Les destructions d'emplois vont se poursuivre en France en 2010

 |   |  382  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Après une année noire en 2009, Pôle emploi prévoit que la hausse du chômage s'atténuera nettement en 2010 en France à la faveur d'une modeste reprise économique. mais le taux de chômage s'affichera tout de même à 9,9% de la population active fin 2010, contre 9,6% en 2009.

Dans ses dernières projections publiées ce jeudi, le département "prévisions et conjoncture" de Pôle Emploi table sur 86.000 demandeurs d'emplois supplémentaires en catégorie A (chômeurs n'exerçant aucune activité) sur l'ensemble de l'année 2010, après 468.000 en 2009, soit une amélioration certaine grâce à la reprise économique.

En ajoutant les demandeurs d'emploi exerçant une activité réduite (catégorie B et C), la hausse serait de 102.000 en 2010, après un bond de 604.000 cette année. Le nombre de demandeurs d'emploi serait ainsi de 2,76 millions fin 2010 en catégorie A et de 3,94 millions pour les catégories A, B, C, contre des niveaux respectifs de 2,67 millions et 3,84 millions à la fin 2009.

Le taux de chômage au sens du Bureau international du Travail poursuivrait sa hausse, pour atteindre 9,9% à la fin 2010 en métropole contre 9,6% en 2009 et 7,8% en 2008.

Au troisième trimestre, le taux de chômage au sens du BIT est resté stable à 9,1% mais les économistes s'attendent à ce qu'il augmente de nouveau en fin d'année après la poussée du chômage annoncée par Pôle emploi en octobre. "Le pic des destructions d'emplois devrait vraisemblablement être atteint à la fin de l'année 2009 ou dans les premiers mois de 2010", jugent les prévisionnistes de Pôle emploi.

408.600 postes perdus sur un an par l'économie française

De fait, les chiffres publiés ce jeudi par l'Insee ne sont pas encourageants pour la fin de l'année. Au cours du troisième trimestre, les destructions d'emplois dans les secteurs principalement marchands ont été au nombre de 93.100 (-0,6%), selon la statistique révisée de  l'Insee et après 93.500 au deuxième trimestre - et bien loin des 5.500 qui avaient été annoncés en première estimation le 13 novembre...

Entre septembre 2009 et septembre 2008, l'économie française a perdu 408.600 postes, principalement dans l'industrie et l'intérim, selon l'Insee.

L'industrie perd des emplois depuis 2001, le mouvement ne s'est pas arrêté au 3ème trimestre (-49.400) et dans la construction, il s'est "accéléré" (-16.100). C'est même "le plus mauvais résultat depuis dix ans", selon Bernard Ernst, ex-directeur des statistiques de l'Unedic, passé à Pôle Emploi. Maigre consolation, la "forte hausse" des effectifs dans l'intérim au troisième trimestre est confirmée (+36.900).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :