Sursis pour le crédit "revolving"

 |   |  140  mots
La proposition de loi visant à supprimer les crédits renouvelables a été rejetée.

Fustigé par les associations de consommateurs, mis en cause dans 70% des dossiers de surendettement, le crédit "revolving", également surnommé crédit "revolver" avait fait l'objet d'une proposition de loi à l'Assemblée nationale. Le député socialiste Jean-Marc Ayrault avait proposé qu'il soit purement et simplement supprimé.

Une proposition qui a été rejetée aujourd'hui en première lecture. Le projet de réforme sur le crédit à la consommation, initié par Christine Lagarde, prévoit toutefois que le crédit renouvelable fasse l'objet de plusieurs mesures afin de renforcer la protection du consommateur. Ainsi, les risques liés à l'octroi d'un crédit de ce type devront être clairement explicités par l'établissement.

De son côté, la nouvelle tentative d'instaurer une "action de groupe" ("class action" à l'américaine) à l'initiative d'une association de consommateurs a également été rejetée.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/11/2009 à 12:45 :
Cette agitation est purement démagogique et hypocrite,les pouvoirs publics savent trés bien qu'en supprimant les crédits revolving la consommation chuterait de 15ou 20 % !!! avec chomage à la clef et spirale infernale.Les sociétés de credit meme avec un fort taux d'impayés gagnent énormément d'argent avec des taux à plus de 20% .La preuve les commissions de surendettement effacent systematiquement les créances de ces organismes sans qu'ils ne contestent .Quant aux consommateurs à proteger ils ne demandent rien sinon de pouvoir consommer et s'acheter un écran plat à 39,90 ? /mois ,le taux et la durée du crédit ce n'est pas leur souci !!! de toute façon ils signent les yeux fermés .
a écrit le 21/10/2009 à 12:09 :
La suppression du crédit revolving ne se ferra pas, pour pluieurs raisons, augmentation des dossiers de surendettement car des ménages devraient rembourser 2 à 3 crédits revolving d'un coup, une consommation des ménages déjà faible qui chuterait encore plus, la prise de conscience que de plus en plus de ménage ne s'en sortent pas au quotidien et sont obligés de vivre à crédit de plus en plus pour le strict minimum...tout cela n'est pas politiquement correct. Mieux vaut garder le pourcentage de perte que représente les dossiers en commission de surendettement, cela s'appelle la gestion du risque calculé.
a écrit le 21/10/2009 à 11:29 :
TOUT CECI EST SCANDALEUX, ET POUR LES CREDIT REVOLVING ET SURTOUT POUR LES CLASS ACTION !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :