Girardin immobilier : un plafond qui reste généreux

 |   |  262  mots
Attention toutefois : à compter du 1er janvier, la réduction d'impôts pour cette opération immobilière dans les DOM-TOM sera limitée.


Le « Girardin immobilier » repose sur l'acquisition d'une maison ou d'un appartement neuf dans les DOM-TOM. Si le bien est destiné à la location, l'acquéreur devait jusqu'à présent s'engager à le louer durant six ans en respectant certains plafonds de loyer et de ressources du locataire, et déduire de ses impôts 10 % du prix du bien chaque année pendant cinq ans, soit 50 % au total ; ou bien il devait s'engager à le louer durant cinq ans sans autres conditions et déduire de ses impôts 40 % au total répartis sur cinq ans.

Si ce bien utilisait des énergies renouvelable, s'ajoutait une réduction d'impôts de 4 % du prix du bien. La déduction était limitée jusqu'ici à 2.233 euros par mètre carré, mais sans aucune limite de surface ou de nombre de biens.
 

À compter du 1er janvier, la réduction d'impôts sera limitée à 40.000 euros par an, ou 15 % du revenu si ce chiffre est supérieur. Concrètement, les foyers ayant un revenu inférieur à 266.666 euros par an seront donc limités à 40.000 euros, tandis que les autres pourront défiscaliser davantage.
 

Un foyer concerné par la limite de 40.000 euros aura donc intérêt à investir au maximum 500.000 euros s'il achète un bien destiné à la location libre sans économies d'énergie ; ou au maximum 370.370 euros s'il le destine à la location « intermédiaire » avec usage d'énergies renouvelables. Dans les deux cas l'économie d'impôt sera la même. La limite de 40.000 euros s'applique à tous les investissements outre-mer, rendant presque impossible en pratique le cumul entre Girardin industriel et investissements immobiliers.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :