Grèce : publics ou privés, les émetteurs de dette voient leur note encore abaissée

Moody's a ramené à "Caa2" la note maximale attribuable à la dette émise par une entreprise grecque, qu'elle soit publique ou privée. L'agence d'évaluation financière invoque le risque croissant d'une sortie de la Grèce de la zone euro.
Moody's a ramené à Caa2 la note maximale attribuable à un émetteur de dette grecque.Copyright Reuters
Moody's a ramené à Caa2 la note maximale attribuable à un émetteur de dette grecque.Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Moody's ne fait plus de différence entre émetteurs de dette grecque privés ou publics. L'agence d'évaluation financière a abaissé vendredi la note maximale attribuable à un émetteur de dette grecque, qu'il s'agisse d'un établissement public ou d'une entreprise privée. Désormais, aucune dette émise en Grèce ne peut prétendre auprès de Moody's à une note supérieure à "Caa2" (contre B1 auparavant), note qui signifie que les obligations émises sont très risquées, proches du défaut. A noter que cette mesure ne concerne pas la dette souveraine, déjà notée "C". Par ailleurs, la note maximale "Caa2" peut être aménagée pour les émetteurs de dette grecque adossés à des entreprises étrangères ou possédant des actifs en dehors du pays.

Si Moody's a pris cette mesure, c'est en raison du  "risque croissant" qu'Athènes quitte la zone euro, au fur et à mesure que le scrutin du 17 juin se rapproche. Les Grecs sont appelés aux urnes dans deux semaines, le scrutin du 6 mai n'ayant débouché sur aucune coalition gouvernementale. Ces élections avaient exprimé le rejet des plans d'austérité appliqués au pays, et s'étaient traduites par la montée de partis radicaux désireux d'annuler les accords passés avec les créanciers du pays, accords qui conditionnent le sauvetage de la Grèce par le FMI, l'Union européenne et la Banque centrale européenne.

Moody's avertit qu'elle dégradera encore la note maximale attribuable aux émetteurs de dette grecs si Athènes quitte la zone euro. "Une sortie (du pays de la zone euro) aurait pour conséquences d'importantes pertes pour les investisseurs et entraîneraît d'importantes perturbations dans le système bancaire national et de graves bouleversements dans l'économie réelle", prévient l'agence. 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 02/06/2012 à 12:56
Signaler
ca doit faire un certain temps que plus personne ne veut preter uax grecs, je pense...

le 02/06/2012 à 15:01
Signaler
Ca dépend, à cour terme les rendements sont élevés.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.