Restauration : la justice refuse d'expulser Christine Pujol des locaux de l'Umih

 |   |  343  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Le Tribunal de grande instance de Paris a rejeté ce vendredi la demande d'expulsion en référé déposée par les opposants de la présidente contestée de l'Umih (principal syndicat de l'hôtellerie-restauration), Christine Pujol.

Le Tribunal de grande instance de Paris a rejeté ce vendredi la demande d'expulsion de l'ancienne présidente de l'Umih (premier syndicat de l'hôtellerie-restauration), Christine Pujol, du siège du syndicat où elle s'est enfermée depuis le 10 mars.

Christine Pujol occupe les lieux, car elle conteste la légalité de l'assemblée générale extraordinaire (AGE) qui, en novembre dernier, l'a destituée, ainsi que toutes les décisions qui ont suivi. Elle a également porté plainte pour "harcèlement". Ses opposants - notamment Roland Héguy, élu à la présidence lundi dernier - ont saisi la justice en référé pour obtenir son départ des lieux. Mais le tribunal a choisi de rejeter cette demande "en l'absence de tout trouble manifestement illicite de ce fait".

Un mandataire judicaire pour organiser une nouvelle assemblée générale

L'un des avocats de Christine Pujol, Me Henri de Beauregard, a cependant annoncé à la presse que sa cliente entendait quitter les lieux de son plein gré dans la journée pour y revenir lundi "afin de poursuivre sa mission". Elle souhaite notamment, selon Me de Beauregard, "pleinement collaborer" avec le mandataire judiciaire que le TGI de Paris, dans sa décision de ce vendredi, a décidé de nommer au sein de l' Umih.

Le mandataire judiciaire aura pour mission de mettre fin à la guerre interne qui agite le syndicat, notamment en convoquant une assemblée générale extraordinaire, "afin de permettre l'élection de son nouveau président et de son nouveau vice-président".

"Nous souhaitons que ces élections se tiennent le plus rapidement possible pour que l'UMIH retrouve sa sérénité", ont expliqué président de l'Umih, Roland Héguy, et son vice-président, Hervé Becam. "Nous sommes impatients de retourner devant nos mandants pour cette nouvelle élection qui, nous l'espérons, va permettre de définitivement tourner la page. Notre profession fait face à de nombreux défis, il est temps que notre organisation puisse la servir, rassemblée autour d'une équipe de direction renouvelée".

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2010 à 13:00 :
Ça donne envie d'adherer a l'Umih...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :