Le bois : un investissement durable ?

 |   |  251  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : DR)
Par Fabrice Imbault, Directeur associé en charge du développement A Plus Finance

Employant près de 450.000 personnes, la filière bois couvre de nombreux secteurs d'activité (scieries, papier, meubles, construction, énergie...) pour un chiffre d'affaires de 60 milliards d'euros ! Alors que la France est toujours importatrice de bois, l'organisation et la capitalisation des entreprises du secteur sont devenues un enjeu économique et même politique. D'autant que depuis plusieurs mois, certaines activités affichent une dynamique particulièrement forte. Le bois-énergie, bénéficiant des mesures du Grenelle de l'environnement pour les énergies renouvelables, se développe à grande vitesse. Les nouvelles réglementations thermiques soutiennent également le bois-construction pour lequel la demande ne cesse de croître. L'approvisionnement doit s'adapter à ces nouveaux marchés et répondre à une demande locale croissante et pérenne. Du point de vue de l'investissement, nombre d'entreprises sont sous-capitalisées par rapport à leurs besoins et à leur potentiel de développement. Investir aujourd'hui dans ces PME, c'est favoriser l'émergence de nouveaux leaders. En termes de valorisation, la filière bois ne souffre pas de l'effet de spéculation des autres activités dans l'environnement. Au contraire, elle offre la possibilité d'entrer au capital de sociétés promises à une croissance forte et durable. Le tissu des PME de la filière étant très éclaté, l'investissement en direct reste difficile, d'autant plus que les sociétés cotées sont rares sur les marchés réglementés. Les fonds d'investissement spécialisés représentent donc une solution plus simple avec l'avantage supplémentaire de la diversification.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :