La ministre de l'Economie confirme la suppression de 34.000 postes de fonctionnaires

 |   |  179  mots
La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a indiqué que 34.000 postes de fonctionnaires d'Etat seraient supprimés dans le budget 2010, avec le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a affirmé que l'hôpital n'était pas concerné par cette règle.

Le gouvernement appliquera "strictement en 2010 la règle du non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite. 34.000 postes seront supprimés en 2010", a déclaré la ministre de l'Economie, Chirstine Lagarde, dans un entretien au Monde daté de mardi.

La ministre confirme ainsi, en la précisant, l'estimation du quotidien économique Les Echos, qui avait donné jeudi une fourchette de 33.000 à 35.000 postes de fonctionnaires d'Etat supprimés dans le budget 2010.

La ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, a pour sa part rappelé lundi, sur France Inter, que "l'hôpital n'est pas touché par le non remplacement d'un fonctionnaire sur deux". Le projet de loi "Hôpital, patients, santé, territoire", déjà passé à l'Assemblée nationale, doit être examiné par le Sénat à partir de ce mardi. La ministre a promis qu'il y aurait "des points d'éclaircissement" sur ce projet de loi, notamment sur la gouvernance des établissements hospitaliers,  mais le MDHP (Mouvement contre la loi Bachelot et pour la défense du service public hospitalier) a d'ores et déjà appelé les professionnels hospitaliers à manifester jeudi contre le projet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Il en manque encore environ..... 3 000 000 - 34 000 = 2 966 000, à cette vitesse, on y est pas encore arrivé !!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La question importante, au-delà de la déclaration de la dame Bachelot, est de savoir quels secteurs seront atteints par ces suppressions d'emplois, de postes
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Moins de soignants, c'est plus de cliniques et hôpitaux privés, moins d'enseignants c'est plus d'écoles privées, moins de postiers c'est plus de logisticiens privés, etc, etc.... tous ces services publiques qui glissent au privé c'est des prestations plus chères pour les usagers à terme comme avec le téléphone, l'eau,... et plus de dividendes au secteur privé ... le réussite par l'accumulation de richesses et d'argent par certains aux dépends du plus grand nombre ...la vision républicaine de SARKOZY et des siens...
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
"des prestations plus chères pour les usagers à terme comme avec le téléphone"? Ah bon? Je paye aujourd'hui moins cher qu'avec France Télécom!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
ON est toujours dans l'idéologique!
La suppression de poste de fonctionnaires n'est pas un indicateur de bonne gestion c'est seulement un gage donné aux libéraux. Au moment où lon s'aperçoit que les modèles libéraux que l'on encensait il y a 2 ans (GB, espagne) sont plus durement touchés par la crise que notre Pays le gouvernement Sarkozy continue sa chasse aux fonctionnaires, ce alors que le citoyen demande mieux d'état
Il faudrait que le citoyen contribuable comprenne que les pseudo économies d'impôt qu'on lui accorde sont largement compensées par les hausses de tarifs de certains services et qu'il n'est pas gagnant sauf évidemment les contribuables les plus aisés amis de notre Superprésident.
En tant qu'élu local je suis interpellé par des services qui auparavant étaient faits gratuitement où un prix symbolique par la DDE ou la DDA et qu'il faut maintenant acheter très chers auprès de cabinets privés il faudra bien qu'un jour cela se répercute dans les impôts locaux.
De même que le consommateur s'interroge sur le coût et la qualité des services offerts avant et après la privatisation par des entreprises comme France Télécom et EDF
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pourquoi ne pas baisser leurs avantages et leurs salaires au lieu de supprimer tant d'emplois ! Si les fonctionnaires ne sont pas contents bien là ils pourront être licenciés ! Après tout, chacun dans la meme M....

Il vaut mieux garder son emploi que d'aller pointer aux assedics en ce moment . . .

Apres l'Etat va dire que le taux de chomage ne cesse d'augmenter ! A qui la faute non mais ?!?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :