Les auteurs de Hachette interpellent Amazon dans une lettre ouverte

 |   |  378  mots
Les auteurs se disent victimes de la bataille entre Hachette et le géant du commerce en ligne qui veut unilatéralement baisser les prix des e-books.
Les auteurs se disent victimes de la bataille entre Hachette et le géant du commerce en ligne qui veut unilatéralement baisser les prix des "e-books". (Crédits : reuters.com)
Lassés d'être les victimes du bras de fer entre le géant de la vente en ligne et celui de l'édition, les auteurs de Hachette Book Group aux Etats-Unis ont décidé de s'adresser directement au conseil d'administration d'Amazon.com pour tenter de sortir de l'impasse sur les prix des livres numériques.

Ils veulent que le conflit s'arrête.  Les auteurs se disent victimes de la bataille ouverte depuis plusieurs mois entre Hachette, quatrième éditeur de livres aux Etats-Unis et filiale de Lagardère, et le géant du commerce en ligne qui veut unilatéralement baisser les prix des "e-books".

Un premier appel à leurs lecteurs

Les écrivains et leurs soutiens se sont regroupés au sein d'un collectif baptisé Authors United (Auteurs unis) qui compte quelque 1.100 membres. Lundi matin, ils publiaient un communiqué s'adressant d'abord à leurs lecteurs, avant de s'adresser au conseil d'administration d'Amazon.

"Nous estimons qu'aucun vendeur de livres ne devrait bloquer leur diffusion ou décourager les clients de commander l'ouvrage qu'ils souhaitent. Ce n'est pas juste de la part d'Amazon de cibler un groupe d'auteurs qui n'est pas responsable du conflit."

Selon le New York Times, le collectif est en train de préparer une lettre ouverte accusant Amazon d'entacher sa réputation avec le conflit, au risque de ternir également la réputation de ses administrateurs.

Dénonçant "la contradiction de ses propres promesses d'être l'entreprise la plus proche de ses clients", ils demandent aux administrateurs s'ils tiennent vraiment à être "personnellement associés" à ces pratiques.

Des prix trop chers selon Amazon

Le mois dernier, Authors United avait passé une publicité dans le NYT pour demander aux lecteurs d'envoyer des courriels de protestation à Jeff Bezos, le patron d'Amazon. Amazon de son côté avait invité ses clients à s'adresser directement au directeur général de Hachette.

Pour Amazon, les prix demandés de 14,99 ou 19,99 dollars pour les livres numériques sont trop chers et impossibles à justifier compte tenu du coût de revient plus bas des livres sans papier. Des prix plus bas, fait-il valoir, augmenteraient les volumes de vente en permettant ainsi aux auteurs de toucher plus de droits.

Parmi les membres du conseil d'administration d'Amazon figurent Patricia Q. Stonesifer, ancienne dirigeante de la Fondation Gates ; Jamie S. Gorelick, ministre adjoint de la Justice sous l'administration Clinton ; Thomas O. Ryder, ancien directeur général de Reader's Digest et Judith McGrath, ex-présidente du conseil d'administration de MTV dont le mandat débute le mois prochain. Le conseil est présidé par Jeff Bezos, le fondateur et directeur général d'Amazon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/09/2014 à 15:30 :
Les auteurs sont bien gentils mais j'ai essayé d'acheter un ebooks sur Amazon il était plus cher que la version papier qui est en livre de poche. donc quand les éditeurs et les auteurs ne nous prendrons plus pour des pigeons ont pourra discuter pour l'instant ils favorisent juste les sites de piratages. Aucune leçon n'a été tirée des mésaventures des vendeurs de disquse et de films. Si vous ne proposer pas une offre attrayante , la nature ayant horreur du vide vous favoriser in fine le développement des sites pirates et une fois que c'est fait c'est très difficile de revenir en arrière.. Dans l'industrie quand une nouveauté se présente on l'utilise pour vendre ces produits on ne le rejette pas.
Réponse de le 15/09/2014 à 18:15 :
Les livres numériques sont plus chers que les livres papiers car l'encre numérique coûte très chère. :o)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :