Les cinq propositions du Medef pour aider les PME à embaucher

 |   |  505  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon la "patronne des patrons", Laurence Parisot, c'est dans les TPE et PME que se trouve le plus gros réservoir d'emplois. Le Medef invite donc le gouvernement à les soutenir dans leur politique d'embauche. Et elle fait 5 propositions en ce sens.

C'est en citant le président de la République lors de sa dernière intervention sur TF1 que Laurence Parisot, présidente du Medef, a ouvert la conférence mensuelle du syndicat patronal. «Nicolas Sarkozy l'a dit, l'emploi doit être la priorité des priorités. Il l'est aussi pour le Medef», a-t-elle assuré, tout en insistant : "Ce n'est pas du politiquement correct de dire que nous sommes d'accord pour faire baisser le chômage. C'est une orientation qui doit véritablement guider notre économie". Car il ne s'agit seulement de réduire les chiffres du chômage, mais surtout, de promouvoir la création d'emplois. Et celle-ci passe par les TPE et les PME. Cela se traduit concrètement par cinq propositions, énoncées par Laurence Parisot.

 

1 - Tout d'abord, en opposition à la politique mise en place par le gouvernement, elle demande la reconduite du "zéro charge" pour les TPE pour chaque emploi créé. Cette mesure a en effet permis la création de 110 000 emplois en 2010 : sur ce total, deux tiers ont permis l'embauche des jeunes. En outre, une création sur deux s'est faite en CDI.

 

2 - Ensuite, la formation des conseillers du Pôle emploi aux besoins spécifiques des TPE. Car "plus nous nous concentrons sur les TPE, plus nous pouvons créer d'emplois durables", a souligné la présidente du Medef. Il faut donc donner les moyens aux TPE et PME de prendre le risque d'embaucher. C'est pourquoi le Medef soutient le "super projet" des assises de la simplification de la réglementation" proposées par Frédéric Lefèbvre, secrétaire d'État auprès du ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie.

 

3 - Troisièmement, laisser la liberté aux chefs d'entreprises de gérer leurs entreprises. Laurence Parisot explique en effet ses inquiétudes de voir "l'Etat se transformer en super DRH". Il a par exemple récemment renforcé les dispositifs contraignants sur l'apprentissage, en imposant des quotas aux entreprises.

 

4 - Dans un quatrième point, la présidente du Medef a prôné le rapprochement du monde de l'entreprise et de celui de l'éducation, afin de valoriser l'alternance, comme au Danemark ou aux Pays-Bas, où un étudiant sur deux travaille en même temps que ses études et où le chômage des jeunes est plus faible qu'en Allemagne.

 

5 - Enfin, concernant la négociation des questions sur l'emploi des jeunes et l'assurance chômage, le Medef préconise la mise en place d'un observatoire d'évaluation de l'évolution des offres d'emplois, afin de mieux travailler sur l'orientation des jeunes. Se pose en outre la question de l'adaptation de l'assurance chômage aux nouvelles donnes économiques et démographiques, notamment en raison de l'allongement de la durée du travail pour toucher une retraite pleine.

 

C'est en accrochant le pin's "Annecy 2018" que Laurence Parisot a terminé son compte-rendu, insistant sur l'importance de soutenir la candidature du chef lieu de Haute-Savoie aux Jeux Olympiques d'hiver : si Annecy gagne, la France gagne 35 000 emplois.

 

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/03/2011 à 16:19 :
le smic a 880 E
Réponse de le 17/03/2011 à 11:39 :
Non, non un smic équivalent au rsa ?........
a écrit le 03/03/2011 à 7:37 :
Bonjour à tous,
je suis troublé par la quasi - coïncidence des chiffres :
Possibilité de"gagner" 35 000 emplois pour les jeux d'Annecy
Disparition probable de 25 000 emplois PME dans la filière photovoltaïque.
As-t-on entendu quoi que ce soit venant du MEDEF pour soutenir cette filière ?
Nombreux autour de moi déposent leur bilan, ça devrait se voir de façon évidente dès le deuxième trimestre.
Mais le MEDEF est-il vraiment soucieux de ses PME ?
Cdlt et faites "de bons plans sur la comète"
http://www.hncsolar.fr/

a écrit le 22/02/2011 à 10:46 :
zéro charge pour créer des emplois. L'astuce est un peu grosse. les charges sont du salaire différé, donc du salaire qu'on prélève au salarié qui finance ainsi la sécurité sociale. Sans charge, on pourrait créer des millions d'emplois, on ferait ainsi baisser le coût du travail et le medef coulerait la sécurité sociale. Cette proposition est du vol caractérisé, un fantasme de patrons. pareil pour l'idée selon laquelle, les TPE,PME pourrait créer des emplois. Sous traitantes des grands groupes du Medef, ce serait à elles de contraindre leurs salariés à des paies au lance pierre puisque le donneur d'ordre - le groupe - pése de tout son poids sur la charge de travail et le prix qu'il consent à payer. Tout est du même acabit, il est temps de réduire les salaires des patrons, des dirigeants, des hauts cadres, qui sont des parasites, dont le système n'a pas besoin pour fonctionner. Besancenot a raison.
Réponse de le 17/03/2011 à 11:45 :
Sans aller citer M.Besançenot qui à la sécurité de l'emploi, vôtre argumentaire est bien structuré on voit que vous connaissez bien çe que vous dites, bravo et merçi je m'aperçois qu'en FRANCE qu'il y à pas que des gens qui pensent aux fric.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :