La guerre est désormais déclarée entre la CGPME et l'UIMM

 |   |  405  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Parce que l'Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) a décidé ce jeudi de suspendre le paiement de sa cotisation annuelle à la CGPME, la Confédération a décidé de radié les métallos, ses partenaires historiques. La CGPME adresse une fin de non-recevoir au Medef qui plaide pour un rapprochement des organisations patronales.

C?est maintenant officiel. La très puissante Union des industries et métiers de la métallurgie (UIMM) a annoncé dans la foulée de la réunion de son bureau directeur de suspendre le paiement sa cotisation annuelle à la CGPME. Celle-ci devait s?élever à 150.000 euros, soit environ 10% des ressources financières annuelles de la Confédération.

Pourquoi cette décision de la part d?un partenaire historique de la Confédération ? L?UIMM n?aurait pas apprécié les prises de position de la CGPME sur la représentativité. Alors que le Medef et l?UIMM ne souhaitent pas modifier les règles en vigueur, basées sur le nombre de cotisations, la CGPME suggère de recourir à des élections.

La radiation pure et simple

Bien décidée à ne pas se laisser tordre le bras, la CGPME n?a pas tardé à réagir. A La Tribune, l?un de ses cadres annonce la radiation pure et simple de l?UIMM. « Nous pouvons très bien nous passer d?eux, sachant que nous avons enregistré l?arrivée de nombreux nouveaux adhérents », explique-t-il, parmi lesquels l?hospitalisation privée, le cartonnage, la bijouterie, la plasturgie. « La CGPME continuera bel et bien à représenter l?industrie tricolore, n?en déplaise à l?UIMM et au Medef », ajoute ce responsable.

Cette décision de l?UIMM intervient quelques jours après les déclarations de Laurence Parisot la présidente du Medef qui plaide pour un rapprochement entre les organisations patronales les plus importantes, la sienne et la CGPME en clair.
 

Un rapprochement au sein du patronat inenvisageable

Interrogé par le lefigaro.fr, Jean-François Roubaud, le président de la CGPME goûte assez moyennement le procédé « Me faire une telle proposition par voie de presse est tout de même un peu cavalier, non? Je note par ailleurs que la présidente du Medef, dont l'attention inédite tranche avec la menace sans nuance de l'UIMM, n'a pas non plus cherché à m'expliquer son projet depuis la parution de son interview? Cela fait des années que je milite pour un rapprochement des organisations patronales, dans le respect des valeurs de chacune mais pas pour une absorption de l'une par l'autre. S'il n'y avait plus qu'une seule structure, qui défendrait les entreprises patrimoniales ? Les sous-traitants par rapport aux donneurs d'ordre ? Les petits commerçants face à la grande distribution ?, s'interroge-t-il.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2012 à 18:41 :
radieR les métallos

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :