Le pouvoir d'achat des Français a progressé au profit de ... leur épargne

 |   |  385  mots
Le pouvoir d'achat des Français a augmenté de 0,6% au troisième trimestre, après 1,1% au deuxième trimestre, selon l'Insee. Dans le même temps, leur taux d'épargne a progressé de 16,7% à 17%, un record pour ces dernières années.

Le revenu disponible brut des ménages a progressé de 0,8% au total au cours du troisième trimestre mais, compte tenu d'une hausse de 0,2% du prix des dépenses de consommation, l'augmentation du pouvoir d'achat ressort à 0,6%, explique l'Insee dans sa présentation des résultats détaillés des comptes nationaux. Au deuxième trimestre, l'inflation avait été nulle et la hausse de 1,1% du revenu disponible brut avait également été celle du pouvoir d'achat.

Si les dépenses de consommation des ménages ont augmenté en valeur au troisième trimestre (de 0,4% après 0,3%), les Français ont surtout épargné davantage. Leur taux d' épargne a encore augmenté/ Il atteint 17% - son niveau le plus élevé de ces dernières années - contre 16,7% au deuxième trimestre. Une hausse habituelle de l'épargne de précaution en temps de crise, selon les économistes. Selon une récente étude de la Société Générale, une normalisation du taux d'épargne "se produira sans doute au cours des prochaines années, avec un retour du taux d'épargne vers 15,5%".

Principale composante du revenu disponible brut des ménages, la masse salariale, stable en avril-juin après une contraction de 0,7% sur les trois premiers mois de l'année, a renoué avec la croissance (de 0,2%) au troisième trimestre, précise l'Insee. Les prestations sociales ont, de leur côté, progressé de 0,4% après un bond de 3% au deuxième trimestre qui était dû au versement de primes dans le cadre du plan de relance (prime de solidarité active et prime de 150 euros aux bénéficiaires de l'allocation de rentrée scolaire).

Enfin, les impôts sur le revenu et le patrimoine versés ont parallèlement reculé (de 3,4% après une baisse de 0,7% au deuxième trimestre), contribuant pour 0,4 point à la croissance du revenu disponible. Le revenu disponible des ménages avait stagné au premier trimestre avant son rebond de 1,1% au deuxième.

Dans sa note de conjoncture du 17 décembre, l'Insee le voit progresser de 2,2% sur l'ensemble de 2009, grâce en grande partie aux transferts sociaux en période de crise, après un gain de 0,7% en 2008. En 2010, les gains de pouvoir d'achat des ménages "seront bien inférieurs en 2010 à ceux dégagés en 2009", selon la Société Générale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :