Ce que la France risque en cas de rejet de son budget par la Commission

 |   |  825  mots
La France pourrait devoir "corriger" son budget
La France pourrait devoir "corriger" son budget (Crédits : reuters.com)
La Commission européenne pourrait demander à la France de revoir son budget, ou même lui infliger une amende de 4 milliards d'euros... Une première application des nouvelles procédures du Two pack et du Six Pack.

Les signaux semblent converger. Plusieurs informations de presse, la dernière en date venant du Wall Street Journal, indiquent que la Commission rejetterait le projet de budget français pour 2015. Dans le viseur de Bruxelles: la question du déficit structurel. Ce déficit - fort difficile à calculer - définit l'évolution du solde des administrations publiques indépendamment de l'évolution conjoncturelle. Or, la France s'était engagée auprès de Bruxelles à réaliser un « ajustement structurel » de 0,8 point de PIB et le projet de budget ne prévoit qu'un ajustement de 0,2 point de PIB, le déficit revenant à 2,2 % de la richesse nationale. Même en prenant en compte l'ancienne méthode de calcul française, l'ajustement prévu en 2015 n'est que de 0,6 point.

Pas de « flexibillité » sur le déficit structurel

Cette question du déficit structurel est une question épineuse, car la « flexibilité » du pacte budgétaire ne s'y applique précisément pas. Cette « flexibilité » rappelée par le Conseil européen de juin dernier ne prend en compte que l'évolution du déficit réel, qui lui est impactée par les effets de la mauvaise conjoncture. Le déficit structurel, lui, est censé être « neutre » en termes d'effets conjoncturels. Bruxelles serait donc en droit de rejeter le plan français comme insuffisant, puisque l'effort structurel de la France ne permettrait pas, une fois le beau temps conjoncturel revenu, de faire baisser suffisamment le déficit réel pour entrer dans les clous du pacte budgétaire.

La nouveauté du Six Pack et du Two Pack

Selon la procédure définie par le Two Pack, la Commission peut donc demander à la France, avant le 30 novembre et en tout état de cause avant le vote du budget, de corriger le tir et de lui présenter un « plan révisé. » Selon le Six Pack, si la France persiste dans son refus de rentrer dans les clous définis par la Commission, cette dernière pourra proposer au Conseil d'affliger une sanction pécuniaire à la France. Cette sanction peut aller jusqu'à 0,2 % du PIB, soit dans le cas français 4 milliards d'euros. En théorie, le parlement français continue d'exercer sa souveraineté budgétaire, mais à prix d'or. Dans les faits, Paris aura du mal à ne pas tout faire pour éviter une sanction.

Des sanctions inévitables

Car la nouveauté introduite par le Six Pack, c'est que cette sanction ne peut être rejetée par le Conseil des chefs d'État et de gouvernement qu'à la majorité qualifiée inversée. Concrètement, ceci signifie que la majorité qualifiée des deux tiers des voix pondérées, autrement dit 255 voix sur 345, sont nécessaires pour bloquer le projet de sanctions de la Commission. La France, comme l'Allemagne, l'Italie, le Royaume-Uni et l'Italie, ne dispose que de 29 voix. Empêcher la sanction sera donc très difficile. Si l'Allemagne et ses alliés proches (Pays-Bas, Autriche, Pays Baltes, Finlande et Espagne) décident de soutenir cette sanction, ils totaliseront 101 voix, assez pour sanctionner la France. Compte tenu de la faiblesse de l'influence française et de la force de l'influence allemande, la sanction serait quasiment une chose acquise aujourd'hui. La chancelière a toujours affirmé qu'elle « suivra la décision de la Commission. »

Détermination de la nouvelle Commission à « faire respecter les règles. »

Selon le Wall Street Journal, l'Italie serait aussi dans le viseur de la Commission. La nouvelle équipe Juncker semble donc décidée à ne pas fléchir et à montrer sa détermination à « lutter contre les déficits » en s'appuyant sur les nouveaux moyens issus de la crise. Les officiels cités par le WSJ insistent beaucoup sur leur volonté de prouver la « crédibilité des nouvelles règles. » Mais ils jouent avec le feu. Au moment où la BCE a demandé une inflexion budgétaire et où l'économie européenne ralentit rapidement, insister sur la consolidation budgétaire et forcer la France à couper dans ses dépenses ne peut avoir qu'un effet récessif au niveau de l'ensemble de la zone euro. Le « déficit structurel » est un concept dangereux, car « l'ajustement structurel » peut aussi avoir des effets conjoncturels négatifs. Toute l'histoire de la zone euro depuis 2010 le prouve.

Logique institutionnelle

On mesurera, avec cette détermination à imposer les règles, la vérité de la volonté affichée par la Commission de relance de l'UE et le manque d'écoute qu'a reçu l'appel de Jackson Hole de Mario Draghi. En réalité, la structure institutionnelle de la zone euro imposée par l'Allemagne en 2011-2012 ne permet plus qu'une seule politique économique: celle de la baisse des déficits et de l'amélioration de la compétitivité externe. Toute contestation de cette logique est désormais vouée à l'échec. Reste une question : comment la France, lorsqu'elle aura payé 4 milliards d'euros d'amende sera-t-elle plus apte à réduire son déficit public ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2014 à 18:38 :
FÉLICITATIONS À ROMARIC GAUDIN POUR AVOIR PRIS LA PEINE DE RECHERCHER ET D'EXPLIQUER LA PROCÉDURE DE SANCTION POUR DÉFICIT EXCESSIF.
LA PLUPART DE SES COLLÈGUES (Y COMPRIS DU "MONDE") SE LIMITENT À ÉCRIRE QUE "BARROSO OU JUNCKER POURRAIENT CENSURER LE BUDGET FRANÇAIS". JGG
a écrit le 07/10/2014 à 14:04 :
Non , Sapin ne sera pas prix Nobel d'économie cette année mais il pourrait leur demander conseil ou , au moins, lire leurs travaux
a écrit le 07/10/2014 à 14:01 :
La moitié des français n'a jamais connu un budget en équilibre et trouve normal de s'endetter chaque année depuis 40 ans.
Il est vrai que l'économie n'est pas notre point fort en témoigne notre "agrégée" d'économie Nathalie Arthaud et nos dirigeants élus mais incompétents, évidemment
a écrit le 07/10/2014 à 10:32 :
Aujourd'hui, tous les pro-européens peuvent constater les méfaits de l'Europe !
Ceci ne justifie pas pour autant l'incompétence de nos gouvernements successifs..!
Dernière incohérence en date , alors que nous sommes fauchés, on va faire la guerre un peu partout ...ce que se gardent bien de faire les autres pays européens et on augmente RSA et l'allocation adulte handicapé !!
On oublie que l'on ne fait pas une bonne politique avec de bonnes intentions mais avec de bons résultats !! Et les résultats on les voit !!!
a écrit le 07/10/2014 à 9:39 :
C'est une honte que de petits pays européens puissent bloquer la souveraineté budgétaire de la France.
La France s'est fait émasculer de toutes ses souverainetés, législative (80% des lois qui passent au parlement viennent de Bruxelles ), budgétaire, militaire (réintégration dans l'OTAN), et enfin territorial(les futures régions europe)
a écrit le 07/10/2014 à 7:48 :
Les pieds nickelés qui nous gouvernent se conduisent stupidement avec Bruxelles. Cela nous désole, c'est AFFLIGEANT !
Alors, que la Commission nous INFLIGE une amende, c'est normal : nos AFFLIGEANTS dirigeants français savaient très bien qu'ils risquaient de se voir INFLIGER cette amende.
Mais, ce n'est pas grave, ces 4 milliards, on va les emprunter ! Affligeant, vous dis-je !
Réponse de le 07/10/2014 à 8:28 :
Ce qui est plutôt affligeant c'est l'obstination de Bruxelles dans l'erreur. Cherchez plutôt pourquoi les USA et le Royaume-Uni se portent mieux que l'Europe malade de ses saignées et qui détruit définitivement son tissu économique.
Réponse de le 07/10/2014 à 11:09 :
@Eric Exact et je vais plus loin, le maintien dans cette Europe là est une aberration...
a écrit le 07/10/2014 à 2:03 :
Difficile de composer avec des gouvernants incompétents en gestion et nuls en économie. Ils ont encore plus de deux ans pour essayer de comprendre et s'enrichir.
Les journalistes devraient faire comprendre aux français que la gestion budgétaire est pilote par Bruxelles car ceci leur permettrait de comprendre que Hollande a bien sème "aussi" la merde en Europe en mettant des incompétents comme Moscovici et Désir dans les commissions et comme députés. Encore une preuve de son expertise mondiale en nullité.
Curieux que les journalistes n'écrivent plus sur la guerre décide par Hollande en Syrie et Irak. Serait ce un nouveau fiasco de Hollande ?
a écrit le 07/10/2014 à 0:05 :
nous sommes dans l'Europe, ou on n(y est pas ...
a écrit le 06/10/2014 à 23:15 :
Un pays n'arrive pas à boucler le budget attendu par la commission :: on l'enfonce par une amende !!
a écrit le 06/10/2014 à 23:12 :
Si pour éviter de payer 4 milliards il faut trouver 8 milliards, d'économies ou d'impôts, autant payer 4 milliards . CQFD !!!
a écrit le 06/10/2014 à 22:54 :
L'alignement des provinces dans le saint empire allemand est inexorable. La France n'a plus aucun interet à rester dans cette Europe impériale
a écrit le 06/10/2014 à 22:49 :
Je vous invite a consulter une petite vidéo qui se trouve facilement d'un ex-soviétique qui fait une brève analyse de l'UE et qui se nomme "j'ai vécu dans votre futur...et ça n'a pas marché".

la comparaison de la construction européenne avec l'URSS est édifiante.
a écrit le 06/10/2014 à 22:45 :
La Branche vieillesse du régime général de retraite verse 8 milliards d'euros par an aux régimes spéciaux, qui à l'origine voulaient etre indépendants. De deux choses l'une : ou ils demeurent indépendants et prennent leurs mesures en interne, ou ils rejoignent la branche vieillesse du Régime Général de Sécu, aux conditions du régime général. Leurs privilèges coutent 8 milliards d'euros, çà suffit. 1789 est passé.
a écrit le 06/10/2014 à 21:44 :
Bsr
prochaine étape : révolte sociale en France ou arrivée du FN au pouvoir
seconde étape : explosion de la zone euro !!

Bravo Bruxelles technocratie !!
Réponse de le 06/10/2014 à 22:23 :
la libération de ce carcan qu'est l'UE...pour une reconstruction sur de meilleures bases.
Réponse de le 07/10/2014 à 11:56 :
L'Allemagne a déjà passé aux échanges euro-yuan depuis le 1er septembre, or l'euro n'est qu'un autre nom pour le deutschemark, donc, pour les allemands le "shifting" ne sera qu'un jeu d'enfants. Pas pour les autres de la zone, on sera bien dans la mer** !
a écrit le 06/10/2014 à 21:07 :
La désintégration de la zone Euro approche à grands pas, et le plus tôt sera le mieux.
Réponse de le 06/10/2014 à 22:35 :
Force est de constater que le bilan ne correspond en rien aux promesses originelles de tous ces (même) politiciens qui 20 ans auparavant nous tenaient le discours "UE = plein emploi, croissance et prospérité".

Un véritable échec...enfin, seulement pour 99% de la population. C'est ce qui est rassurant finalement, il reste 1% de ces populations pour qui l'UE est effectivement "une chance"...une "chance" d'engranger d’énormes profits.
a écrit le 06/10/2014 à 20:11 :
Chaque année la France, puisqu'on peut encore aujourd'hui l'appeler comme ça avant sa dissolution en une euro région si nous laissons faire, la France donc est un contributeur net à l'Union, contributeur qui perd 7 milliards d'euros annuels pour remplumer un puits sans fond qui s'appelle l'Europe. La France comme les autres pays d'ailleurs embarqués dans cette sordide aventure emprunte aux marchés pas sourcilleux pour un sou puisqu'on a suggéré aux états de monter des budgets en déficit... grâce une martingale qui permettait de rembourser des intérêts colossaux aux ... marchés et par là même, d'engraisser en amont Goldman SACHS ! Aujourd'hui par une largesse supérieure -sic-, on retourne à la France des "subventions" qui sont en fait son propre argent tout en en lui demandant de dire merci, ça mange pas de pain! On ajoute qu'il serait bon de coller au déficit maxi de 3 % en achevant de ...démanteler ses coûteux services publics, hôpitaux, administrations ...etc datant de Napoléon pour faire des économies qui paraîtront au demeurant fort agréables aux marchés... La France est donc ridiculement tombée dans un état de suivisme qui relève de l'aberration, emmenée là contre la volonté des peuples par des hommes politiques soumis à une Europe atlantiste indécente qui ne dit pas son nom... La France comme les autres pays d'ailleurs.
a écrit le 06/10/2014 à 19:47 :
4milliards de plus ce n est rien, ce qui serais grave c est de vouloir a tout pris y arrive trop vite en saignent la france et les francais a blanc sous le poid des impots et taxes , o, 6 ce n est pas mal, encore qu elques reformes et on arriveras aux obejctifs ???
a écrit le 06/10/2014 à 19:46 :
La France ne risque rien car Bruxelles, comme toujours, n'aura pas le culot pour créer des sanctions ou pour imposer des restrictions budgétaires à la France. Mise en scène de presse et des oligarques bruxellois pour nous faire croire que l'UE reste toujours une "entité sérieuse", redoutable ! du fallacieux, quoi.
Réponse de le 06/10/2014 à 21:53 :
+ 1001
a écrit le 06/10/2014 à 18:51 :
Ce que la France risque en cas de rejet de son budget par la Commission ?
Se rendre compte qu'on n'est plus en démocratie, car ce n'est plus le peuple souverain qui décide de son budget mais des gens non élus par lui ? C'est pas ça ?
Réponse de le 06/10/2014 à 19:00 :
Les autres peuples d'Europe aussi sont souverains, c'est pour cela que personne ne doit faire n'importe quoi en s'imaginant que ce sont les voisins qui vont à la fin payer les dettes..
Réponse de le 06/10/2014 à 19:36 :
Les règles budgétaires ont été rendues obligatoire par les chefs des états membres de l'UE, lesquels sont élus par leurs peuples souverains. L'Ue gagnerait probablement en reconnaissance par Les peuples si les règles étaient décidées par des représentant de l'Europe directement élus par les peuples plutôt que choisi par des chefs d'état élus. A titre personnel je trouverai préférable de voter directement pour élire les commissaires européens.
Réponse de le 06/10/2014 à 22:54 :
pourquoi alors l’Angleterre n'est pas soumise au même "règles du jeux" concernant le déficit a 3% ?

Déficit UK en 2013 = 5;8%

L'UE sera respectée par les peuples, le jour ou celle ci respectera le CHOIX des peuples. (Cf: référendum sur la constitution, en france mais aussi en Hollande...tous les référendums des autres pays ont étaient suspendus, suite aux NON français et hollandais. sadam Hussein n'aura pas fait mieux)
a écrit le 06/10/2014 à 18:31 :
une seule solution:exiger de draghi qu'il passe aux taux négatifs,-2% serait un bon taux.ainsi notre dette serait rémunérée(si on passe aux eurobonds).donc on pourrait s'endetter plus et on gagnerait de l'argent sur notre endettement,comme l'allemagne aujourd'hui.l'austérité est un poison!
Réponse de le 06/10/2014 à 19:16 :
...je me demande bien qui va vous prêter cet argent.

Si vous perdez 2% chaque an en plaçant votre argent, c'est pas forcément une bonne affaire.
a écrit le 06/10/2014 à 17:27 :
Quand des coupes budgétaires "automatiques" ont été imposées au gouvernement démocrate en 2011, ce débat sur la croissance a fait rage. Dans la pratique, cela se passe tellement bien que personne n'en parle plus
Soyons pragmatiques et non idéologiques. Le noyau du budget ne peut rester bancal et concourir à l'écroulement général.
a écrit le 06/10/2014 à 17:19 :
la France marcherait sans doute mieux si c'etait les ministres et le parlement qui gouvernaient. Malheureusement, les syndicats ont plus ou moins fait un coup d'etat, et aucune loi ne peut passer sans leur accord.
Passez une loi interdisant aux syndicats de contrarier le parlement et voyons les resultats...
Quand je regarde la France, je me dis "a quoi ca sert de voter si ce sont des syndicalistes qui vont decider de toute maniere..."
Réponse de le 06/10/2014 à 18:53 :
TU MARCHE A COT2 DE TES POMPES c les lobyes industrielles et les capitalites qui dirige le gtv
Réponse de le 06/10/2014 à 19:02 :
Nan, ces gens là sont parti depuis longtemps..
Réponse de le 06/10/2014 à 19:18 :
....on nage en plein délire.
Réponse de le 06/10/2014 à 19:39 :
Les lois sont décidées par le gouvernement et votées par le parlement. Les syndicats n'ont aucun pouvoir de veto. Pour certaines lois, ils sont effectivement consultés, mais leur avis, souvent négatifs, n'a jamais empêché une loi de passer.
a écrit le 06/10/2014 à 16:46 :
La France est une puissance nucléaire d’Europe et n'a absolument rien à craindre de ses voisins, c'est pour ça qu'elle se permet de ne pas respecter les règles.
Réponse de le 06/10/2014 à 18:01 :
N'importe quoi ! La diplomatie est un pouvoir autrement efficace...
Réponse de le 06/10/2014 à 23:21 :
On ne va jamais froisser un ami bardé de muscles si pacifique soit-il, faites en l'expérience avec diplomatie.
a écrit le 06/10/2014 à 16:30 :
L'etat Francais il est faillite. La caisse vide. Le jour d'incapcité au payer ses foncionaires se approche. D'ou emprunter l'argent necessaire pour un interêt raissonable?
a écrit le 06/10/2014 à 16:14 :
Une Crise de régime et 18 mois de crise politique interne... Merkel e Bruxelles n'y tiennent absolument pas!!!
a écrit le 06/10/2014 à 16:09 :
Le chemin le plus sûr pour amener l'extrême droite au pouvoir.Un grand merci à l'UE.
a écrit le 06/10/2014 à 15:57 :
La Commission Européenne nous inflige une amende ? Ne la payons pas, c'est tout. Nous ne devons rien à cette machine anti-démocratique dont le fonctionnement est désormais pour partie issue du Traité de Lisbonne, c'est à dire le TCE rebaptisé, et que les Français et les Néerlandais avaient rejeté par référendum. L'UE, et ses institutions, n'ont donc aucune légitimité : les Français l'ont signifié.
Réponse de le 06/10/2014 à 17:30 :
Je voudrai pas m'associer avec vous

On a promi depuis 10 ans d arrêter de vivre au dessus de nos moyen
Réponse de le 06/10/2014 à 18:59 :
20 ans, en fait..

Et déjà sous Mitterand, on "expliquait" aux autres..
Réponse de le 06/10/2014 à 19:23 :
A ''n'importe quoi''

Qui a promit quoi a qui ? Irkut vous rappel très justement que si le référendum de 2005 avait été respecter, nous n'aurions plus de compte a rendre a personne. Et surtout pas a ces gens qui n'ont été élus par personnes et qui dirigent nos vies aujourd'hui.
a écrit le 06/10/2014 à 14:59 :
commençons par envoyer à" l’Europe" la facture des interventions militaires que nous menons ,car elles contribuent à protéger aussi "l’Europe" .
Réponse de le 06/10/2014 à 17:41 :
Elle n'a jamais payé sa dette de guerre...!
Et donne des leçons aujourd'hui...!
C'est pas très cool tout cela...!
Réponse de le 06/10/2014 à 18:40 :
" la facture des interventions militaires"

Quelque millions, rien, donc...
Réponse de le 07/10/2014 à 11:12 :
Je vous invite à aller voir le coût des OPEX. Et également celui de la maintenance des matériels qui suit, leur amélioration, les salaires des militaires en OPEX sachant le nombre de déploiement auxquelles participe la France.... Alors au lieu de parler sans réfléchir renseignez-vous !
a écrit le 06/10/2014 à 14:59 :
Dans un premier la commission européenne va demander à la France de revoir son budget. Cela semble très probable, il faut passer devant le parlement français pour cela. Les sanctions pourraient éventuellement venir dans un deuxième temps, si le parlement français n’a approuvé aucune modification allant dans le sens des recommandations de la commission européenne. Donc le parlement, au moins en partie, mettra en œuvre les recommandations de la commission européenne pour éviter des sanctions qui ouvriraient la porte à une crise énorme. Ce se faisant on aura reculé pour mieux sauter car dans un an ou dans deux on se rendra compte que la France s’enfonce de plus en plus. On ne sort pas de crise dans le cadre institutionnel de l’euro, on commence par s’enfoncer profondément et puis après si on a de la chance comme l’Espagne on passe de 26,5% à 24,5% de taux de chômage. Et le ratio dettes publiques sur PIB de l’Espagne continue de croître plus rapidement que celui de la France.
Réponse de le 06/10/2014 à 18:58 :
Espagne : 116 milliards de déficit en 2009, 109 milliard de déficit en 2013.

Pour l'austérité, c'est quand ils veulent les espingole !
a écrit le 06/10/2014 à 14:46 :
Tout cela deviendra sans importance quand les chars russes franchiront les frontières orientales de l'Europe...Au point de déclin où nous en sommes dans tous les domaines...Et les Allemands , de nouveau, caresseront l'Ours russe.
Réponse de le 06/10/2014 à 17:06 :
rien à craindre !! Voir le post de fma44 à 16H46.
a écrit le 06/10/2014 à 14:22 :
Bof 4 milliards nous ne payerons pas.
Nous ne payerons pas non plus la contribution européenne de 21 milliards!
Gain25 milliards...
Et quand à des sanctions diverses et avarièes de la part des nains de bruxelles , nous avons les moyens si nous le voulons de foutre un merdier total dans l'économie européenne! Pour cela il ne faut vouloir le combat...
Réponse de le 06/10/2014 à 18:41 :
"nous avons les moyens si nous le voulons de foutre un merdier total dans l'économie européenne!"

Certes, mais (outre que c'est déjà la cas et ce que l'on nous reproche) la France sera alors un pays du tier monde, les autres se redresseront rapidement. Vous pouvez commencer à apprendre l'allemand.
a écrit le 06/10/2014 à 14:21 :
Si nous avons des dettes, c'est qu'on nous a prêté...et on continue à nous prêter avec des taux proches de zéro...alors qu'on nous serine à longueur de journée que nous sommes des nuls,des feignants..., Ca en dit long sur le système financier dont l'objectif est d'installer le néo-libéralisme partout dans le monde. Néo-libéralisme = Esclavagisme moderne. US GO HOME.
a écrit le 06/10/2014 à 14:09 :
Il faut aller au "clash", se laisser condamner par la Commission et sortir de l'UE.
Hélas nous n'avons aucun politique suffisamment courageux pour jouer ce scénario, le FN ... et encore!
Réponse de le 06/10/2014 à 15:29 :
Le scénario de sortie de l'union par le Fn, j'aimerais tant faire la lecture du moindre petit qqe chose qui nous en prouve la moindre petite intention mais hélas... L'UPR a posé une liste d'observations au FN sur cette volonté ...ambigüe et entretenue de sortie de l'UE il y a 15 jours, nous attendons la réponse controversée avec une réelle gourmandise.. A suivre..
a écrit le 06/10/2014 à 14:01 :
le problème avec le déficit, c'est que tout le monde est concerné. C'est pourquoi d'ailleurs que les Français sont schizophrènes. On veut tous des réductions de dépenses mais pas celles qui nous concernent.
Réponse de le 06/10/2014 à 14:11 :
Puisque "tout le monde est concerné", alors il faut faire un référendum et demander aux Français s'ils sont d'accord pour que Bruxelles commande chez eux.
a écrit le 06/10/2014 à 13:51 :
Si le risque c est 4Mds alors Hollande s en moquera car c'est pas son flouze ... Ce ne sera que 4 de plus ajouté au 2000 ...
a écrit le 06/10/2014 à 13:20 :
pourquoi faire crooire que faire des economies de budget et récessif ex
si nous supprimons le senat personne ne s'en apercevra et cette somme peut tres bien etre investie.
si nous supprimons le cumul emploi retraite sur les grosses ertraite, la reserve parlementaire,le cumul des indemnité des elus, mles sous prefectures,etc
Réponse de le 06/10/2014 à 13:56 :
Vous n'avez aucun ordre de grandeur des choses, C'est comme ci je vous demandais de boire votre café sans sucre. Vos économies seraient gigantesques n'est-ce pas?je vous rappelle que l'on parle de 90 milliards de déficit et pas millions.
a écrit le 06/10/2014 à 12:53 :
Elle est belle l’Europe quelle est belle ....
Réponse de le 06/10/2014 à 13:02 :
Il ne s'agit pas de s'en prendre à l'Europe !
Il s'agit de guérir la France !
Et heureusement que l'Europe nous rappelle aux règles de bonne gestion !
Vous cassez votre thermomètre quand il vous dit que vous êtes malade, vous??
Réponse de le 06/10/2014 à 13:15 :
Quand le thermomètre est basé sur une croyance, il n'y a aucun problème à le casser... De toutes façons, à suivre ce thermomètre, il va seulement se passer que ceux qui le tiennent vont disparaître.
Réponse de le 06/10/2014 à 13:18 :
C'est justement le thermomètre qui nous rend malade!
Réponse de le 06/10/2014 à 13:22 :
@Rien à voir L'Europe est entretenue dans la division par son maitre us qui a corrompu ses leaders, l'Europe n'appartient plus aux européens.. Avez-vous vu des présidents européens échanger, gouverner dans un intérêt commun...?? Ab bon, vous aussi, vous non plus !!
Réponse de le 06/10/2014 à 13:54 :
Votre thermomètre a était utilisé en Grèce...je vous invite a prendre leur température aujourd'hui.

Et non, on ne gère pas un état comme une famille. cela n'a rien a voir. certaines économies finissent par créer des déficits de l'autre coté. (voir toujours le cas grec ou la dette ne cesse d'exploser malgré toutes les coupes budgétaires)
Réponse de le 06/10/2014 à 13:59 :
Si pour vous la dette est une croyance, alors cela ne m'étonne pas que personne n'a réfléchi depuis 40 ans
Réponse de le 06/10/2014 à 18:46 :
"Et non, on ne gère pas un état comme une famille. cela n'a rien a voir. "

Effectivement : un Etat est une entreprise, pas un famille.


"le cas grec ou la dette ne cesse d'exploser malgré toutes les coupes budgétaires"

Les grec empruntent en gros deux fois moins qu'avant, c'est un résultat même si le déficit zéro n'est pas encore atteint.
a écrit le 06/10/2014 à 12:51 :
Visiblement le blabla habituel ne suffit plus, il faut commencer par produire du réel... Les autres ont déjà commencé il y a longtemps, maintenant c'est aux socialistes français de commencer....
a écrit le 06/10/2014 à 12:47 :
Sortir vite de cette Union mortifère génératrice de chômage pour les français vite et avec l'UPR, le seul parti qui couche cette sortie comme un préalable par la mise en jeu de l' article 50 du TUE.. Sortir de cette Europe de la soumission et qui nous fera encore et encore passer sous les fourches caudines de l'histoire de l'Union avant démembrement en euro région...
a écrit le 06/10/2014 à 12:44 :
Comment ? Mais avec les 4 milliards d'euros annoncés des privatisations ! ça tombe bien non ?
a écrit le 06/10/2014 à 12:44 :
je lis les commentaires précédents... on dirait des personnes tellement habitués à rouler en excès de vitesse qu'ils deviennent paranoïaques quand le radar mis en place avec leur accord leur envoie leur premier PV.
Et si on rappelait les belles promesses de nos gouvernants, jurant la main sur le coeur qu'ils tiendront leurs engagements. Discours qui ressemblent comme 2 goutes d'eau, à celui que tiens Moscovici pour être nommé commissaire Européen "je ne serai pas indulgent"; "je veux être le garant de l’intérêt économique européen"...
a écrit le 06/10/2014 à 12:33 :
Il faut que la France entame enfin de vraies réformes... Mais le gouvernement n'a pas le courage politique... Alors c'est tellement facile de provoquer une situation ou c'est la méchante Europe qui oblige à attaquer les avantages acquis des électeurs de goche !
On fait coup double : on reste le gentil qui aura tout essayé et on fait monter le FN , ce qui est la vieille méthode du PS pour affaiblir la droite...
Réponse de le 06/10/2014 à 12:40 :
La raison de vivre et d'exister des socialistes est la dépense de l'argent des autres. Quel beau rôle ! Jamais ils ne renonceront à leur raison d'être surtout qu'ils savent que générosité bien ordonnée commence par soi-même... Bref, il n'y a rien à espérer de ces gens sauf des impôts.
Réponse de le 06/10/2014 à 15:03 :
@polo .laisseriez vs entendre que les gens de droite ont fait des économies en, ne serait-ce que 10ans ?
Réponse de le 06/10/2014 à 18:53 :
"laisseriez vs entendre que les gens de droite ont fait des économies en, ne serait-ce que 10ans ?"

Oui : un départ sur deux non remplacé dans l'éduc nat. Evidement, saboté par la gauche qui co-dirigait le pays et à embauché 250.000 fonctionnaire ces 5 dernières années..

Pas facile, donc..
a écrit le 06/10/2014 à 12:30 :
Comme cela FH pourra annoncer que les mesures difficiles sont imposées par l'Europe et qu'il a fait de son mieux...
a écrit le 06/10/2014 à 12:29 :
Le gouvernement connait le mécanisme et les risques en ne réformant rien. Ils vont accuser l'Europe de forcer notre pays à faire des économies, un grand classique. On est signataire de ces accords, à nous de s'y conformer.
Réponse de le 06/10/2014 à 13:50 :
Et le référendum sur la constitution européenne en 2005...quelle était le résultat déjà ?

Pourtant le traité de Lisbonne fut signé dans le dos des français. vous avez la mémoire courte.
Réponse de le 06/10/2014 à 18:01 :
C'est Sarkozy et sa clique qui se sont assis sur le référendum, il ne faut pas l'oublier.
Réponse de le 06/10/2014 à 18:51 :
"Pourtant le traité de Lisbonne fut signé dans le dos des français. vous avez la mémoire courte."

Programme du candidat Sarkozy, ainsi que des élections législative, mais à part cela...........
a écrit le 06/10/2014 à 12:20 :
Mettons tout le monde d'accord en rappelant que la vie commune impose le respect des règles communes conjointement mises en place. Le souci de notre France, c'est que nous estimons être un cas très particulier..
a écrit le 06/10/2014 à 12:06 :
Oui on est tous logés à la même enseigne et par conséquent aucun pays ne peut être avantagé par rapport à un autre. Mais imposer ces règles est contre productif. Tout le monde sait que c'est pas demain la veille que la France réduira sa dépense public. Regardez ne-serait ses interventions militaires (Mali, Centrafrique, Irak etc), ce qu'aucun pays européens ne fait dans de telles proportions (ou pas du tout). Et également prétexter qu'il y aura toujours une souveraineté nationale alors qu'on menace de 4milliards d'euros de sanction... ça ne fait qu'augmenter l'anti europe, et on s'étonne des poussées du FN qui ne sont plus propres qu'aux seules affaires internes françaises...
Réponse de le 06/10/2014 à 12:34 :
On parle ici du déficit structurel, pas du déficit réel. Le structurel ne prend que très modérément en compte les interventions militaires, ... .
Il faut des réformes structurelles ce qui est demandé à la France depuis des années pour ne pas dire des dizaines d'années.
Réponse de le 06/10/2014 à 13:18 :
Pouvoir réaliser des interventions militaires rapidement demande une capacité militaire qui n'est pas du tout conjoncturelle. Regardez l'Allemagne, qui galère pour envoyer du matériel et des instructeurs aux Kurdes faute de moyen de transport en bon état. Par ailleurs, on assure tout seul la dissuasion nucléaire pour toute l'Europe, les ogives du RU étant fournies par les Américains, qui paye ? Est-ce conjoncturel ?
Enfin, vous mettez la France au même niveau d'investissement public que l'Allemagne, on passe aisément sous les 3% de déficit. Que voulez-vous le capitalisme français a toujours été vorace, déjà à la belle époque il ne savait pas investir sans l'aide de l'État, il est donc indispensable que celui-ci soit fort pour assurer la position de la France dans le monde. Faire confiance à des gens rivés sur les dividendes serait dangereux pour tout le pays.
Réponse de le 06/10/2014 à 16:55 :
Alexis, je vous suis sur la voracité de notre patronat (ainsi que sa stupidité...) mais pour la position de la France dans le monde, est ce utile? Ne vaudrait-il pas mieux être une grosse Norvège par exemple?
Réponse de le 06/10/2014 à 18:50 :
" on assure tout seul la dissuasion nucléaire pour toute l'Europe,"

Gros, gros délire : personne en Europe ne prend au sérieux les français depuis les accord de Munich et la trahison de tous ses alliés..

"vous mettez la France au même niveau d'investissement public que l'Allemagne, on passe aisément sous les 3% de déficit."

Ce n'est pas de "linvestissement", mais des dépenses. Un investissement, ça rapporte 15% par ans, donc fait baisser les impôts..


" le capitalisme français a toujours été vorace, déjà à la belle époque il ne savait pas investir sans l'aide de l'État, il est donc indispensable que celui-ci soit fort pour assurer la position de la France dans le monde"

Etat qui a fait investir en Russie et Argentine plutôt qu'en France : belle réussite !


" Faire confiance à des gens rivés sur les dividendes serait dangereux pour tout le pays."

Gens qui sont, vous l'ignorez sans doute, étrangers, et n'en ont rien à foutre de vos histoire : les soc du cac40 sont sur le départ..
a écrit le 06/10/2014 à 12:04 :
Ne pas payer les 4 milliards d'euros et sortir de ce bourbier qu'est l' UE.
De Gaule n 'aurait jamais accepter d'être sous le joug de ces technocrates
incapables.!!!
La France et ces 2020 milliards ne peut accepter de régler cette somme,il
ne faut pas être énarque pour le comprendre.!
Je souhaite que le peuple de France devant cette absurdité descende dans la rue
pour crier sa colère.
a écrit le 06/10/2014 à 12:01 :
Il faut exiger l inflation promise à 2%, et tout rentre dans l ordre.
a écrit le 06/10/2014 à 11:54 :
Excellente procédure pour monter les pays les uns contre les autres.il faut sortir de l'Europe, et travailler ensemble autrement.
Réponse de le 06/10/2014 à 12:09 :
Réaction suicidaire, dénuée de bon sens.
Réponse de le 06/10/2014 à 12:25 :
allez sur le site de l'upr et vous verrez qu'au contraire c'est la solution mais chuttt,,,,,
Réponse de le 06/10/2014 à 12:48 :
@Gaby +100000000000000000000.....!!!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :