Curieux plaidoyer pro domo de Sarko

 |   |  462  mots
Malmené par les sondages, Nicolas Sarkozy publie ce mardi un document où il défend la politique menée depuis son élection il y a trois ans, le 6 mai 2007.

Au plus bas dans les sondages et confronté à une majorité frondeuse depuis l'échec des élections régionales en mars, le président de la République se livre ce mardi à un exercice de communication inhabituel, à quelques jours du troisième anniversaire de son élection. Il livre en effet, à destination des élus et des relais d'opinion, un document d'une soixantaine de pages, distribué à quelques milliers d'exemplaires par l'Elysée et revenant longuement sur trois ans de politique présidentielle, chiffres à l'appui.

"L'heure n'est pas au bilan", peut-on cependant lire dans l'introduction du document intitulé "Trois ans d'action". Ce n'est qu'au terme du quinquennat qu'un "bilan complet pourra être tiré"."Il reste encore près de deux ans de travail au gouvernement et à la majorité pour tenir les engagements pris en 2007."

Priorités bouleversées par la crise

Nicolas Sarkozy invoque la crise financière et économique pour expliquer le bouleversement de ses priorités par rapport à son programme initial, mais maintient qu'il n'a renoncé à aucun engagement.

Les priorités du projet initial de Nicolas Sarkozy étaient "restaurer l'autorité, réhabiliter le travail et replacer la justice au coeur du modèle français", rappelle le document. Suite à la récession initiée au second semestre 2008, "la priorité a été donnée à la lutte contre la crise et à la limitation de ses effets les plus néfastes". Sortir le pays de la crise demeure aujourd'hui "la priorité absolue" du chef de l'Etat, ainsi que l'emploi, insiste le texte.

Nicolas Sarkozy fait ainsi valoir que le pouvoir d'achat des Français a progressé de 2,1% en 2009 malgré la crise, et que l'Etat a consacré l'an passé plus de 13 milliards d'euros aux politiques d'emploi et maintenu ce niveau pour 2010.

Le président s'engage dans le même temps à poursuivre les efforts de réduction des déficits publics, notamment en ramenant en 2012 le nombre de fonctionnaires de l'Etat à ce qu'il était au début des années 1990, après l'avoir réduit de 100.000 entre 2007 et 2010.

Le document pointe également les efforts du chef de l'Etat pour "imposer une régulation plus ambitieuse du capitalisme", par l'encadrement des bonus des tradeurs, une lutte renforcée contre les paradis fiscaux, etc.

Enfin, Nicolas Sarkozy promet à nouveau de placer la justice au coeur de son action : en réhabilitant le travail, en garantissant une "véritable sécurité professionnelle à chacun", en réduisant "les prélèvements qui pèsent sur les classes moyennes", en investissant dans la santé et enfin, en rendant "plus équitable le système de retraite". "Une retraite sur 10 n'est déjà plus financée et si nous ne faisons rien, ce sera une sur six en 2030", rappelle le document alors que les discussions bilatérales sur la future réforme poursuivent actuellement leur cours.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/05/2010 à 15:43 :
oh! le fan club de sarko au complet !
a écrit le 05/05/2010 à 9:55 :
Nous avons de la chance d'avoir un président qui agit. Il est tellement facile de tout reprocher aux politiques et de ne voir qui ce qui nous manque sans regarder ce que l'on possede. Je pense aussi que la crise a modifié les prioriétés du gouvernement mais la France avance, avec ou sans les scptiques professionnels.
a écrit le 05/05/2010 à 7:59 :
Il est facile de critiquer sans tenir compte des rapports de cause à effet. Aucun outsider de Sarkozy en 2007 n'aurait obtenu un meilleur bilan après 3 ans de mandat vécu au travers d'une crise financière inattendue. Un mandat ramené de 7 ans à 5 ans ne laisse que 2 ans pour faire les réformes annoncées, alors qu'il faudrait 10 ans pour les mener à bien, et cela sans la crise que traverse l'Europe. Les 3 premières années sont indispensables pour mettre à plat les erreurs antérieures, ayant amené le FN au second tour. Il reste à ce jour 2 ans au Président Sarkozy pour continuer sans tergiverser les réformes pour lesquelles il a été élu. C'est peu, en particulier si chacun lui met des bâtons dans les roues comme c'est actuellement le cas, y compris parmi les ténors de sa majorité qui pensent déjà à prendre la place en 2012. Ne lui enfonçons pas la tête sous l'eau en profitant lâchement de ses difficultés à maintenir le cap au milieu d'une crise qui a fait redistribuer les cartes de manière radicale. Il aura besoin d'un second mandat pour finir ce qu'il a promis de faire en 2007, et changer de politique nous ramènerait au statu quo ante.
a écrit le 05/05/2010 à 7:50 :
Monsieur Sarkozy qui est de profession initiale un avocat d'affaires traite les affaires politiques et économiquesnqui se présentent au cas par cas. Pas mal du tout: la crise a été moins douloureuse en France que dans d'autres pays européens. Et divers indices sont à l'optimisme.
Mais le peuple ne ressent pas en lui une perspective profonde d'homme d'Etat au delà de l'immédiat. Helas, les attitudes bllng-bling du début du quinquennat ne s'effacent pas.
a écrit le 05/05/2010 à 7:21 :
La France va dans le mur et au moins Sarko essaie de faire bouger les choses..il devrait mieux communiquer sur les mesures du rapport Attali que le Gouvernement essaie de mettre en oeuvre.

Y'en a marre des raleurs qui ne veulent pas que ca change et demande à l'Etat et à ceux qui paie l'impot sur le revenu (50% max des foyers) de payer encore plus de dépenses inconsidérées !!! Si on ne fait rien (comme Jospin le docteur Morphine) comme réformes de fond, le syndrome grec nous menace...

Comment peut-on argumenter de bonne foi qu'il faut maintenir la retraite à 60 ans alors que l'espérance de vie n'arrête pas d'augmenter (1 an tous les 4 ans)...arrêtons les chimères et développons les cours d'économie afin d'ouvrir les yeux aux plus grand nombre !
a écrit le 05/05/2010 à 7:17 :
Imaginez la gauche au pouvoir, à la place de Sarkosy!!!!
Ou en serions nous?
A la place de la Grèce peut être.
Le nombre de fonctionnaires aurait encore augmenté, les vannes de la dépense publique seraient grand ouvertes et la course vers l'abime accélérée.
a écrit le 05/05/2010 à 6:51 :
Vu le niveau des commentaires ci dessous, je ne m'étonne plus du fait que les citoyens soient pris pour des imbéciles...
a écrit le 04/05/2010 à 22:13 :
tellement facile de critiquer....
a écrit le 04/05/2010 à 15:44 :
Curieux plaidoyer, ou curieux sarko?
a écrit le 04/05/2010 à 15:20 :
Pourquoi parler de crise pour justifier l'incompétence et la démagogie, NS a été élu en France, donc il savait très bien que ça fonctionnerait pas ,Le futur dirigeant de ce pays aura la tache beaucoup plus facile , le réaménagement imposé par les marchés sera en bonne voie. La Grèce est une excellent incubation pour jauger la résistance à la dilletante. Entre NS m'oblige à perdre mon temps sur autoroute Française donc je me fais un plaisir de faire travailler des entrepreneurs Allemand c'est une manière et un plaisir de participer au déficit commercial Français.
a écrit le 04/05/2010 à 14:55 :
De pire en pire.. plus c'est gros, plus ça devrait passer, n'est-ce pas Monsieur Sarkozy !! Le problème, cher Grand Bonimenteur élyséen, c'est que les Français ne vous croient plus ! Le décalage entre ce que vous présentez honteusement comme étant la réalité et ce que vivent vraiment au jour le jour chacun d'entre nous (à part quelques privilégiés, en particulier tous vos amis, si soigneusement choyés et placés aux postes clé de l'enfumage présidentiel) devient de plus en pus démesuré, au fur et à mesure que se déroule votre règne. Cela en deviendrait presque risible si sous ce beau discours fallacieux ne se cachait pas la souffrance grandissante de tout notre beau pays !!
a écrit le 04/05/2010 à 14:08 :
Le salaire des fonctionnaires à grimpé tout comme le mien étant retraité. Ce que dit Sarkozy est vrai ,la crise à tout bouleversé.Ce que je retient de positif c'est sa volonté malgré les événements d'aller de l'avant. J'en connait ceux du passé qui ont reculé pour moins que cela ,bottant en touche sur les dossiers chauds.
a écrit le 04/05/2010 à 13:46 :
Grâce à Monsieur Sarkozi, les jeunes qui squattaient jour et nuit le hall de mon immeuble sont passés de 5 en moyenne, à 15. Beau progrès. Vivement un second quinquennat.
a écrit le 04/05/2010 à 13:46 :
il est courageux
a écrit le 04/05/2010 à 12:49 :
Qui peut-encore être convaincu par un tel message ?
Aujourd'hui même le gouvernement vient de reculer deux fois.
Pa la voix de Mr. Ollier sur le retrait de sages restrictions concernant l'implantation des éoliennes.
Par la voix de Mr. Woerth qui indique qu'on ne reportera pas l'âge légal et funeste de 60 ans de départ à la retraite.

Qui donc peut encore croire à une politique de Gribouille ?
a écrit le 04/05/2010 à 12:46 :
toujours des chiffres qui cachent la réalité... quel français a gagné 2,1% en pouvoir d'achat ? Il faudrait nous donner plus de détail ! en ce qui me concerne comme beaucoup de français mon pouvoir d'achat n'a fait que baissé depuis ces 10 dernières années et depuis 2007 mon revenu salarial annuel est en baisse alors que je travaille à temps complet dans des conditions plus dures.... Avec les chiffres on peut tout dire : moyenne de quels salaires ? de ceux et celles qui ont une des augmentations individuelles ???

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :