Le taux de chômage en France grimpe à 8,2% au quatrième trimestre

La tendance à une forte poussée du chômage en France se confirme avec une nouvelle hausse du taux de chômage pour le dernier trimestre 2008. Il atteint 8,2% avec les DOM (7,8% pour la métropole), soit beaucoup plus que ce que prévoyaient les analystes.

Après le chiffre record du nombre de demandeurs d'emploi supplémentaires en janvier (90.200), le taux de chômage, annoncé désormais tous les trois mois et publié ce jeudi, confirme la tendance d'une flambée du chômage en France. Au quatrième trimestre, il a atteint 7,8% (8,2% DOM inclus), soit une hausse de 0,6 point par rapport au troisième trimestre (7,6%). (retrouvez le résultat de l'enquête de l'INSEE).

Cette progression est beaucoup plus importante que prévu. Selon le consensus Bloomberg, les analystes tablaient en effet sur un taux de chômage français de 7,9% au quatrième trimestre. A 8,2%, c'est son plus haut niveau depuis le troisième trimestre 2007.

Au sens du Bureau international du travail (BIT), cela correspond à près de 2,2 millions de chômeurs (2.197.000). Toutes les catégories d'âge et de sexe sont concernées par cette remontée du chômage, mais dans des proportions variables.

Les jeunes sont les plus touchés. Pour les moins de 25 ans en métropole, le chômage a crû fortement, de 2,1 points à 20,4% en moyenne au quatrième trimestre (contre 18,3% au 4ème trimestre 2007). Cela reste presque trois fois supérieur à celui des 25-49 ans. Fin 2008, il y avait 543.000 jeunes actifs au chômage en France métropolitaine. Si l'on prend aussi en compte les Dom, le chômage des jeunes a grimpé à 21,2% au dernier trimestre 2008 (19% au quatrième trimestre 2007).

Le chômage a aussi augmenté, beaucoup plus faiblement, pour les 25-49 ans, à 7% en moyenne en métropole au quatrième trimestre, soit 1,301 million de personnes (6,9% au 4ème trimestre 2007), et à 7,4% avec les DOM. Pour les plus de 49 ans, le taux de chômage est resté stable sur un an à 5%, correspondant à 353.000 personnes.

Par ailleurs, toujours dans l'actualité macroéconomique française, le mouvement de baisse des prix producteurs s'est accentué en janvier avec un recul de 2%, après des baisses de 1,4% en décembre et de 2% en novembre.

L'Insee souligne que la baisse a été amplifiée par l'entrée en vigueur, en janvier, de certaines mesures de la loi de modernisation de l'économie (LME) qui entraînent comptablement une baisse des prix de vente à la grande distribution des produits agro-alimentaires et des biens de consommation, en compensation de la disparition des marges arrières.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 11
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Hélas ce n'est que le début, la crise s'aggrave de jours en jours, les dépots de bilan se multiplient ... et nos fonctionnaires du transport préparent la grève !!

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
non!!!!!pas possible ????

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
A Rachel : vous remettez donc en cause le droit de grève ? avez-vous constaté les acquis des grévistes d'outre mer ? (augmentation de salaire, baisse de prix du carburant, produits alimentaires, gel des loyers....) il est certain qu'avec des attitude...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Et toujours ces chiffres farfelus ! Ils ne comptent ni les chômeurs sortis de CDD, de contrats intérimaires et de chômages partiels dans leurs stats, donc le chiffre du chômage on peut peut-être bien le doubler ! On entend des politiques : "En France...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
De quels catégories ! ! ! seulement de la catégorie 1, quand est il du % des autres catégories de 1 à 6 et puis les chômeurs non inscrit au Pôle emplois , les radiés , les virés, les trop vieux , les handicapés , les radiés pour un oui ou non , les...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
On prend rendez-vous dans 2 ans pour mesurer l'état de misère des salariés du secteur privé dans les antilles. @lucromain : Les grèves ont débouché sur des coûts à la collectivité et aux entreprises effarant en temps de crise, sans compter leur impac...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
@Dazibaos : fausse polémique, on comptait de la même manière sous Jospin.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
la crise ? nous n'en sommes pas responsables trop façile Exemple La Guadeloupe hôtels fermés méridien un champ de ruines Hamac disparu comme Anchorage Club Med fermé actuellement Impossible d'avoir un service hotelier correct servir c'est de l' esc...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
@ MILOU PENSEZ VOUS SINCEREMENT QUE L ESPAGNE A UNE FACON DIFFERENTE DE LA NOTRE DE COMPTER ? ARRETONS DE PENSER QU IL N Y A QU EN FRANCE QUE LES POLITIQUES SONT PRETS A DES GESTION PUREMENT COMPTABLE POUR AMELIORER LES CHIFFRES ET SE FAIRE REELIRE. ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Les 10% de la population active au chômage seront pour 2009 ou pour 2010 ? Le chômage, qui a l'air de bougrement s'accélérer, pourrait s'inviter au prochain réveillon du Nouvel An avec 500 000 chômeurs de plus. Et 2010, battra t il le record de d...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le droit de grève ne doit pas être utiliser pour empêcher les pauvres de travailler. Si vous êtes de bonnes intentions comme vous le dites, trouver un autre moyen de pression sur le gouvernement !! Il faut quand même être sacrément intelligent pour r...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.