Covoiturage : Klaxit s'allie avec Coovia et prend le leadership en Occitanie

 |   |  555  mots
(Crédits : Klaxit)
L'ex-WayzUp permettra à Coovia de commercialiser sa plateforme de covoiturage courte distance à des entreprises et institutionnels. Cet accord permet à la start-up fondée par Julien Honnart et Cyrille Courtière d'accélérer sa stratégie de déploiement territorial tout en posant les bases d'une offensive à l'international...

Plus rien n'arrête le développement à marche forcée de Klaxit, ex-WayzUp ! La startup fondée par Julien Honnart et Cyrille Courtière a annoncé la signature d'un partenariat avec la jeune pousse toulousaine Coovia spécialisée dans le covoiturage dans la région Occitanie.

Avec ce partenariat qui ne revêt aucun caractère capitalistique, contrairement au rachat d'OpenCar en novembre 2017, Coovia adopte la plateforme de Klaxit. Cette plateforme est commercialisée à des entreprises ou des institutionnels qui décident de mettre en place à leurs salariés ou administrés, un service de covoiturage. Klaxit, contrairement à IdVroom par exemple, est spécialisé dans le covoiturage courte distance, mais dans une démarche BtoB.

Une force commerciale décisive pour Klaxit

Ce partenariat est la suite logique du repositionnement stratégique de Coovia. La startup toulousaine a été cédée en début d'année par son fondateur, David Larcher, à ses salariés, qui ont décidé de passer à une démarche BtoB. Avec la plateforme Klaxit, Coovia abandonne le développement (coûteux) de sa plateforme et se concentre dans le commercial et le marketing.

Lire aussi: la startup Coovia change d'équipe pour son virage vers le BtoB

Pour Julien Honnart, ce partenariat permet à Klaxit d'accélérer sa stratégie de déploiement territorial. « Coovia n'est pas seulement une force commerciale supplémentaire pour Klaxit, c'est une dynamique commerciale décisive grâce à sa bonne connaissance du territoire et ses partenariats avec des entreprises et des acteurs locaux conséquents », explique Julien Honnart à La Tribune. Coovia a ainsi signé un accord avec Tisseo, le syndicat des transports en commun de l'agglomération toulousaine, lui donnant accès à un important gisement de covoitureurs potentiels.

Avec cet accord, Klaxit se repose ainsi sur Coovia pour son développement commercial dans la région Occitanie, et renonce, de fait, à l'autre activité qui consiste à des prestations aux entreprises autour du covoiturage comme le conseil, l'animation, le suivi et le reporting. Pour Julien Honnart, la priorité c'est d'acquérir de la masse critique qui permet de multiplier les points de contact entre covoitureurs et ainsi s'imposer comme une plateforme incontournable. « Les abonnements sont beaucoup plus rémunérateurs que nos activités de conseil », affirme Julien Honnart.

Consolider le marché français avant de passer à l'international

Julien Honnart poursuit donc sa stratégie de partenariats pour accélérer son développement. Le 8 février dernier, il avait annoncé une levée de fonds de 3 millions d'euros. Il avait alors fait entrer de nouveaux acteurs comme Sodexo, une multinationale dédiée aux services aux entreprises (85% du chiffre d'affaires hors de France). Il espère ainsi être accompagné dans le déploiement de solutions dans le portefeuille de clients de ses actionnaires. Il estime toutefois que sa priorité est de consolider ses positions sur le territoire français. "Le marché français du covoiturage est énorme... Devenir leader en France permettrait d'être plus gros qu'un Blablacar", avait alors expliqué Julien Honnart. "Tout se joue en France", avait-il insisté

Malin, car si Julien Honnart veut aller très vite, il ne souhaite pas pour autant perdre le contrôle de son entreprise avec des levées de fonds pharaoniques. Avec ce partenariat, il poursuit son développement sans s'acquitter de coûteux frais d'acquisitions.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :