Corée du Nord : l'ONU adopte une nouvelle vague de sanctions

 |   |  581  mots
Le texte représente la neuvième résolution adoptée à l'unanimité par les quinze membres du Conseil de sécurité depuis 2006, en réaction au programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord.
Le texte représente la neuvième résolution adoptée à l'unanimité par les quinze membres du Conseil de sécurité depuis 2006, en réaction au programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord. (Crédits : Reuters/KCNA KCNA)
La résolution votée par le Conseil de sécurité de l'ONU prévoit une suspension des exportations textiles de la Corée du Nord et impose un plafond aux importations de pétrole brut à destination du pays.

La stratégie américaine aura payé. Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté lundi à l'unanimité de nouvelles sanctions contre la Corée du Nord en réaction au sixième essai nucléaire du régime mené le 3 septembre dernier.

Quelques heures avant le vote, Washington s'attendait à un tel résultat suite à des "discussions à un très haut niveau", avait déclaré à des journalistes un responsable américain sous couvert d'anonymat. Le texte représente la neuvième résolution adoptée à l'unanimité par les quinze membres du Conseil de sécurité depuis 2006, en réaction au programme nucléaire et balistique de la Corée du Nord. Les Etats-Unis ont atténué leur projet de résolution initial  et renforcer les paragraphes dans son texte liés à la recherche d'une solution pacifique à la crise en vue de remporter le soutien de la Chine, principal allié de la Corée de la Nord, et de la Russie.

Pétrole et textile

La résolution prévoit une suspension des exportations textiles de la Corée du Nord et impose un plafond aux importations de pétrole brut à destination du pays. Les exportations de produits textiles représentaient en 2016 le deuxième secteur d'exportation de l'économie de la RPDC, derrière le charbon et les minerais, pour un total de 752 millions de dollars, principalement à destination de la Chine (80%).

Le texte impose une interdiction des exportations vers la République populaire démocratique de Corée de condensats de gaz et de gaz naturel liquéfié, plafonne à deux millions de barils par an les importations de pétrole raffiné et limite à leurs niveaux actuels les importations de pétrole brut.

Selon un responsable américain proche du dossier, le pays importe chaque année 4,5 millions de barils de pétrole raffiné et 4 millions de barils de pétrole brut, principalement en lien avec la Chine.

Sanctions chinoises

Au lendemain de ce vote, les quatre plus grandes banques nationales chinoises ont cessé de fournir des services financiers aux nouveaux clients nord-coréens, ont déclaré à Reuters des membres de leur personnel. Les banques chinoises sont regardées de près pour leur rôle dans le transfert de fonds vers la Corée du Nord et ce alors que les Etats-Unis déplorent le manque de fermeté de Pékin à l'égard de Pyongyang.

Les mesures adoptées par les plus grandes banques de Chine ont débuté dès la fin de l'année dernière, quand la succursale de Dandong (ville à la frontière avec la Corée du Nord) de la Bank of China (BoC) a interdit aux Nord-Coréens d'ouvrir des comptes courants, a dit un caissier de la BoC sous le couvert de l'anonymat. D'autres banques ont suivi. China Construction Bank (CCB) a ainsi  "totalement interdit les transactions avec la Corée du Nord" et ce depuis le 28 août, d'après un un caissier d'une succursale dans la province du Liaoning. Tandis que l'ICBC (Industrial and Commercial Bank of China) a cessé depuis le 16 juillet d'ouvrir des comptes pour les Nord-Coréens et les Iraniens, aux dires d'un employé d'un service d'appels clients. A l'Agricultural Bank of China (AgBank), un caissier d'une succursale implantée à Dandong a déclaré que les Nord-Coréens ne pouvaient pas ouvrir de comptes.

Aucun représentant patenté de BoC, ICBC, CCB et AgBank n'a pu être joint pour réagir officiellement à ces informations.

(avec Reuters et AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/09/2017 à 9:57 :
Dommage que cette crise n'est pas eu lieu sous Chirac et De Villepin avec leur capacité à endormir les gens ils auraient anesthésié kim jung un et trump étant d'un niveau intellectuel bien inférieur aurait laissé faire.

Mais hélas nous avons une bande de gamins gâtés et immatures et bien souvent totalement soumis et corrompus envers l'oligarchie, bref que des chefs d'état médiocre à la tête de la majorité des pays.

Des comptables ça fait pas des dirigeants ça fait des monstres froids.
Réponse de le 12/09/2017 à 11:18 :
ça c'est bien vrai ; en dehors des chiffres , ça ne comprend pas grand chose ;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :