Miser sur le vieillissement de la population est un investissement d'avenir

 |   |  320  mots
Copyright Reuters
L'allongement de la durée de la vie permet de revigorer son portefeuille. En 2010, un fonds spécialisé sur ce thème a ainsi gagné 13,5 %...

Pour assurer ses vieux jours, investir dans des produits liés au vieillissement de la population est une idée à creuser. Grâce aux progrès de la médecine et à l'amélioration des conditions de vie à travers le monde, elle concerne aujourd'hui non seulement les populations des pays développés mais aussi celles des pays émergents. L'univers d'investissement s'avère donc particulièrement vaste.

Fort de ce constat, CPR Asset Management a lancé, début 2010, CPR Silver Age (code Isin : FR0010836163), un fonds spécialisé sur cette thématique, qui a affiché une hausse de 13,5 % en 2010. Les gérants, Vafa Ahmadi et Nicolas Picard, ont identifié pas moins de 170 valeurs susceptibles de bénéficier du « papy-boom » à venir et ont retenu plusieurs secteurs porteurs parmi lesquels figurent naturellement la pharmacie, les équipements médicaux (prothèses et aides auditives) et les infrastructures spécialisées dans la dépendance et l'aide à la personne.

Compte tenu du pouvoir d'achat du troisième âge, ils suivent également l'industrie des loisirs, avec notamment les voyages, l'hôtellerie et le bricolage, mais aussi les produits de soin et les sociétés de services financiers associés à l'épargne.

Des valeurs liées au thème de la sécurité, comme la firme britannique G4Securicor spécialisée dans la sécurité électronique et la télésurveillance, font également partie de leur sélection.

Small et mid caps

Parmi les titres actuellement en bonne place dans le portefeuille, on compte Orpéa acteur français du secteur des maisons de retraite, ou encore l'italien Diasorin, qui conçoit des kits de diagnostics médicaux. D'une manière générale, il s'agit majoritairement de petites et moyennes capitalisations. Selon CPR AM, celles-ci ont enregistré une croissance de chiffre d'affaires supérieure, en moyenne, de 20 % à celle des grandes sociétés européennes au cours des dix dernières années.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2011 à 22:19 :
Ils n'ont qu'à créer des SCPI de maisons médicalisées haut de gamme ça marcherait du feu de dieu.
a écrit le 21/02/2011 à 16:07 :
Assez pertinent. Il faut en effet des cibles qui valent le coup d'être exploitées.
a écrit le 21/02/2011 à 15:45 :
Il faut aussi miser sur la gériatrie, car quand ça ne marche pas,
c'est comme les parachutes,il n'y a pas de réclamations !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :