France : l'activité a finalement reculé de 1,1% au quatrième trimestre

 |   |  143  mots
Le produit intérieur brut (PIB) de la France a reculé de 1,1% au quatrième trimestre 2008, contre -1,2% annoncé précédemment, selon une nouvelle estimation de l'Insee. La croissance sur l'ensemble de l'année reste à +0,7%.

Le produit intérieur brut (PIB) de la France a reculé de 1,1% au quatrième trimestre 2008, contre -1,2% annoncé précédemment, selon une nouvelle estimation publiée ce vendredi par l'Insee qui ne modifie toutefois pas la croissance sur l'ensemble de l'année, qui a été de +0,7%.

Le PIB de la France devrait encore chuter de 1,5% au premier trimestre 2009 puis de 0,6% au deuxième trimestre, selon les prévisions publiées la semaine dernière par l'Insee.

Si la croissance devait être nulle au deuxième semestre, la France achèverait ainsi l'année 2009 sur un recul du PIB de 2,9%, prévient l'Institut national de la Statistique, qui fournira en juin ses premières prévisions pour l'ensemble de l'année.

De son côté, le gouvernement prévoit une baisse du PIB de 1,5% sur l'ensemble de 2009, après +0,7% en 2008 et +2,1% en 2007.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Voyons voir : - 1.5% (T1) - 0.6% (T2) + 0% (T3) + 0% (T4) = -2.9% (2009). Il manque 0.8% dans cette affaire ! C'est bien gentil de reprendre les chiffre de l'INSEE, mais ce serait peut-être utile d'expliquer, parce que là...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Normal avec toutes ces grèves a répétition le PIB ne peut que baisser...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@Sinclair : Le taux annuel moyen est calculé à partir du glissement annuel par trimestre qui tient compte du trimestre concerné ainsi que des 3 trimestres précédents. Par exemple : 2003 :T1 0; T2 -0,4; T3 0,4; T4 0,5 et 2004 : T1 0,5; T2 0,5; T3 : 0,5; T4 : 0,5. Glissement annuel sur 2004 : 1 ; 1,9 ; 2 ; 2. Donc un taux annuel moyen de 1,7. Cette méthode est utilisée pour lisser l'évolution de la croissance (ou décroissance héhé) et dégager des tendances de fond. Au début de l'année on connaît donc déjà la moitié de la croissance de l'année. C'est ce que les journalistes appelent "acquis de croissance". Si une entreprise faisait la même chose avec son chiffre d'affaire elle se ferait allumer par ses auditeurs et par le fisc pour n'avoir pas rattachée son chiffre d'affaire à la bonne période fiscale.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Toujours pas de communiqué de Christine Pipo des Finances pour nous expliquer cette déroute de mauvais chiffre( mais en moins bien que Rational ) NOUS FAISONS TOUJOURS MIEUX QUE LES AUTRES PAYS AH ! AH ! on se marre ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :