La Tribune

La France et le Brésil concluent un partenariat d'innovation

La France n'apporte que 4 à 5% des IDE au Brésil, et se place désormais au 8e rang des investisseurs étrangers dans le plus grand pays d'Amérique du sud.
La France n'apporte que 4 à 5% des IDE au Brésil, et se place désormais au 8e rang des investisseurs étrangers dans le plus grand pays d'Amérique du sud. (Crédits : Forex)
latribune.fr  |   -  449  mots
L'accord vise à renforcer la coopération technologique, les échanges commerciaux mais peut-être surtout les IDE entre les deux pays.

Quelques mois après la visite d'Etat du président François Hollande au Brésil en décembre dernier, le ministre français de l'Economie Arnaud Montebourg et son homologue brésilien Mauro Borges ont signé mardi une déclaration conjointe d'innovation afin de soutenir la coopération des deux pays en matière d'innovation industrielle.

Pour rappel environ 600 entreprises françaises sont implantées au Brésil, et une centaine de sociétés brésiliennes sont présentes en France.

Renforcer la coopération technologique

"Il s'agit d'un partenariat technologique dans un certain nombre de secteurs dans lesquels nous souhaitons nous renforcer", a expliqué Arnaud Montebourg à la presse, après la signature du document. Et de préciser:

"Il y a une tradition de réciprocité entre nos deux pays. Nous souhaitons accueillir des investissements brésiliens dans tous les secteurs, sur le long terme, dans l'industrie et dans l'économie française". "Ils seront aidés et accompagnés".

Selon lui, il existe une "complémentarité très forte" entre les deux pays mais la coopération technologique "doit s'intensifier".

Renforcer les échanges commerciaux

De son côté, Mauro Borges a estimé que ce partenariat permettra au Brésil "d'approfondir les relations culturelles fortes que nous avons avec la France". Ce qui doit passer, a-t-il affirmé, par un renforcement des échanges commerciaux entre les deux Etats et par un élargissement des investissements croisés.

En ouverture du deuxième forum économique France-Brésil organisé mardi matin au siège du Medef à Paris, le ministre brésilien avait précisé que le commerce bilatéral entre son pays et la France était "assez faible". Il reste du chemin à parcourir: si les échanges commerciaux ont plus que doublé entre 2003 et 2012, ils n'atteignaient que 10 milliards de dollars l'an dernier. Sur une balance commerciale brésilienne de 500 milliards, selon le ministre brésilien.

Renforcer les IDE

Et "il reste aussi beaucoup à faire en matière d'investissement direct à l'étranger" (IDE) puisque la France n'apporte que 4 à 5% des IDE au Brésil, et se place désormais au 8e rang des investisseurs étrangers dans le plus grand pays d'Amérique du sud.

Il s'exprimait devant un parterre de représentants du monde des affaires (responsables de grandes entreprises, du patronat, d'organismes de financement, etc) des deux pays, dont 74 patrons venus du Brésil.

L'ensemble des intervenants a relevé le potentiel "considérable" du Brésil dans des secteurs où les groupes français ont bâti des géants comme les infrastructures urbaines, l'énergie en particulier renouvelable -67% de l'électricité est produite grâce à l'hydraulique, 9% par la biomasse et 3% par l'éolien -, les transports, la sécurité alimentaire.

 

Réagir

Commentaires

Jacques-Yves  a écrit le 24/05/2014 à 11:29 :

Décidément, on n'est pas gentil envers le Brésil dans ce forum. C'est dommage.

Money is money  a écrit le 22/05/2014 à 9:02 :

En effet, quand on écris sur le Brésil on trempe souvent la plume dans le vitriol, et ont trie les images sur le volet.... pour le pire. :-) Mais comme nous disait le grand Jacques Chirac, vous savez, l'argent, il faut aller lá où il se trouve... à bon entendeur, salut !

Frachouillard  a répondu le 23/05/2014 à 12:53:

Gare aux tirs de zarbacane et aux maladies tropicales.... eheh

Cast@fiore  a écrit le 21/05/2014 à 20:52 :

La France rêve de coloniser le Brésil et ça ne date pas d'aujourd'hui. C'est une drôle d'obsession, d'ailleurs. Toutefois je pense que ce ne sera jamais le cas, ces deux pays sont largement différents, il y a surtout la barrière de la langue, de la culture et le choc des mentalités. La France devrait se tourner plutôt vers des pays de culture plus semblable à la sienne ou alors, et ce serait la cerise sur le gâteau, d'une langue non-européenne. Elle y aurait bien plus de chance de réussite qu'au Brésil ou quiconque pays de l'Amérique du Sud.

Général Lavigne  a écrit le 21/05/2014 à 13:02 :

Le Brésil ne sera jamais un partenaire pour la France, ce genre d'info doit être considéré comme de la propagande d'État dans un moment où notre économie va mal. Nous nous sommes habitués à apprendre (et non sans un brin d'ironie) que le Brésil, un pays aux antipodes du notre, était toujours "le pays de l'avenir". Un euphémisme pour dire que le Brésil ne pourrait jamais se hisser au rang d'un pays industrialisé et moins encore être considéré comme une économie fiable. Et cela du fait de la précarité de ses structures, liée souvent à une bureaucratie médiévale et une mentalité qui favorise qu'à une petite partie bourgeoise, sans parler d'une tradition de corruption qu'existe à tous les échelons de la société. Des titres de presse en faisant allusion à un "Brésil, ce géant aux pieds d'argile" ou "Lé Brésil dégonfle vite" et bien d'autres du même ton, soulignés par les images d'un marché automobile désuet et pauvre, des effets d'un système financier de hauts et des bas épouvantables, d'une société au très bas pouvoir d'achat, violente et presque chaotique, sans acquis sociaux dignes d'un pays moderne, bref, on s'est habitué à voir le Brésil plutôt comme un pays tous risques qu'une économie stable où la France pourrait y investir.

Maintenant on apprend que notre pays vient de conclure un accord qui vise à renforcer la coopération technologique, les échanges commerciaux mais surtout les IDE entre les deux pays !!! comment peut-elle la France avoir 600 entreprises (!!) dans un pays où l'économie chancelle comme le Brésil et même d'en avoir des centaines de sociétés brésiliennes (dont a n'a jamais entendu parler) en France ? qui veut-on berner ? Le Brésil qu'on connaît (moi-même j'y étais une fois en vacances aux années 70) reste un pays tropical avec un peuple souriant et fêtard, qui se cantonne la plupart de son temps dans des belles plages et riche en matières premières (fer, bauxite, pétrole, etc) et produits naturels (café, cacao, fruits…). "Renforcer la coopération technologique", lit-on !!!

Si ce n'est que de la propagande d'État, alors je suis d'accord. Mais si il s'agit d'un fait, alors là ce la France qui se lance (encore une fois ) dans les abysses économiques du Sud.

Gaston  a répondu le 21/05/2014 à 18:33:

oui peut-être.... mais je pense que le Brésil a changé un peu.... non ?....

François  a répondu le 25/05/2014 à 3:28:

Lavigne, j'habite au Brésil et je peux vous assurer que vous vous êtes trompé, tandis que beaucoup de choses ont changé. Cependant, quelques choses sont si vrai.

Jean du Pipeau  a écrit le 21/05/2014 à 9:39 :

Encore une vente de Rafales et des sous-marins atomiques pour le Brésil....

jvb44  a répondu le 21/05/2014 à 13:27:

Non, pas au Brésil, nos Rafales seront vendus (à plus d'une centaine) à l'Inde.