France : le moral des ménages toujours bas, perspectives sombres pour l'industrie

Tout en restant très bas, le moral des ménages français s'est très légèrement amélioré en janvier, selon l'Insee. Par ailleurs, les demandes globale et étrangère adressées à l'industrie française ont encore nettement chuté au quatrième trimestre et un nouveau recul est anticipé par les entreprises en janvier-mars.

2 mn

Le moral des ménages a remonté de 3 points en janvier mais reste à "un niveau très bas", l'indicateur qui le mesure s'établissant à -41 en données corrigées (CVS), a annoncé l'Insee mercredi. Le moral des ménages avait touché en octobre un plancher historique à -47 points. En janvier, quatre des cinq composantes de cet indicateur ont évolué favorablement, relève l'Insee.

Les ménages français sont plus nombreux à penser que le niveau de vie en France s'est amélioré au cours des mois précédents même si leur sentiment sur les perspectives d'évolution du niveau de vie en France "reste stable à un niveau faible", indique l'institut. Leur opinion sur la situation financière passée continue de s'améliorer tandis que celle sur la situation financière future des ménages progresse un peu. Et ils sont plus nombreux à juger opportune la possibilité faire des achats importants.

En revanche, l'opinion des ménages concernant l'évolution du chômage se détériore de nouveau en décembre, de même que leur situation financière actuelle, en léger repli. Tout en étant plus nombreux à estimer que le moment est favorable pour épargner, les ménages sont ainsi un peu plus pessimistes sur leur capacité future à épargner.

Par ailleurs, selon l'enquête trimestrielle de conjoncture dans l'industrie publiée ce mercredi aussi par l'Insee, l'indicateur qui mesure l'évolution prévue de la demande globale pour l'industrie manufacturière a chuté à -42 contre -30 dans la précédente enquête d'octobre, et -9 en juillet. Pour la demande étrangère, il tombe à -44 contre -24 en octobre et -4 en juillet.

La proportion d'entreprises manufacturières mentionnant des goulots de production a continué de reculer et le taux d'utilisation des capacités a diminué à 75,8% contre 82,2% dans l'enquête d'octobre.

Selon les chefs d'entreprise interrogés (environ 4.000), la baisse des effectifs industriels s'est de nouveau accentuée au cours du quatrième trimestre et, au vu de leurs anticipations, "elle s'intensifierait encore au cours des trois prochains mois".

L'enquête trimestrielle de l'Insee complète, notamment sur la demande et les facteurs de production, l'enquête mensuelle publiée le 23 janvier et qui faisait état d'une stabilisation de la confiance des industriels à un niveau bas. L'indicateur du climat des affaires s'est ainsi maintenu à 73, un chiffre meilleur qu'attendu mais qui reste le plus bas depuis la création de cette enquête en 1976.

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Selon Christine Lagarde (parole d'évangile) : TOUT VA BIEN ! Donc, de mon côté, je ne cherche pas à me plaindre ! lol

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Quand je demande à un concessionnaire automobile, il me répond qu'il n'a jamais vendu autant de véhicules que ces derniers mois, que les délais de livraison sont plus long que les années précédentes... dans le domaine de la construction, un entrepren...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Mon banquier m'a dit qu'il n'y a aucune demande de prêts immobiliers et très peu de demande de prêts à la consommation en ce moment.Cet indicateur est le meilleur indicateur conjoncturel qui soit.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
GOUVERNANTS MENTEURS - la méthode coué, c'est as been. Qui peut faire croire que tout va bien, s'il n'y a pas de demande de financement, c'est que tout va tres tres mal.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
On ne nous dit pas tout!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
dans la politique suivant les diagrammes ,on eput dire que l'i .nduistrie est dans le sens de maintenir la politique existante ???,pourquoi et c'est pour une economie interantionale.cependant qui doit être d'ideologie marxiste

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il serait intéressant de voir quels sont les éléments pris en compte par l'INSEE. Sont-ils toujours d'actualité car depuis 1976, les repères ont changé..... Je pense quue nous connaîtrons un début de croissance à partir de Juin pour un résultat 2009...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
En profession libérale dans le secteur financier-placements, je constate que le moral des Français a progressé: D'un étrat de choc "psychologique", ils reprennent leurs esprits encore secoués par la tempête. Mais ils constatent que leur argent est t...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il est temps que les intellectuelles, les saltimbanques et autres guignols, qui ont dénigré l?industrie et ses produits, trouvent des solutions pour faire vivre la population française.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Lorsque l'on est confronté à une période difficile,je ne connais qu'un seul reméde :ne compter que sur soi et surtout éviter d'emboiter le pas des faiseurs de jours meilleurs,car ceux là ne travaillent que pour eux

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
La vérité est ailleurs ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Toute entreprise industrielle disposant d'un réseau commercial français et international a une idée des perspectives de ses clients, de leurs stocks pour les produits courants et des projets, l'une et l'autre permettant de tenir à jour des prévisions...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
qui va payer la facture !!! Encore les salariés qui aujourd'hui financent leur entreprise par leurs impôts et qui demain seront peut être licenciés. L' état ne doit pas intervenir dans les entreprises dixit le medef pourtant aujourd'hui les entrepris...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
UNE TIRELIRE D'EPARGNANT DE TOUE UNE VIE DE TRAVAIL EST VIDEE NON SEULEMENT A MOINS 40% ! COINCEE DANS UN PEA NOUS N' avons jamais touché de dividandes ! mais tout les impots qui en découlaient ont allimenté largement les caisses de l'etat

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Profession libérale dans le financier-placement : c'est peut être un assureur dans tous les cas c'est sûr, c'est un rassureur ! Mais quelle naïveté...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Il est temps de reprendre l'émission de crédit productif public, en faveur d'une reprise, et donc de revoir les textes (art 104 du Traité de Maastricht, article 123 du Traité de fonctionnement de l'Union Européenne...) qui en interdisent le recours. ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
J'ai la chance d'avoir un emploi stable mais qui pourrait être néanmoins remis en question au gré des restructuration... En classe moyenne, je n'ai pas droit à grand chose et aucune mesure de relance de la consommation. Comme j'ai changé de véhicule ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Non, KAMELED29, je ne suis ni l'un ni l'autre. Mais au lieu de "catastropher" les choses, je les analyse grâçe à mes connaissances économiques (mes études)et mon métier qui me permet d'etre en contact permanent avec les "gens" qui travaillent et qui ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
mr pietri je suis retraité , donc un peu vieux , mais votre raisonnement sur l economie me fait herisser le poil , nos gourvernants ont fait des etudes , voila ou nous en sommes . bonne soirée

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Trop morte de rire....

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
je suis actuellement en train d'acheter une voiture neuve (j'habite en finistère) : résultat tous les concessionnaires ici n'ont jamais vendus autant de voitures, je vais devoir attendre 2 mois pour la livraison, ma banquière signe pret auto sur pret...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Jeune et tendre ? Diable, 54 ans tout de même !.. Cher Alain Pietri puisse l'avenir vous donner raison, après tout c'est notre intérêt à tous, mais hier dans les rues il y avait beaucoup d'échantillons de la population qui semblaient ne pas trop y cr...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le mot de "Crise" une fois lancé,dufficile de l'arrêter. Il a été lancé la première fois en 1974 par Giscard... Discerner le vrai du faux me semble impossible. Ce qui est sur, c'est que: le divorce de masse,l'avortement de masse,le chômage de mass...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.