo, et le seizième le plus téléchargé, tous "podcasts" confondus sur l'année 2010. Le site est financé par la publicité et des services payants. L'équilibre est prévu en 2013. Ankama (développeur français du jeu en ligne Dofus) possède 49% du capital, et les fondateurs 51%.

Pourquoi la Gamescom est un rendez-vous important ?

 C'est tout simplement le plus important salon de jeux vidéo au monde en terme d'affluence, avec près de 250.000 visiteurs en 2010. Pendant quatre jours, le salon accueille aussi bien les professionnels (qui ont une partie réservée) que le grand public. C'est aussi le moment d'annonces pour les éditeurs de jeux comme pour les fabricants de consoles, même si l'E3, à Los Angeles, reste la référence. Sony devrait par exemple y dévoiler la date de lancement de sa console portable PS Vita, et le français Quantic Dream pourrait aussi y dévoiler des nouveautés.

Que faudrait-il pour que la France se dote d'un évènement international ?

 Il faudrait d'abord installer un salon dans la durée, alors que l'histoire récente a été plutôt chaotique. Il y a d'abord eu à partir de 2006 le Festival du Jeu vidéo, mais la dernière édition a été une déception en raison d'un faible nombre d'exposants. En 2010, les éditeurs de jeux ont décidé de quitter le Festival pour créer leur propre salon, le Paris Games Week, qui a de fait tué le Festival. Officiellement, le Paris Games Week a drainé 120.000 personnes en trois jours avec dans le lot beaucoup d'invitations gratuites. Il faudra donc voir comment se comportera l'édition de cette année.

 Bémol de l'année dernière, le Paris Games Week était très PlayStation centric -peut être y'a-t-il un rapport avec le fait que Georges Fornay ait pris la présidence du SELL (Syndicat des Editeurs de Logiciels de Loisirs) qui organisait le salon. Il faudrait être plus ouvert, et que la grande scène soit le c?ur d'un spectacle dédié à tous les acteurs du marché.

Enfin, il faut aussi plus d'annonces exclusives, qui sont aujourd'hui réservées aux salons de Los Angeles en juin (E3), de Cologne en août et de Tokyo en septembre. Pour cela, les français Ubisoft, Quantic Dream et Ankama pourraient montrer la voie, et réserver certaines annonces pour le salon. Pourquoi le mondial de l'auto a-t-il autant de succès à Paris ? Car il présente des modèles en avant-première, c'est la même chose pour le monde du jeu vidéo. Mais il est vrai que le calendrier des salons est déjà bien saturé. Pour exister au niveau international, il faut donc créer un attrait, et cela passerait par des exclusivités, des annonces.

Comment expliquez-vous que le jeu vidéo soit souvent associé à des comportements violents, comme l'a encore récemment illustré le violent massacre en Norvège ?

 C'est assez désespérant. Les psychologues sont unanimes : il n'y a pas de causalité entre un comportement violent et un jeu vidéo violent, qui a plutôt des vertus cathartiques. D'ailleurs, ces dernières années, le jeu vidéo a explosé partout dans le monde, tandis que les violences physiques ont reculé. Et aux Pays-Bas, une clinique qui voulait se consacrer à l'addiction aux jeux vidéo a dû changer d'orientation au bout de six mois.

Notez que la plupart des jeux vidéo qui marchent le mieux sont grand public et non violents, comme les jeux sportifs ou ceux sur la Kinect et la Wii. Les jeux interdits aux moins de 18 ans sont minoritaires en volume, même si certains connaissent bien évidemment d'énormes succès. Et c'est normal: l'âge moyen des joueurs est désormais de plus de 30 ans. Il faut une offre pour chaque public. D'ailleurs, l'âge minimal est clairement indiqué sur la boîte. Les parents peuvent aussi imposer un âge minimal sur la console de leurs enfants en utilisant le contrôle parental, c'est particulièrement aisé. C'est aussi une question de responsabilité parental de surveiller ce qu'utilise leurs enfants.

Malgré tout cela, dès qu'il y a un fait divers, les médias parlent tout de suite des jeux vidéo que possède l'auteur du fait divers, alors que les médias ne s'intéressent pas à ses films ou à ses livres. Or il est presque normal aujourd'hui de trouver chez un jeune "Call of duty" ou "World of warcaft" qui se sont écoulés à des dizaines de millions d'exemplaires. De même, lorsqu'on parle de jeux vidéo à la télévision, on a plus tendance à inviter un psychologue que son créateur, comme on le ferait pour un film ou un livre. Pour ce qui s'est passé en Norvège, le tueur a été on ne peut plus cynique: il a dit avoir raconté jouer à "World of warcraft" pour qu'on ne lui pose pas de questions sur ses occupations. N'oublions pas qu'à chaque fois qu'un loisir est apparu - surtout chez les jeunes -, il a suscité des craintes - en général chez les plus vieux. On craignait que la télévision tue le livre, ou que le rock soit satanique... Hélas, je pense que c'est une question de génération, ces préjugés disparaîtront ainsi au fur et à mesure.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/08/2011 à 10:28 :
Par contre y'a t-il une source sure pour dire que la gamescom est le plus important salon de gaming au monde? Sauf erreur de ma part il me semblais que c'etait le TGS, et l'E3 en 2ème.
a écrit le 16/08/2011 à 9:58 :
Le problème que rencontre le jeu vidéo contrairement au cinéma ou a la littérature, c'est que le point de vue est purement extérieur, tout comme le manga avais connu ce problème il fut un temps gràce a un formidable duo ségolène royal-familles de france...
Quand un film est violent, on cherche a voir plus loin, et on en fait l'éloge si justement plus loin, il y a de la profondeur. Certains films violents ont connu le succès a la fois via les critiques et le public (les films de tarantino par exemple) et ils ont été loués parceque justement, sur une violence extérieur, on a quelque chose de tout a fait profond.
Le jeu vidéo rencontre un problème différent, peu importe le fond, si la forme est violente ca ne passe pas, certains jeux comme Silent Hill ont pourtant, en terme de profondeur, bien peu de rivaux, tout arts confondus, mais c'est violent ce ne prend pas...d'autres comme la sérié des Left 4 Dead, sur une forme extrèmement violente, met en avant l'esprit d'équipe a un niveau presque jamais vu. Même chose pour le tant critiqué World of warcraft.
Les gens se basent sur GTA pour donner un avis global sur le jeu vidéo, mais les parents ne sont-ils pas la pour poser des limites? C'est a eux de le faire, pas aux vendeurs de chez GAME/Micromiania (qui pourtant le font !)

Il y a des normes PEGI qui sont la pour avertir le consommateur, si ils n'y font pas attention, ce n'est pas aux autres de payer pour cela.
Réponse de le 17/08/2011 à 9:26 :
c est tellement vrai ce que vous dites sur les magasins et le roles des parents:

Petit exemple tout bete vous parliez de GTA, a la sortie du dernier je me pointe a une caisse de micromania, devant moi une mere et son fils de 12/13 ans, le vendeur lui precise "vous savez que c est un jeux interdit au moins de 18 ans, car violent...." Reponse de la mere " oh c est pas grave il y a deja joué chez un copain..."

Tout est dit si les parents ne se dechargaient pas d une partie de leur role sur la tele/jeux video et faisaient l effort de partager un peu ce loisir comme pour le sport, le cine.... On aurait pas toutes ces debilités sorties par des pseudo bien pensant....

Quand on voit que le CSA contraint les chaine a diffuser les programmes violents en seconde partie de soiree pour "proteger" les mineurs de moins de 12 ans.....

Quand on voit que certains momes erent dans les rues apres minuit....


Le probleme c est pas les jeux vidéos violent, ni le cinéma violent, ni le rock (qu on diabolisait) c est la demission de l autorite parentale.
Réponse de le 17/08/2011 à 10:31 :
Ce qui est très drole, c'est qu'on assiste a un véritable paradoxe sur la violence, on en vois de plus en plus partout, a un point ou c'en est presque devenu banal, on vois des cadavres mutilés par la guerre a la télévision, et de manière purement réelle, rien a voir avec du fictif. Et pourtant dés qu'on vois un peu trop de sang et de vicères sur un jeu vidéo, la ca deviens choquant !!! Hypocrisie de la société actuelle, et pas seulement de la france (le plus gros touché par le problème actuellement est bien entendu la norvège, avec plusieurs interdictions de vente a cause du massacre récent !)
Réponse de le 17/08/2011 à 10:38 :
Pour avoir travailler dans une grande ancienne spécialiste, j'ai un nombre de cas similaire au votre absoluement gigantesque !
Nous avions une borne en plein milieu du magasin sur laquelle nous avions l'obligation de mettre des jeux au maximum déconseillé aux moins de 12ans, chose rare, mon directeur régional me demande de mettre un jeu interdit aux moins de 18 ans (c'etait brutal legend pour les connaisseurs...) en me disant comme justification : "On s'en fout les parents s'en plaindront pas"...je le prenais pour un fou, jusqu'a ce que je me rende compte que... 1 mois plus tard...personne ne s'etait plaint...
Réponse de le 17/08/2011 à 14:22 :
Tout a fait, on peut egalement remarquer si je ne m abuse les derniers best seller de la litterature pour ados adapté au cine ou a la tele c est quand meme Twillight, Vampire Diaries... euh en terme de violence merci mais c est quand meme pas anodin non? meme Harry potter a son lot de violence et la on felicite les auteurs...sans parler des Blade et autre Underworld....

TF1 se permet meme de diffuser Vampire Diaries le samedi vers 16H.... j ai vu cette serie et si le debut reste proche d un truc pour ados ca vire vite au thriller horrifique d ailleur logiquement c est interdit au moins de 12 ans, pour la premiere saison, la suite m est avis que cela sera plutot 16. Et la encore on felicite TF1 pour la diffusion de cette adaptation....


Hypocrisie quand tu nous tiens....
Réponse de le 18/08/2011 à 7:31 :
La france a un problème, manque de surveillance, manque d'autorité, contrairement a l'UK ou l'australie qui eux ont un surplus de censure.
a écrit le 16/08/2011 à 8:15 :
Le jeu vidéo reste pourtant bien mis a mal par les médias, entre familles de france, cette association d'imbéciles intégristes, et les journaux télévisés, ainsi que la presse papier, qui met tout sur le dos des jeux vidéos au moindre crime...
a écrit le 16/08/2011 à 8:12 :
Un sujet écrit par un gamer, c'est formidable, merci monsieur de publier pour une fois un article qui ne crache pas sans arrêt sur le jeu vidéo. J'apprécie vraiment le geste.
a écrit le 14/08/2011 à 16:20 :
"C'est assez désespérant. Les psychologues sont unanimes : il n'y a pas de causalité entre un comportement violent et un jeu vidéo violent, qui a plutôt des vertus cathartiques. "
Pour une personne équilibrée et socialement épanouie oui pas de problèmes, pour les "piétinés" par la vie un peu moins sur.
Réponse de le 16/08/2011 à 10:04 :
La vérité c'est que : Le danger dans le jeu vidéo viens de l'addiction, l'addiction viens du plaisir.
A partir du moment ou on prend plaisir a faire quelque chose, peu importe ce que c'est, il y'a un risque d'addiction.
Les psychologues l'ont démontré, on peut être accro au jeu vidéo, evidemment, mais aussi a la lecture, a la télévision, a la musique, a la drogue, a la cigarette, a l'alcool, a la conduite...
a écrit le 12/08/2011 à 16:26 :
Bonne interview d'un professionnel, ca fait du bien !
Réponse de le 13/08/2011 à 8:18 :
Julien chièze a travaillé un temps sur la chaine "game one" c est un bon pro il connait trés bien le secteur .Le jeu vidéo a beaucoup changé en 20 ans la moyenne d age a augmenté (il n est plus rare de voir papy et mamie joue a la wi ou a kinect avec leurs petits enfants , en plus c est un bon exercice) Les clichés tombent peu à peu beaucoup (enormement meme) de joueuses et pas seulement dans les jeux tout mignons , c est une industrie qui rapporte deja plus que le cinéma avec des scénarios parfois vraiment blueuffants On entend quand meme moins de reflexions debiles du genre "joueurs de jeux videos= debiles a moitiés autistes) mais comme c est dit dans le reportage tout les nouveaux loisirs ont connu ca Moi qui ait fait des jeux de roles pendant des années c est aussi un loisir ou on a entendu du tout et surtout du n importe quoi
Réponse de le 16/08/2011 à 8:18 :
Tiens, nous nous retrouvons ! J'ai également pratiqué les jeux en lignes pendant moultes années, et ca m'a toujours choqué qu'on me fasse passer pour un psycopathe...mais plus ca va et plus certains médias ne prennent pas l'avis de faux psychologues a 2 francs, mais l'avis de personnes qui connaissent vraiment leur métier.
a écrit le 12/08/2011 à 13:22 :
Un sujet léger, ca fait du bien!
Une industrie, une vraie, qui produit et rapporte de l'argent, ca fait du bien!
Des passionnés, des artistes, des entrepreneurs, ca fait du bien!
Réponse de le 12/08/2011 à 13:37 :
votre commentaire fait également du bien ! :), pas de débat, d'imposition de ses idées comme pour d'autres sujets d'actualités ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :