Immobilier : les Français sont de plus en plus attentistes

 |   |  525  mots
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
Infographie La Tribune/BHEDOUIN
L'évolution du marché laisse les acquéreurs perplexes. Nombre d'entre eux préfèrent reporter leur achat en attendant d'y voir plus clair.

Lorsqu'il s'agit d'immobilier, les Français ne semblent plus vraiment savoir où ils en sont. On les comprend, compte tenu des études contradictoires qui paraissent régulièrement sur le sujet. Tel est le sentiment qui transparaît à la lecture du sondage de TNS Sofres pour Logic-Immo (journal et site Internet d'annonces immobilières du groupe Spir). En effet, l'indice de confiance immobilier, en avril, ressort à - 0,9 point. « Si l'indice se situe entre - 20 et + 20, cela signifie que les perceptions actuelles et futures sont attentistes », traduit Godefroy Jordan, directeur général adjoint des activités Internet du pôle média de Spir Communication.

Le calcul de cet indice s'appuie sur quatre questions clés : le moment d'acheter un bien, l'évolution de la situation financière personnelle depuis six mois, le niveau de vie général dans six mois et la perception du prix des biens dans six mois.

Et sur ces questions, aucune réponse vraiment définie ne se dégage. 38 % des personnes interrogées ignorent si le moment est favorable pour acheter un logement. Et le reste est partagé : 36 % pensent que c'est le moment, 26 % le contraire. Côté prix, c'est le pronostic d'une stagnation sur les six prochains mois qui l'emporte (42 %), juste devant une nouvelle hausse (41 %). Les partisans d'une baisse n'étant que 17 %. En revanche, les acquéreurs sont dans une large majorité d'accord (à 70 %) sur un point : ils pensent que le niveau de vie général futur va se dégrader. « Entre les changement d'avis concernant la taxation de la résidence principale, l'élection présidentielle qui se profile et les réformes du patrimoine... les Français sont majoritairement inquiets », analyse Philippe Zilberstein, directeur général vente de Nexity Patrimoine.

Le Sud-Est très recherché

Et concernant les conditions d'emprunt ? Le sentiment d'indécision reste présent. 45 % des personnes interrogées pensent qu'en ce moment les prêts ne sont ni faciles ni difficiles à obtenir. Et, alors que 38 % des futurs acquéreurs estiment que les taux d'intérêt sont attractifs, 39 % sont... d'un avis contraire. Autant dire que nos concitoyens sont dans le flou le plus total. Néanmoins, cet « indice de confiance » doit être pris avec des pincettes. Car, si les Français semblent indécis, ils se sentent de plus en plus concernés : « En avril, 3,5 millions de personnes prévoyaient d'acheter une maison ou un appartement d'ici à un an, contre 3 millions en janvier. Et 2 millions comptaient vendre leur logement d'ici à un an contre 1,5 million en janvier. C'est juste que le marché est saisonnier », précise Godefroy Jordan.

Aujourd'hui, deux raisons principales poussent les Français à réaliser leur projet immobilier : cesser de débourser un loyer (pour 38 % des personnes interrogées) et changer de cadre de vie (32 %). En effet, un tiers des futurs acquéreurs cherchent un bien dans une autre région que celle de leur habitation actuelle. La zone géographique de prédilection ? Le Sud-Est, qui concentre à lui seul 40 % de ces projets de migration. Et il ne s'agit pas de trouver un lieu de villégiature pour ses vacances : 9 projets sur 10 concernent en effet l'achat d'une résidence principale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :