Etats-Unis : le taux de chômage baisse mais les embauches aussi

 |   |  420  mots
Le président des Etats-Unis, Barack Obama. Copyright Reuters
Le président des Etats-Unis, Barack Obama. Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le taux de chômage a baissé à 8,2% aux Etats-Unis en mars, mais les embauches se sont nettement ralenties, selon les chiffres du gouvernement américain.

C'est une bonne et une mauvaise nouvelle à la fois. D'un côté le taux de chômage a baissé à 8,2% aux Etats-Unis en mars, mais de l'autre les embauches se sont nettement ralenties, selon des chiffres publiés vendredi par le gouvernement américain. Le président Barack Obama s'est d'ailleurs félicité de cette nouvelle baisse du chômage sans manquer de souligner que davantage de progrès étaient nécessaires pour compenser les emplois perdus à la suite de la crise économique. "Nous saluons le fait que nos entreprises ont créé 121.000 nouveaux emplois le mois dernier, et que le taux de chômage a baissé", a déclaré M. Obama. Mais il a reconnu en creux la déception qu'ont constitué ces chiffres en mettant en garde contre des "hauts et des bas" sur la route de la reprise.

Une baisse plus forte que prévue

En données corrigées des variations saisonnières, la première économie mondiale a créé 120.000 emplois nets, selon le département du Travail, soit beaucoup moins qu'attendu par les analystes qui tablaient sur 200.000. Ces analystes voyaient le chômage se maintenir à 8,3%, son taux en janvier et février. L'embauche avait été plus vigoureuse lors des deux premiers mois de l'année, permettant la création de 275.000 emplois nets en janvier et 240.000 en février. Des économistes craignaient que ces chiffres aient pu être gonflés par un temps inhabituellement clément, apportant un surcroît d'activité qui allait être compensé par un ralentissement en mars.

Le chômage peut évoluer différemment des créations d'emplois: son taux est déterminé par des sondages auprès des ménages alors que les créations d'emplois sont calculées à partir de sondages auprès des entreprises, il est sensible aux variations de la population active (qui a moins augmenté en mars qu'en janvier ou en février), et il est calculé au dixième de point de pourcentage près, d'où des effets de seuil.

Une tendance qui se confirme depuis l'été

Depuis l'été, la tendance du taux de chômage est nettement à la décrue, puisqu'il atteignait encore 9,1% en août. Cette tendance est aussi claire pour une autre mesure du marché du travail, le taux de chômage et de sous-emploi (comprenant entre autres les salariés travaillant à temps partiel contre leur gré, ou les personnes ayant abandonné la recherche active d'un emploi), qui a chuté à 14,5% en mars contre 14,9% en février. C'est le taux le plus bas depuis janvier 2009.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :