Pour le président de l'Eurogroupe, le plan bancaire pour Chypre pourrait se reproduire

 |   |  523  mots
Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. Copyright Reuters
Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem. Copyright Reuters (Crédits : c Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le plan de sauvetage élaboré pour Chypre représente un nouveau cadre de résolution des difficultés bancaires de la zone euro et d'autres pays pourraient devoir restructurer leur secteur bancaire, a prévenu lundi Jeroen Dijsselbloem, le président de l'Eurogroupe.

Il s?agit bien de créer un précédent. "Ce que nous avons fait la nuit dernière, c'est ce que j'appelle repousser les risques." Dans une interview à Reuters et au Financial Times, le président de l?Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem a estimé que le plan bancaire pour Chypre créait un nouveau cadre de résolution des difficultés bancaires au sein de la zone euro. Selon lui, d?autres pays pourraient avoir besoin de restructurer leur système bancaire.

"S'il y a un risque dans une banque, notre première question devrait être d'accord, qu'allez-vous faire, vous, dans la banque ? Que pouvez-vous faire pour vous recapitaliser vous-mêmes ?", a-t-il ajouté. "Si la banque ne peut pas le faire elle-même, alors nous discuterons avec les actionnaires et les créanciers obligataires, nous leur demanderons de contribuer en recapitalisant la banque et, si nécessaire, (nous le demanderons) aux détenteurs de dépôts non garantis."

L'accord conclu pour Chypre s'apparente en effet à un "bail-in", c'est-à-dire un renflouement par les actionnaires et les créanciers et non par une aide extérieure (bail out).

Faire porter le risque sur le secteur financier

"Enlever le risque du secteur financier et le reporter sur les épaules du public n'est pas la bonne approche", a-t-il également déclaré, selon les propos rapportés par le Financial Times. "Si nous voulons avoir un secteur financier sain, le seul moyen est de dire: 'si vous prenez des risques, vous devez les assumer, et si vous ne pouvez pas le faire, vous n'auriez pas dû les prendre', et la conséquence peut être que c'est la fin de l'histoire".

Dans le cas du sauvetage de l'Irlande, un pays plombé lui aussi par son secteur bancaire, l'intégralité du fardeau avait été mis sur le contribuable, les créanciers privés ayant été épargnés.

Reduction du poids du secteur bancaire

Prié de dire si la nouvelle approche valait pour d'autres pays de la zone euro où le secteur bancaire est très important, comme Luxembourg ou Malte, ou d'autres pays où les banques sont en difficulté comme la Slovénie, Jeroen Dijsselbloem a estimé que ces pays devaient envisager une réduction du poids de leur secteur bancaire.

"Cela signifie : occupez-vous-en avant d'avoir des problèmes. Renforcez vos banques, consolidez vos bilans et prenez conscience du fait que si une banque est en difficulté, la réponse ne sera plus automatiquement que nous viendrons résoudre votre problème ; nous les repousserons. C'est la première réponse dont nous avons besoin : les repousser. C'est à vous de les résoudre."

"Un cas spécifique"

Après les réactions négatives - notamment sur les marchés - à la suite de ses propos, le président de l'Eurogroupe a tenté de rectifier en tir en publiant un communiqué précisant que "Chypre est un cas spécifique". "Les programmes d'ajustement macroéconomiques sont réalisé à la mesure de la situation du pays concerné et aucun modèle n'est utilisé."

>> Lire aussi : Chypre : pourquoi la zone euro ne sera plus jamais comme avant

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/03/2013 à 12:56 :
Pas menteur comme les autres....Alors a quand la separation des banques entre banques investissement et banque de depot....mais la finance n aime pas ca alors les politiques n ont plus...et Montebourg il fait quoi....
a écrit le 25/03/2013 à 22:56 :
La troïka a tranché et le successeur de Juncker du paradis fiscal luxembourgeois a montré le chemin. Qui va être le prochain pays, plus consistant, dont ce sera le tour ? Pour être oecuménique, l'évangélisation purificatrice
devrait commencer par les clergés avec leurs ustensiles de cavalerie financière pourrie, quels que soient leurs rites et qui s'activent dans la pénombre du hors bilan de banques à travers la titrisation du shadow banking.
Ils sont légion et pèsent plus d'un demi-million de milliards d'euros. Vaste programme !
Réponse de le 26/03/2013 à 12:39 :
Dans l'ordre: L'Espagne, le Portugal, l'Italie et enfin la France. Peuple français, dépèches-toi de dépenser ton fric sinon l'UE viendra se servir...
a écrit le 25/03/2013 à 22:10 :
Y en marre d'entendre parler des oligarques russes qui auraient très justement payer pour la Crète. En vérité, ce ne sont pas du tout des oligarques, ni la mafia, qui ont mis leur argent à Chypre, mais les classes moyennes supérieures russes qui se méfient avec raison du rouble et ont pensé mettre leurs économies dans un lieu sûr (et orthodoxe) où elles se rendent souvent comme touristes !
Réponse de le 26/03/2013 à 10:34 :
Les russes, c'est bien fait pour eux, ils ont spoliés pas mal de français avec leurs célèbres emprunts russes d'avant 1914, alors maintenant, c'est leur tour
Réponse de le 26/03/2013 à 12:38 :
@casuffit: Quelle remarque débile! Vu que les troupes française de Napoléon ont mis l'Europe à feu et à sang entre 1801 et 1815, faut-il que les français d'aujourd'hui en soient responsables et passent à la caisse pour dédommager les pays en question?
a écrit le 25/03/2013 à 21:00 :
Enfin !!!! Enfin un dirigeant politique qui comprend que sauver les banques en permanence sans contrepartie est une absurdité !!! Enfin un politique qui fait porter les risques par ceux qui sont sensés les prendre, à savoir les actionnaires, détenteurs d'obligations, voire les clients non garantis. Enfin un arrêt de ce stupide et couteux sauvetage par les contribuables !!! Enfin une responsabilisation des banquiers, la fin de l'aléa moral "pile je gagne, face tu perds" !!!Bravo mille fois, et tenez bon M. le président de l'eurogroupe !!! Ce n'est pas une petite baisse des marchés qui doit changer la politique.
Réponse de le 26/03/2013 à 5:59 :
Ce qui lui est reproché ce n'est pas de faire mais de dire. La presse financière anglo-saxone n'en demandait pas tant.
a écrit le 25/03/2013 à 19:41 :
Le rôle de la BCE n'est pas de jouer les pompiers en permanence. S'il y a des pyromanes dans la maison "Europe", il faut les arrêter et les mettre à l'ombre ! Le problème est qu'il y en a beaucoup. En France, ils sont légions, à droite comme à gauche !!!
Réponse de le 25/03/2013 à 21:02 :
Oui, les banquiers coupables doivent évidemment être mis en prison, sans les scandaleux "accords" avec l'AMF ou la SEC qui protègent les financiers malhonnêtes. Et les banques mal gérées doivent fermer et être liquidées, pour assainir le système financier.
a écrit le 25/03/2013 à 19:39 :
Il est temps pour eux de faire supporter leurs fautes et leurs imbécibilités aux banques,aux peuples .Car ça va mal.
Réponse de le 25/03/2013 à 21:03 :
Commentaire inexpliqué et stupide. Si une banque fait faillite, en quoi serait-ce la faute des autres ???? Que les banques prennent leurs responsabilités au lieu d'accuser les autres !!!
a écrit le 25/03/2013 à 19:24 :
Le projet de l'Eurogroupe était bien de tester la contribution des déposants. Ce n'est pas une mauvaise gestion, ou le résultat d'une mauvaise communication. C'était parfaitement volontaire et prémédité. C'est une façon très douloureuse de faire un exemple pour inciter les pays à se montrer plus prudent au niveau bancaire. Ceci dit, c'est un très mauvais signal pour l'euro et l'Europe. Cette petite victoire de l'Eurogroupe risque de finir par une grande défaite pour l'Europe.
Réponse de le 25/03/2013 à 21:05 :
En effet ce n'est pas une mauvaise gestion. Relisez l'explication : les banques mal gérées doivent prendre leurs responsabilités et en assumer les conséquences. Ca c'est de la bonne gestion .Plus de "Pile je gagne, face l'état perd".
a écrit le 25/03/2013 à 19:22 :
Bon, allez, je le ré-écris encore une fois : France : 2000 milliards de dépôts, montant de la garantie par l'Etat : 2 milliards. Encore ?
Réponse de le 25/03/2013 à 20:33 :
non.... c'est bon et exact en plus.... mais cela me rassures pas pour autant...au contraire
les dépôts du livret A .? eh ben.. et on on finance quoi avec? ah bon? logement social?
désolé...suis ironique... je devrais pas....
Réponse de le 25/03/2013 à 21:29 :
a ouvert la porte aux pays de l'est !!!!!!!!!!!!!!
a écrit le 25/03/2013 à 19:20 :
c'est de l'inconscience ou..... une déclaration de guerre financière? contre les peuples

mais je suis convaincu que l?Europe est morte... chacun pour soi..;eh oui fini de rêver... le beau rêve européen vole en éclat......la finance de Bruxelles a pris le pouvoir.. ou l'Allemagne?... ce qu'elle n'a pas obtenu par la guerre .elle l'aura autrement... . leur III Reich.. mais par la Finance.. c'est un propos fort je sais... mais les reportages que j'ai vu récemment me donne raison... (+ les nombreux livres que je lis sur notre histoire ) on ne devrait pas me censurer... normalement..Le peuple a un moment donné ..disons à court terme.. ne laissera pas/plus faire.. suis-je dans le vrai? ou pas.... qui peut me donner un avis?
Réponse de le 25/03/2013 à 20:47 :
@chipio: allez au puces, ils doivent bien avoir un ancien casque rouillé de poilu et un morceau de baïonnette et vous pourrez vous exercer devant le miroir de l?armoire du grand père en défiant le III ème reich. Moi je vais voir pour imprimer des affiches de mobilisation générale. Tenez bon, on les vaincra................avec le peuple, bien sûr.
Réponse de le 25/03/2013 à 21:07 :
Je pense que vous délirez totalement. Si une banque fait faillite, qu'elle l'assume, ce n'est pas aux états de payer des milliards encore et toujours pour sauver des banques mal gérées. Si l'on fait payer leurs erreurs par les banques elles mêmes et leurs actionnaires ou clients non garantis, cela les poussera à faire plus attention et donc à faire moins d'erreurs. C'est de la très bonne gestion.
a écrit le 25/03/2013 à 19:10 :
Les ratios de toutes sortes (liquidité/solvabilité, etc.) qui devraient contraindre et sécuriser les banques sont tellement triturés que plus personne ne peu exercer un contrôle pertinent et efficace.
On joue avec l'atome !
Réponse de le 25/03/2013 à 21:08 :
C'est pourquoi la meilleur efaçon de responsabiliser les banques est de les laisser faire faillite pour qu'elles fassent plus attention et évitent les risques inutiles.
a écrit le 25/03/2013 à 19:07 :
Le schéma qui consiste à dire : -le contribuable garantit les banques nationales qui prêtent à état- est devenu obsolète. Car les banques ont dévoyé le système en prenant des risques inconsidérés et très rémunérateurs sur les marchés avec des dépôts d'origine étrangère (paradis fiscaux ou autres offshores). C'est ainsi que les banques européennes ont été piègées par les actifs pourris américains en 2008.
Désormais ce sont les clients des banques, y compris les étrangers, qui paieront seuls. C'est la logique bancaire. Les clients paient avec les commissions de service bancaire et les intérêts. Si la banque prend trop de risque, elle doit lever des fonds propres et faire des bénéfices donc augmenter ses prix. Il n'y a plus de "too big to fail".
Réponse de le 25/03/2013 à 19:47 :
@National."Les banques ont dévoyé le système"et les Etats et les technocrates de Bruxelles ne se sont aperçus de rien?ça alors!
Réponse de le 25/03/2013 à 21:10 :
Oui, tout à fait. @on ne peu tpas... Si un voleur fait un cambriolage, c'est de la faute des policiers ??? Idem pour la finance : les banques sont responsables de leurs erreurs, pas les régulateurs.
a écrit le 25/03/2013 à 19:07 :
Le schéma qui consiste à dire : -le contribuable garantit les banques nationales qui prêtent à état- est devenu obsolète. Car les banques ont dévoyé le système en prenant des risques inconsidérés et très rémunérateurs sur les marchés avec des dépôts d'origine étrangère (paradis fiscaux ou autres offshores). C'est ainsi que les banques européennes ont été piègées par les actifs pourris américains en 2008.
Désormais ce sont les clients des banques, y compris les étrangers, qui paieront seuls. C'est la logique bancaire. Les clients paient avec les commissions de service bancaire et les intérêts. Si la banque prend trop de risque, elle doit lever des fonds propres et faire des bénéfices donc augmenter ses prix. Il n'y a plus de "too big to fail".
a écrit le 25/03/2013 à 18:55 :
Est-il vrai que certaines banques Françaises ont prété à Chypre
Réponse de le 25/03/2013 à 19:12 :
Indirectement oui, la Grèce est engagé à hauteur de 12 milliards d'euros dans Chypre. Ce sont surtout les anglais et les russes qui y sont mais je suis persuadé que les guignols de l'eurogroupe ne mesurent pas les mesures de rétorsion qu'ils ont initiés.
Réponse de le 25/03/2013 à 19:50 :
on va tarder à le savoir :-) il y a aussi celles qui ont des intérêts dans des banques grecques qui ont prêté à des banques chypriotes , et puis celles qui ont prêté à des banques italiennes qui ont prêté à des banques grecques qui .... et puis celles qui ont prêté à des ...
a écrit le 25/03/2013 à 18:50 :
Tous les pays à l'économie fragile devront en passer par là. On ponctionnera donc les épargnants du Portugal, de l'Espagne, de l'Italie et de la France. L'Europe risque de ne jamais s'en remettre et les allemands de faire cavaliers seuls ou presque. Europe, le début de la fin ?
Réponse de le 25/03/2013 à 20:02 :
Totalement en des accord. Tout Cela ne serait jamais arrive avec la prudence la plus element afire....
Réponse de le 25/03/2013 à 21:11 :
Au contraire, c'est le début d'une bonne gestion bancaire, la fin de la banque casino sauvée par les états sans contrepartie. Enfin.
a écrit le 25/03/2013 à 18:47 :
il faut toujours et toujours un idiot dans le concert européen. Parions que des transferts de capitaux importants vont avoir lieu et qu?entre autres le Luxembourg va en bénéficier.
Réponse de le 25/03/2013 à 19:13 :
Non, je crois qu'au contraire, tous les gens ayant de l'argent, beaucoup d'argent, vont très vite quitter les banques de l'UE. Pour les classes moyennes, elles vont vite procéder à des achats en dur pour ne pas se faire rincer.
Réponse de le 25/03/2013 à 21:33 :
OUI OUI Bastien si cela continue nous allons retirer ce que nous avons economise pour ne pas etre a la charge de nos descendants au cas ou il nous arriverait un pb de sante , sinon economise pr nos proches et non pour donner a des pays europeen qui n'ont su gerer COMME dans le passe au bas de laine ou ds la pierre
a écrit le 25/03/2013 à 18:40 :
Il ya du souci à se faire pour les banques françaises qui continuent comme jamais à jouer de l'effet de levier et à s'adonner à coeur joie à toutes sortes de produits toxiques !
Le seuil de 100.000 euros est totalement illusoire
a écrit le 25/03/2013 à 18:38 :
C'est donc maintenant clair : ce qui semblait incompréhensible à la plupart des observateurs, un marteau pilon (cette mesure aberrante de taxation des dépôts au premier euro) pour écraser une mouche (7 milliards, même pas deux kerviels !) et la conséquence évidente, le dynamitage de l'économie chypriote, étaient largement prémédités.
Il s'agissait de tester in vivo l'instauration d'une dictature de la Troïka sur l'ensemble des pays de la zone euro. Les peuples européens savent maintenant l'alternative qui leur est proposée : l'enfer ou l?insurrection.
Réponse de le 25/03/2013 à 19:14 :
Bingo !
Réponse de le 25/03/2013 à 21:13 :
Le message est : surveillez vos banques si vous voulez éviter les problèmes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :