Les start-ups de Rennes Métropole-Saint-Malo dépassent les 80 millions d’euros levés en 2020

 |  | 742 mots
Lecture 4 min.
Les 3 millions d'euros réunis par Vita DX accélèrent la phase de commercialisation de sa solution de détection précoce du cancer de la vessie.
Les 3 millions d'euros réunis par Vita DX accélèrent la phase de commercialisation de sa solution de détection précoce du cancer de la vessie. (Crédits : Le Poool)
Les jeunes pousses de Rennes Métropole et de Saint-Malo ont poursuivi leur croissance en 2020. 31 start-ups développant des innovations dans la cybersécurité, les CleanTech, les Medtech ou l’immobilier, ont levé plus de 80 millions d’euros cumulés l’an passé. Malgré la pandémie, les investisseurs ont financé plus d’entreprises qu’en 2019.

La vitalité du territoire rennais et de son écosystème de start-ups ne se dément pas. L'an passé, le secteur a bien résisté à la crise, et malgré le ralentissement de l'activité, la pandémie n'a pas freiné l'intérêt des investisseurs. Trente-et-une jeunes pousses du territoire ont ainsi levé collectivement plus de 80 millions d'euros afin de financer leur développement.

Un « bon score », juge la structure d'accompagnement Le Poool (ex-French Tech Rennes-Saint-Malo), puisqu'en 2019 les 118 millions d'euros collectés par les nouvelles entreprises innovantes de Rennes Métropole avaient été dopés par la levée de 32 millions d'euros réalisée par Hoppen (ex-Télécom Santé).

Plusieurs secteurs ont particulièrement attiré les investisseurs, friands d'innovations dans la cybersécurité, les CleanTech, les Medtech voire l'immobilier.

« 2020 a été une bonne année au regard de la crise que nous traversons, signe que les...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :