Un nouveau courtier pour négocier l'assurance de son crédit immobilier

 |   |  389  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Depuis la loi Lagarde, les emprunteurs peuvent librement choisir leur assurance de prêt. AcommeAssure s'est lancé ce mercredi dans la bataille.

Christine Lagarde crée décidément des vocations ! Depuis l'entrée en vigueur de sa réforme sur l'assurance emprunteur en septembre, les initiatives se multiplient dans le domaine. Ce mercredi, c'est au tour d'AcommeAssure, filiale du groupe Spir Communication, de se lancer dans la bataille.

Mais de quoi s'agit-il au juste ? L'assurance emprunteur, ou assurance de prêt, garantit qu'en cas de pépin, la compagnie viendra rembourser les mensualités d'un crédit immobilier à la place de l'emprunteur. Jusqu'alors la banque qui accordait le crédit pouvait obliger l'emprunteur à s'assurer chez elle. Depuis la réforme, elle est tenue d'accepter que son client souscrive chez la concurrence, pour peu que le contrat présente des garanties au moins équivalentes. C'est ce qu'on appelle la « délégation d'assurance ».

Voilà pourquoi les courtiers et comparateurs fleurissent depuis quelques mois. Et il y a du pain sur la planche : jusqu'à présent, les clients ont tendance à négocier pied à pied le taux du crédit mais se désintéressent du coût de l'assurance. Assurland, Hyperassur, Kelassur... les comparateurs en ligne sont déjà légion. « Mais dans ce domaine, il faut coller au plus près au besoin du client » résume Arnaud Giraudon, président de AcommeAssure, qui se positionne comme « courtier conseil ».

une équipe de Douze personnes

Plutôt que de recenser toute l'offre du marché, le petit nouveau a préféré présélectionner seulement trois contrats (de Suravenir, Alptis et Afi-Esca). Les critères de choix ? Les tarifs et les garanties, bien sûr, mais aussi la rapidité de souscription et la qualité de l'indemnisation.

Concrètement, avant de souscrire - ou de renégocier - son assurance de prêt, l'internaute commence par remplir un formulaire. Ces données sont ensuite analysées par une équipe de douze personnes et les offres sont classées selon l'économie réalisable et l'étendue des garanties (prise en charge de l'invalidité permanente partielle, option perte de travail, etc.). Le service transmet ensuite le dossier aux assureurs, lesquels formulent une offre définitive.

AcommeAssure n'est toutefois pas le seul sur le créneau du courtage : citons Magnolia, mais aussi les courtiers en crédits comme Empruntis ou Meilleurtaux, qui travaillent déjà avec une quinzaine de partenaires, dont les incontournables April et Cardif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/03/2011 à 13:05 :
Je suis de plus en plus étonné du manque d'investigation d'un journal qui se dit compétent. Tout d'abord mais peut-être que votre aveuglement pour les politiques laisse au vestiare les critiques réeeles car Mme Lagarde auatnt dans son ancien poste au commerce extérieur ou dans l'actuel est INCAPABLE de communiquer un chiffre juste ou tout simplement réaliste. Pour ce qui est des assurances je me suis rendu dans ma manque pour un prêt immo aprèsd l'offre TEG j'ai demandé expliqué au conseiller que je voulais voir aillleurs la part assurance REPONSE DANS CE CAS NOUS NE POURRONS PAS MAINTENIR LE TAUX DU PRET PROPOSE bravo M. le journaliste d'écrire sans investgation, La TRIBUNE BAISSE EN COLMPETENCES
Réponse de le 08/03/2011 à 16:23 :
Laissez les journalistes là où ils sont, prenez vous en aux banquiers, c presque aussi vain :

Dans son article L. 312-9, la LOI n° 2010-737 du 1er juillet 2010 portant réforme du crédit à la consommation ou "loi LAGARDE", stipule :

"Le prêteur ne peut pas refuser en garantie un autre contrat d'assurance dès lors que ce contrat présente un niveau de garantie équivalent au contrat d'assurance de groupe qu'il propose. Toute décision de refus doit être motivée."

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :