Les opposants au changement de statut de La Poste obtiendront-ils l'organisation d'un référendum ?

"Plus de un million de votants" ont été recensés samedi soir, au "scrutin citoyen" sur le changement de statut de La Poste, selon Razzy Hammadi, secrétaire national du parti socialiste en charge des services publics. Le but des organisateurs - partis de gauche, associations et syndicats : provoquer le débat et obtenir sur le sujet l'organisation d'un référendum national.
Les organisateurs de la consultation sur le changement de statut de La Poste espère un non massif, afin de peser sur les orientations gouvernementales.
Les organisateurs de la consultation sur le changement de statut de La Poste espère un "non" massif, afin de peser sur les orientations gouvernementales. (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Selon, Razzy Hammadi, secrétaire national du parti socialiste en charge des services publics, "plus de 1 million de votants" auraient été comptabilisés, vers 20 heures samedi, au "scrutin citoyen" organisé par 62 partis de gauche, associations et syndicats sur le statut de La Poste. Selon le mouvement Attac, il s'agirait même de "2 millions de personnes". Les résultats seront annoncés lundi.

"Le gouvernement veut changer le statut de La Poste pour la privatiser, êtes vous d'accord avec ce projet ?", telle était la question posée sur les bulletins de vote de près de 10.000 bureaux de poste improvisés un peu partout en France.

Le porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, a qualifié ce dimanche la votation de "vaste manipulation organisée par des associations ou partis de gauche qui veulent faire croire à un projet de privatisation". Car le gouvernement maintient que l'entreprise restera "à 100%" publique".

Dans le cadre de l'ouverture du marché européen à la concurrence à partir de 2011, La Poste doit en effet être transformée en société anonyme à capitaux publics le 1er janvier 2010. Un projet de loi en ce sens, programmé au Parlement à l'automne, prévoit une augmentation du capital de l'entreprise de 2,7 milliards d'euros - 1,2 milliard directement et 1,5 milliard via la Caisse des dépôts et consignations (CDC).

Les capitaux de La Poste resteraient donc publics, mais les syndicats et l'opposition de gauche voient dans ce changement de statut la porte ouverte à l'entrée de capitaux privés, en un mot à une "privatisation rampante".

Le ministre de l'Industrie, Christian Estrosi, a estimé pour sa part que l'ampleur de cette consultation devait inciter le gouvernement et la majorité à "expliquer encore plus" le projet.

Référendum ou pas référendum ?

Le but des organisateurs de cette consultation - qui n'a pas de valeur juridique - est d'obtenir du gouvernement l'organisation d'un référendum national sur le changement de statut de la Poste, avant tout débat du projet de loi.

Car la réforme constitutionnelle de juillet 2008 offre théoriquement la possibilité d'organiser un "référendum d'initiative populaire", à la condition qu'il soit soutenu par 1/5e des parlementaires (soit 184 députés et sénateurs) et 1/10e des électeurs inscrits (environ 4,5 millions de personnes).

Mais le décret d'application du texte n'est pas encore publié. Le Parti socialiste a ainsi annoncé son intention de déposer une proposition de loi dans le cadre de la niche parlementaire du 15 octobre "visant à fixer les modalités d'organisation d'un référendum d'initiative populaire, inscrit dans la Constitution, et que le gouvernement tarde, par calcul, à instaurer", selon les déclarations de Razzy Hammadi.

Selon un sondage Ifop pour Sud Ouest Dimanche publié ce dimanche, 59 % des Français souhaitent que le gouvernement organise un référendum national sur l'avenir de La Poste.


 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 12
à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
@franc elle ne va pas connaitre la concurrence car elle l'a connait déjà ! 70% du CA d'affaires est fait dans des secteurs concurrentiels. Il ne reste que la lettre de moins de 50g sous monopole qui est en constante diminution (internet).

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
faire voter un million de personnes, un succès, je ne le pense pas. AJOUTER LES MILITANTS DES PARTIS DE GAUCHE, LES MILITANTS DES SYNDICATS ET DES ASSOCIATIONS D'OBEDIANCE DE GAUCHE est le tour est joué de toute facon la POSTE est au pied du mur ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Si le gouvernement donnait suite à un référendum populaire sur le changement de statut de la Poste, ce serait scandaleux.

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
ah démagogie; c'est tout ce qu'ont trouvé les partis d'extrême gauche pour tenter de se refaire une santé. Mon dieu c' ben trissste. Ils ont peut être peur que l'on découvre comme à l'EDF en son temps la gestion du CE qui est calamiteuse. Dur d'étouf...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Dans le texte du référendum il fallait inclus le coût des fonctionnaires sur la charge publique avec la baisse du courrier et l'effet de la concurrence; Déja les colis sont convoyés par des sociétés privées allemandes, hollandaise ou américaines

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
privatiser ?? bof !! pour privatiser il faut trouver des acheteurs . Et qui pourrait bien être intéressé par la poste française ?

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Si vous trouvez que la concurrence apporte du progrès dans les activités nécessaires à tous les français, signalez-moi ces activités ! Pour l'eau, nous nous sommes tous fait avoir par Vivendi qui a utilisé puis gaspillé notre argent dans des acquisit...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Cette "votation" est une manipulation la question posée aux citoyens était:etes vous pour la privatisation de la poste? Alors que cici n'est pas à l'ordre du jour mais la gauche espere par ce biais trouver enfin un angle d'attaaque contre le gouverne...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Que tous celles et tous ceux qui veulent que soient maintenus des bureaux de postes au fin fond du trou du cul de la France, levent le doigt. Ainsi a ceux-la et ceux-là seulement il faudra trouver la façon de leur imputer les coûts de fonctionnement ...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Le seul intérêt qu'on pourrait trouver au changement de statut, et donc à la privatisation à terme, serait que les dirigeants ne soient plus des politiques à la recherche de rémunérations confortables; mais il ne faut pas rêver, le politique qui se m...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
Quelques part on s'en fout un peu du statut de la poste, la concurrence arrivera en 2010 pour les particuliers et chacun sera ENFIN libre de choisir son prestataire comme pour l'électricité, le téléphone...mais c'est sur que la poste ne va pas être c...

à écrit le 09/10/2009 à 13:41
Signaler
L referendum d'initative populaire est une vaste escroquerie. D'abord la loi n'est pas encore votée (prévue fin de legislature) et en plus il faudra un vote d'une majorité de députés (on ne la connait pas encore) avant de faire faire une pétition à ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.