Royaume-Uni : Bruxelles balaye le mariage 02-Three

 |   |  325  mots
Selon la Commission, l’opération aurait aussi entravé l'innovation dans le secteur.
Selon la Commission, l’opération aurait aussi entravé l'innovation dans le secteur. (Crédits : © Darren Staples / Reuters)
La Commission européenne a décidé d’interdire le rachat de l’opérateur 02 par le conglomérat chinois Hutchison Whampoa, déjà propriétaire de Three. Pour l’institution, l’opération aurait beaucoup trop réduit la concurrence dans le pays.

La décision était attendue, et avait même déjà fuité dans de nombreux médias. De fait, ce mercredi, la Commission européenne a annoncé qu'elle interdisait le rachat par le conglomérat hongkongais Hutchison Whampoa de l'opérateur britannique de téléphonie mobile O2, détenu actuellement par l'espagnol Telefonica. L'institution justifie sa décision par les « vives craintes » que suscitait le projet en matière de concurrence.

-> Télécoms : Bruxelles dirait « non » à la consolidation au Royaume-Uni

L'exécutif européen « a bloqué le projet de rachat en vertu du règlement de l'UE sur les concentrations (...) craignant fortement de voir ce rachat se traduire à la fois par un choix plus limité et des prix plus élevés pour les consommateurs britanniques de téléphonie mobile », a-t-il indiqué dans un communiqué. Selon la Commission, l'opération aurait aussi entravé l'innovation dans le secteur.

De « vives craintes »

L'opération aurait associé O2, numéro 2 de la téléphonie mobile au Royaume-Uni, à Three UK, numéro 4, détenu par Hutchison, créant un nouveau leader dans ce pays.

« L'entité issue de la concentration n'aurait plus eu à subir la concurrence que de deux opérateurs de réseau mobile, Everything Everywhere (EE), appartenant à BT, et Vodafone », a déclaré la Commission.

« Les mesures correctives proposées par Hutchison n'ont pas permis d'apaiser les vives craintes suscitées par le rachat », selon Bruxelles.

Souvent, dans le cadre de grandes fusions, les entreprises qui se marient proposent notamment de se délester d'un certain nombre d'activités pour recevoir le feu vert des autorités de la concurrence. Contrôlé par le magnat Li Ka-Shing, l'un des plus riches hommes d'Asie, le conglomérat hongkongais Hutchison Whampoa avait annoncé en janvier 2015 l'acquisition du concurrent O2. Fin octobre 2015, la Commission européenne avait annoncé l'ouverture d'une enquête approfondie pour déterminer si ce projet nuirait à la concurrence en Grande-Bretagne.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 11/05/2016 à 15:38 :
Il faut appliquer aux investisseurs Chinois les méthodes qu'ils appliquent chez eux.
Il est impossible d'investir dans leur pays sans avoir un partenaire chinois, faisons la même politique, cela évitera l'achat de terre agricole à des prix anormalement élevés, par exemple.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :