France Télécom règle le litige Mobinil sans casse financière

 |   |  347  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le groupe France Télécom verse 300 millions de dollars à Orascom 
Telecom contre un pacte d'actionnaires plus favorable, pour prendre le contrôle de l'opérateur mobile égyptien Mobinil. Un montant inférieur aux 1,5 milliard d'euros qu'aurait coûté une OPA.

Un accord équilibré. Conclu la semaine dernière, mais détaillé seulement mardi, l'accord entre France Télécom et Orascom Telecom pour régler leur différent sur l'opérateur égyptien Mobinil ne laissera pas trop de traces sur les comptes du groupe français. Contrairement à ce que pouvaient laisser craindre plusieurs mois de lutte acharnée entre les directions des deux parties.

Un réglement moins coûuteux qu'une OPA

L'accord envoyé mardi à l'autorité de supervision de marché égyptienne prévoit que France Télécom verse 300 millions de dollars (227 millions d'euros) à Orascom Telecom, « un montant acceptable au regard des concessions des différentes parties », estiment les analystes télécoms d'Oddo Securities. Cette somme est en tout cas, nettement inférieure aux 1,5 milliard d'euros qu'aurait coûté sur le champ une OPA sur la partie du capital que ne détient pas France Télécom.

Sortie organisée

En échange de ces 300 millions de dollars, les deux groupes mettent fin à tous leurs litiges, en Égypte et à l'étranger. Surtout, Orascom Telecom accepte une modification du pacte d'actionnaires avec la mise en place d'un système d'options organisant la vente à l'horizon 2013 de sa participation dans l'opérateur égyptien.

Cette sortie organisée, et à des prix arrêtés, remplace une clause de l'ancien pacte d'actionnaires à l'origine du conflit entre les deux partenaires. Celle qui prévoyait la possibilité pour l'une des deux parties de racheter la participation de l'autre en cas de désaccord sur la stratégie du groupe via un système d'enchères.

Les résultats de Mobinil seront consolidés en totalité

Grâce à ce nouveau pacte d'actionnaires, France Télécom pourra, dès qu'il entrera en vigueur, consolider dans ses comptes la totalité des résultats de Mobinil et non plus proportionnellement à sa participation comme c'est le cas actuellement.
Cet armistice devenait urgent car Mobinil commençait à souffrir de ce conflit de direction et d'actionnaires. Au premier trimestre 2010, la marge brute opérationnelle du premier opérateur égyptien est ainsi tombée à 40,1 %, 6 points de moins qu'un an auparavant.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :