Eric Woerth s'explique sur la réforme des retraites au micro de LCI

 |   |  2276  mots
Dans l'entretien qu'il a accordé à Christophe Barbier sur LCI, le ministre du Travail, Eric Woerth est entré un peu plus dans le détail de la réforme sur les retraites. Il y évoque notamment le cas des régimes spéciaux. Il assure que la réforme de 2007 ira à son terme.

CHRISTOPHE BARBIER : Eric WOERTH, bonjour.

ERIC WOERTH  : Bonjour.

(coupure son) ? légal de départ en retraite ?


Mais je l?avais dit, comme le président de la République d?ailleurs, à plusieurs reprise, qu?il fallait travailler plus longtemps. Votre vie professionnelle, elle va être plus longue parce que vous vivez, tout simplement, plus longtemps. Donc, c'est une option?


Oui, le départ réel, mais le départ légal, on pouvait ne pas y toucher.


C'est une option logique du gouvernement, c'est tout-à-fait logique que le gouvernement suive cette option. On va repousser l?âge légal. On verra dans quelles conditions, on verra quel nouvel âge adopter, tout ça c'est encore soumis évidemment à discussions et aucune décision n?est prise, mais c'est logique, dans tous les pays on l?a fait. Vous avez une vie professionnelle, vous avez une vie tout court, votre vie tout court elle augmente et il est logique que votre vie professionnelle, à un moment donné, elle augmente, et c'est? Je n?a pas vu, d?ailleurs, dans les propositions qui ont été faites, on a beaucoup discuté, beaucoup concerté, je n?ai pas vu de propositions convaincantes, alternatives à celle-là, en termes tout simplement de soutenabilité de notre régime par répartition, on doit le faire.


Si c?était aussi évident, aussi logique, pourquoi l?avoir caché pendant des semaines ? Est-ce que ce n?était pas une concertation bidon pour éviter la colère sociale ?

Oui, j?ai entendu ça. Non non, je veux dire, j?ai d?abord une concertation très approfondie et puis deuxième point, on n?a rien caché du tout. Dans le document d?orientation qu?a fait le gouvernement il y a une semaine, une semaine, dix jours, il est clairement indiqué qu?il y a deux options sur la table : l?option de l?augmentation de l?âge légal et l?augmentation de la durée des cotisations. C'est donc très clair que le gouvernement a fait un certain nombre de choix. Que la question après, la vraie question après, c'est quel est l?âge, comment tout ça se construit, comment articuler ça avec la durée de cotisations, tout cela reste totalement indéterminé.

Est-ce que ce sera dès 2011, quel que soit l?âge, 61, 62 ?

Oui, bien sûr. Enfin, la réforme, c'est en 2011, la réforme c'est à partir de 2011, il y a urgence. Notre système de retraite il n'est pas financé, les Français doivent le savoir, il n'est pas financé. La crise est passée par là, elle fait gagner, si je puis dire, 20 ans, 20 ans d?avance sur les déficits, il faut répondre à cela, c?est notre responsabilité d?hommes et de femmes d?Etat. Le président de la République s?est complètement engagé pour cela, 20 ans d?avance, ce n?était pas le cas il y a deux ans, donc il faut absolument répondre et il faut soutenir, garantir nos régimes de retraite.

62 ans est un minimum, 65 ans en 2030 est possible, c'est l?UMP qui dit cela, Arnaud ROBINET, secrétaire national chargé des retraites?

Ce n'est pas l?UMP qui dit ça?

C'est lui.

C'est Arnaud ROBINET

Ah, c'est quand même le spécialiste. Est-ce que c'est votre ligne ?

Non non, ce n'est pas notre? Moi, je ne veux pas rentrer dans un débat sur l?âge, il y aura des décisions le moment venu.

C?est trop, ça, 62, 65 ?

Je ne rentre pas du tout là-dessus. Ce que je veux dire, c'est que tout cela est progressif, quelles que soient les décisions, c'est progressif, et ce matin, Martine AUBRY, dans une autre radio?

Sur RTL.

A menti, enfin elle?

Elle dit : « Ceux qui ont 58 ans, eh bien ils vont rempiler ».


Elle a menti aux Français, enfin, je veux dire, elle le fait sur les recettes, elle le fait sur un pseudo projet qui ne répond pas au problème des retraites. Toute réforme des retraites, toute réforme des retraites est progressive. Vous prenez un trimestre, etc., enfin, tout cela peut être très construit, très progressivement?

Ça sera votre méthode : un trimestre de plus par an à partir de 2011.

On verra combien, mais c'est très progressif, ce que je veux dire c'est que vous ne passez pas du blanc au noir ; vous passez au blanc, puis vous mettez au fur et à mesure les choses se renforcent, vous changez la couleur au fur et à mesure du temps, très progressivement, vous passes très progressivement aux choses. Quelqu?un qui a 58 ans ou quelqu?un qui a 59 ans aujourd'hui, il voit quasiment pas la différence, c'est fait au fur et à mesure du temps, génération par génération. La réforme de monsieur BALLADUR elle a mis 15 ans pour s?appliquer. 93, elle a été appliquée définitivement, les 25 meilleures années dans le secteur privé, en 2008. Donc tout ça est très progressif. Moi, je veux rassurer les Français là-dessus, il y a bien un?il y aura bien progressivité de la réforme, oui on va sauvegarder et garantir notre système par répartition, et oui on va prendre en compte les carrières longues, les gens qui ont commencé à travailler de bonne heure. Je l?ai dit, dès le début.

Ils pourront continuer à partir à 60 ans, s?ils ont commencé à travailler à 18 ans ?

Nous verrons quelles seront les conditions, mais on va bien continuer à prendre en compte le fait que l?on ait commencé plus tôt à travailler. D?ailleurs, nous l?avons fait en 2003, la réforme de 2003, de François FILLON, elle a fait en sorte que l?on prenne en compte les carrières longues, le parti socialiste n?a pas voté pour. Quand je vois madame AUBRY se pavaner, en réalité, pour dire : « Il faut faire attention, les gens qui ont commencé tôt », elle a voté contre, elle a voté contre en 2003, donc nous on est tout-à-fait cohérents, la réforme de 2003 elle s?applique et la réforme de 2003 c?était aussi les carrières longues, il n?y a pas que ça, mais il y avait des carrières longues, et dans la réforme de 2010, nous allons bien sûr prendre en compte les carrières longues et la pénibilité, l?usure au travail. Nous l?avons mis sur la table tout de suite et on va le faire.

Si vous attendez pour donner les détails de cette progressivité, c'est peut-être parce que vous craignez la colère sociale, vous modulerez en fonction de la mobilisation de la rue, dès demain.

Moi, je ne crains rien. La seule chose que je craigne, c'est pas de répondre à la question posée et la question posée, et celle à quoi le président de la République m?engage à répondre et à lui faire des propositions, comme au Premier ministre, c'est sauvegarder le système de retraite par répartition, c'est le patrimoine social des Français, c'est la garantie pour les jeunes d?avoir une retraite solidaire, une retraité généreuse, une retraite par répartition, avec la solidarité entre les générations. C'est ça l?essentiel, il n?y a pas d?autres sujet et je pense que les Français sont en train de le comprendre, d?ailleurs, au fur et à mesure des sondages, ou voit?

Ils se résignent.

Non, je ne crois pas, enfin, je, enfin, vous voyez, se résigner, il faut regarder la vie en face, sinon on passe à côté de la vie. La vie est merveilleuse parce qu?on vit plus longtemps. Et on fait comme tous les autres pays, quand on vit plus longtemps, à un moment donné, on travaille plus longtemps.

Confirmez-vous que les cheminots seront épargnés par cette réforme, comme l?affirme une note interne de la SNCF ?

Je n?ai pas vu cette note interne. Ce que nous disons dans le document d?orientation, c'est que nous respecterons à la lettre les engagements qui ont été pris en 2007.

Pour les régimes spéciaux, ils sont tranquilles jusqu?en 2018.

La peinture, elle est à peine fraiche. C'est le même gouvernement, c'est les mêmes partenaires sociaux, c'est les mêmes entreprises?

Mais la crise est arrivée depuis, pour eux aussi.

Donc les régimes spéciaux ont été réformés, et considérablement réformés, donc ça veut dire qu?ils convergent aujourd'hui vers la Fonction publique, donc évidemment, les critères de la réforme s?appliqueront, mais ils s?appliqueront dans le respect du calendrier et dans le respect du calendrier des régimes spéciaux, voilà, tout simplement.

Pour les fonctionnaires, justement, est-ce que leur cotisation retraite s?alignera sur celle du privé ?

Mais, il y aura des mesures de convergence entre le privé et le public, il y en a eu en 2003, les socialistes s?y sont d?ailleurs tout-à-fait opposés, nous allons continuer à en avoir. On est en train de discuter avec les fédérations de fonctionnaires. Hier, Georges TRON les recevait, on est en train d?en discuter, il y a plusieurs solutions et plusieurs pistes. Quand il est normal de considérer que l?on est fonctionnaire, ce n'est pas la même chose que d?être salarié du privé, il y a donc des règles qui sont différentes, de rémunération, d?entrée dans la carrière, on en tient compte au moment de la retraite et donc il est logique qu?il n?y ait pas tout-à-fait le même système, parce que ce n'est pas le même métier, ce n'est pas la même chose. Quand on n?arrive pas à expliquer les différences, c'est là-dessus évidemment que l'on doit faire des réformes, qu?on doit faire bouger les choses.

Une mère qui a eu au moins trois enfants, dans la Fonction publique, après 15 ans de service, elle peut partir à la retraite.

Ce n'est pas le cas dans le privé aujourd'hui, c'est une règle historique, il faut qu?on regarde les choses?

Il faut la changer.

Non, je ne dis pas ça comme ça, je pense qu?il ne faut pas être trop brutal. Je pense que c'est trop facile de stigmatiser aujourd'hui les fonctionnaires, en disant : « regardez, ils ont plein d?avantages alors que moi j?en ai pas ». Nous allons regarder, nous sommes en train de le faire, évidemment, de façon très détaillée, d?où viennent toutes ces mesures, quelle est leur histoire, comment elles s?appliquent à la Fonction publique d?aujourd'hui et lorsqu?on considèrera que ce n'est pas juste entre le privé et le public, parce qu?au fond ils sont dans la même situation mais pas traités de la même manière, alors nous changerons les choses, mais quand nous considèrerons qu?ils ne sont pas traités de la même manière parce que c'est juste qu?ils ne le soient pas, parce que ce n'est pas les mêmes métiers, eh bien on conservera les différences.

A quoi ressemblera la taxe promise sur les hauts revenus ? Ça commence où les hauts revenus ?

Ecoutez, on va le fixer. Tout ce que l?on a dit c'est qu?il faut des ressources supplémentaires et ce n'est pas le c?ur du dispositif, c'est d?abord la démographie, parce que le régime par répartition, c'est de la démographie, il y a que Martine AUBRY qui veut pas le voir et qui essaie de l?éviter, mais nous aurons des recettes supplémentaires, donc soit sur les? enfin, les hauts revenus, les revenus du capital, nous verrons comment fixer tout cela, mais on a encore un mois. Moi j?ai indiqué que nous annoncerons la réforme d?ici le 15 ou 20 juin, c'est un délai qu?on s'est?

Comme ça les syndicats tiennent leurs congrès tranquillement.

C'est un délai qu?on s?est fixé dès le mois d?avril ou dès le mois de mars, c'est un délai normal pour discuter et pour concerter. Il n?y a jamais eu autant de concertation sur une réforme, je tiens à le dire, et je tiens notamment à le dire à ceux qui considèrent qu?il n?y a pas de concertation, parce que ceux qui considèrent qu?il n?y a pas de concertation, c'est parce que leurs idées ne sont pas retenues, mais souvent il n?y a pas d?idée, je veux dire, le Parti socialiste, il n?y a pas d?idée, c'est juste des?

15 % d?impôts supplémentaires sur les banques !

C'est des idées d?impôts, c'est des idées d?impôt, elle se trompe d?un zéro, le Parti socialiste a même été incapable de calculer le montant de l?impôt sur les sociétés, mais je ne vais pas revenir là-dessus, mais c'est faux.

Vous ferez payer les retraités, par exemple ?

Non, bien sûr que non.

Qui ont bien sûr des retraites confortables.

Non, le Parti socialiste le propose, la machine à penser du Parti socialiste, Terra Nova, propose que l?on taxe les retraités. Nous disons : non, on ne doit pas taxer les retraités.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2010 à 6:22 :
ce qui m'inquiète, j'ai déjà 8 trimestres en trop à mes 60 ans je ne me vois pas en faire davantage quand je vois qu'il y a toujours des privilégiés et qui sont toujours en grève jamais satisfaits je vous le dis ras le bol !.....
a écrit le 28/05/2010 à 7:12 :
Taxons tout ce qui génère du chomage. A commencer par les machines.
On ne pourra pas régler le problème des retraites tant qu'on pensera que la seule façon de relancer les entreprises en difficultés est de supprimer des emplois.
A quoi bon le progrès si on ne peut pas en profiter.
A quoi bon l'automatisme si çà supprime des emplois qu'on n'arrive plus à compenser.
A quoi bon la délocalisation si çà supprime des emplois qu'on n'arrive plus à compenser.
A quoi bon la privatisation si çà supprime des emplois qu'on n'arrive plus à compenser.
A quoi bon l'acharnement des uns à supprimer des emplois lorsque l'acharnement des autres à créer des emplois n'arrive plus à compenser les emplois supprimés.
La réalité est que le travail se fait de plus en plus vite et qu'il faut de moins en moins de temps pour le faire et donc de moins en moins de personne.
On ne pourra donc pas augmenter le temps de travail sans entrainer une augmentation du chomage ou sans augmenter le travail inutile qui coûte tellement cher que personne ne veut plus le payer.
D'où la crise d'aujourd'hui.
a écrit le 27/05/2010 à 17:24 :
en fait on nous dévoile que l'augmentation des chômeurs crée le "trou" dans les caisses ! il suffirait d'une belle croissance pour que "tout change" ?? même avec une France qui vieillit : nous avons fait plus d'enfants que les allemands !,mais il semble "que nous devions copier sur eux" certains reprocheront à Mitterrand sa retraite à 60 ans , mais à l'époque voici bientôt 30 ans le chômage ne faisait pas tant de dégâts : il y avait beaucoup de cotisants ....
a écrit le 27/05/2010 à 17:24 :
eric woerth va t'il s'occupper des retraites dorées des hauts représentant de l'etat ,j'en doute car les petits copains seaient surement pas d'accord.Une petite devinette:
Qui, en France, peut obtenir sa retraite à 55 ans, même s'il n'a cotisé que quinze ans, et percevoir 4 778,66 euros brut (plus de 31 000 francs) par mois? Un député. Autre devinette: qui, après avoir quitté son poste, touche son traitement pendant six mois, à condition de ne pas avoir retrouvé un emploi? Un ministre de la République. Troisième devinette: qui, au terme de son mandat, a droit, à vie, à un garde du corps, une voiture, un bureau pour son secrétariat et 6 000 euros par mois brut? Le président de la République.
Alors remetons nous tous au travail pour recompenser nos élus.

a écrit le 27/05/2010 à 16:57 :
On ne touche pas aux retraites des régimes spéciaux car le gouvernement à trop peur d'un gros mouvement social.En ce qui concerne les métiers pénibles ,j'ai bien peur que vu le nombre de personnes en France atteintent de pénibilité dans leur emploie le gouvernement de sieur sarko met des barrieres pour des départs anticipés à mon avis les plus atteint de maladie pro pourront experer quelque chose.
N'oubliez pas 2012 c'est dans deux ans,experons que le prochain gouvernement remettra la retraite à 60 ans .
a écrit le 27/05/2010 à 12:39 :
aujourd'hui, la véritable anarque est de nous faire croire que les retraites sont basées sur un système de solidarité.
on va vite comprendre qu'il vaut mieux gérer sa retraite soi-même que de la faire gérer par les autres qui s'enrichissent sur votre dos.
il est étonnant que personne ne parle de la " bonne" gestion de nos retraites.
Serait-ce un sujet tabou????
a écrit le 27/05/2010 à 10:05 :
On ignore le nerf de la guerre : le montant de la retraite
Aujourd'hui retraité du privé , je sais ce qu'est la réforme Balladur et le calcul de la retraite sur les 25 meilleures années et non sur les 6 derniers mois. Ayant toujours cotisé au-delà du plafond , je devrais normalement avoir une retraite du régime général égale à 50% de ce plafond mais compte tenu que les revalorisations ne suivent pas l'évolution du plafond j'ai obtenu 44 % . Il y a là une tromperie, une arnaque, que les politiques de tout bord, que les syndicalistes et aussi les médias ne dénoncent pas.
Où est l'égalité...Pourquoi la retraite n'est pas proportionnelle à l'effort contributif consenti ? Pourquoi ne touche t-on pas à la SNCF à EDF qui sont à la charge du contribuable et ou du client.
Syndicalistes et politiques même combat. M. Thibault peut-il mettre sur la table tous ses avantages et comment le législateur peut-il décider pour les autres sans se mettre proprement en cause.
Tout cela aura une fin, espérons que ce ne sera pas dans des circonstances de haine et de rancune accumulée. Messieurs les Politiques et vous , les médias en êtes le ferment....
a écrit le 27/05/2010 à 9:50 :
après "Travailler plus pour gagner plus" le nouveau slogan pour la prochaine campagne électorale "Travailler plus longtemps pour avoir une meilleure retraite"
a écrit le 27/05/2010 à 8:39 :
Personne n'a rien compris, les allégations mises en avant par le gouvernement sur la démographie ne s'appliquent qu'au privé, mais la justice n'est pas la même dans le public : 550 000 actifs à EDG GDF et autres pour 1 100 000 retraités à la date d'aujourd'hui, soit un actif pour deux retraités !!!! et partant à la retraite avant 60 ans, le privé est loin de ces chiffres qui si je ne m'abuse seront ceux de 2030... dontc il y a urgence pour le privé mais aucune urgence pour le public qui est largement défendu par les syndicats. Au fait qui paie les régimes spéciaux : les régimes du privé et les impôts donc nous. MR WOERTH parlait d'une réforme juste ...... Et d'autre part il prétend que les régimes spéciaux ne seront pas modifiés jusqu'en 2018, conformément à l'engagement de 2007, mais pour le privé rien ne devait changer avant 2012, mais là il n'y a aucun problème pour ne pas respecter l'engagement.

a écrit le 27/05/2010 à 8:23 :
donnez du travail à tous. Plus personne ne veut des séniors et il y a des millions de jeunes sans emploi. Augmenter l'âge de la retraite est un faux problème, juste pour ne pas payer encore une fois et apauvrir les gens !
a écrit le 27/05/2010 à 8:18 :
C'est toujour la même chose, les fonctionnaires sont privilégiés, car les Syndicats sont plus virulents et que les jours de grêves ne viennent pas impacter leus salaires. Retraites du privé sur les 25 meilleures années (combien gagnions nous a cette époque!!!). Les retraites de nos gouvernants ne sont pas plafonnées, pas d'imposition sur les stocks options sur les ventes d'oeuvres d'arts. Et c'est toujours sur les mêmes que le couperet tombe!!!
On parle de l'emploi des séniors (qui sont mal considérés car dépassés, non motivés et sur payés) alors pourquoi n'embauche-t-on pas des jeunes?
a écrit le 27/05/2010 à 7:43 :
Il est dommage que le progrès technique qui a augmenté l'espérance de vie ne nous profite pas.
Pour un gouvernement qui suit une certaine logique, il devrait comprendre qu'il est difficile de faire accepter une augmentation du temps de travail lorsque le chomage augmente.
Le progrès technique nous permet de travailler beaucoup plus vite. La logique voudrait donc qu'on travaille moins longtemps.
Mais malheureusement le progrès technique n'est pas au service de l'homme mais plutôt l'inverse.
Comme quoi la logique des uns n'est pas forcément la logique des autres et on préfère dépenser beaucoup d'energie pour faire travailler plus logtemps ceux qui travaillent déjà que de dépenser de l'énergie pour mettre au travail ceux qui ne travaillent pas.
La logique des politiques est sans doute bien différente de celle des communs des mortels.
a écrit le 27/05/2010 à 7:20 :
Les français considèrent qu'au delà de 3560,00 ? par mois on est riche alors pas de retraite au-dessus de cette mensualité. Puis plus de régimes spéciaux pour les élus de la nation ministres et parlementaires notamment qui sont les derniers à bénéficier de ces régimes spéciaux ! Avant de faire payer ceux qui ont déjà payé ces réformes s'imposent prioritairement.
a écrit le 26/05/2010 à 19:13 :
ET RAS LA CASQUETTE: j'ai commence a travaille a 16 ans et je ne m'en plains pas, aujourd'hui j'ai 57 ans donc 41 ans de cotisation, merci mon dieu je suis en bonne sante, et je compte bien travaille si je le peut bien sur jusqu'a 65 ans.
JE NE SUIS PAS UN CAS SPECIALE JE SUIS VOMONTAIRE AVEC BEAUCOUP DE VOLONTE.je ne suis pas un nanti dans la fonction publique, je suis manuel, eh citoyens francais au lieu de raler sauver la france, sauver le systeme de retraite par repartition, pense a vos enfants et petits enfants.
nos parents et grands- parents ont penses a nous naguere. ne l'oublions pas.ALLONS TRAVAILLEURS DE LA PATRIEEEEEE.....
a écrit le 26/05/2010 à 18:36 :
Je suis fonctionnaire collectivité territoriale et je peux vous dire que plus des 3/4 des employés du public ont eux aussi des petites retraites, et ne perçoivent pas les 75% loin de là avec en plus les décotes pour les faire baisser. Il faut arrêter. Les retraites 3 enfants parlons-en, vu l'application de décotes le montant de la pension est dérisoire et les personnes doivent rester. Tous les fonctionnaires ne sont pas Directeur ou cadre, il y a plus de petits employés comme dans le privé. Au lieu de se diviser, il faudrait mieux s'allier. Diviser pour mieux régner ! Vous n'avez pas encore compris !
a écrit le 26/05/2010 à 18:14 :
Vu que les syndicats -soit disant représentatifs- ne s'occupent que de leurs petits protégés du secteur public, il n'y a pas quelqu'un, un autre syndicat, une association, un parti, qui pourrait s'occuper de défendre les salariés du privé ? de leur dire : 'dimanche prochain, tous les salariés du privé dans la rue pour l'égalité des retraites ! " Personne ne peut faire cela ??? Il n'y a que le pouvoir de nuisance qui marche dans notre pays... Qui pourrait organiser le pouvoir de nuisance des salariés du privé svp ?
a écrit le 26/05/2010 à 17:44 :
On se retrouvera aux éléctions en 2012 , quelle hypocrisie Mr Woerth , né en janvier 1952 , je suis doublement pénalisé , 41 ans de cotisations plus report age légal à 60.5 ans pour partir en retraite. Vous avez raison diviser c'est règner Privé / Régime Spéciaux. Quelle mascarade pour les accords 2007 des régimes spoéciaux , tous les 5 ans ils obtiennent 4 trimestres de cotisations gratuits !!!! Vous n'etes plus crédibles en payant les médias pour diffuser des sondages affirmant qu'une majorité de Français sont favorables aus solutions que vous allez mettre en oeuvre . Je suppose que vous donnerez les mêmes consignes à l'ARRCO et à l'AGIRC pour Décembre 2010 . Pour distraire les Français vous pouvez demander à Mr Besson de nous raconter une histoire sur les malheurs des Algériens à Sétif ...
a écrit le 26/05/2010 à 17:09 :
Je suis scandalisée. C'est tout à fait inadmissible que le public soit encore épargné jusqu'en 2018, ils vont donc continué à partir avant 60 ans pendant 8 ans, à cotiser moins et à des pensions à 80 % de leur dernier salaire. Qu'en on pense que le gouvernement parlait déquité et de justice, c'est toujours le privé qui paie et dès l'année prochaine. Les fonctionnaires ont sans doute une espérance de vie moindre. Pour ma part, j'aurai 60 ans en novembre 2011, j'ai 187 trimestres à la date d'aujourd'hui, élevé 3 enfants, sans avoir droit à quoique ce soit. Je suis au chomage sans espoir de retrouver du travail. Mes indemnités s'arrêtent en juin 2011 et donc je ne pourrais pas prendre ma retraite en décembre 2011 mais en mars 2012, sans avoir aucun revenu pendant 8 mois au lieu de 5. Merci Mr Woerth et Mr Sarkozy, je me souviendrais de votre conception de la justice
a écrit le 26/05/2010 à 16:30 :
T'as bien raison de bosser huit heures
Ton salaire c'est le salaire de la sueur
T'as bien raison de bosser huit heures
Ta retraite future sera à la hauteur

TRUST (accommodé à la sauce sarko)
a écrit le 26/05/2010 à 15:53 :

La crise , c'est pour tous ,

les réformes urgentes, c'est pour tous ! privé et REGIMES SPECIAUX !

Et attention aux générations de 1949 à 1952 , elles sont déjà suffisamment touchées, surtout pour ceux qui travaillent encore , pour faire les 161 à 164 timestres exigés et déjà votés
Quant aux 25 meilleures années , c'est la débandade, j'ai déjà envoyé , des copies de notifications qui montraient qu'avec les aides "données" par l'état , mais "payées par le régime général " , une personne qui a 79 trim touche d e la CNAV 990.EUROS NETS, par mois. et un autre qui en a 164 trimestres touche 1018 euros Nets. Difference ? , 28 euros .

Seule la complémentaire fera un peu de différence .. ! eT elle se paie très cher sur les fiches de paie !

Lamentable .....Alors que tout le monde travaille au moins le même nombre de trimestres pour avoir , à peu prêt , le même montant , en CNAV.
a écrit le 26/05/2010 à 15:48 :
punaise demandez a ceux qui font un boulot penble s ils ont envient de continuer au dela de 60 ans.cela m etonnerait fort.et c est encore les petits qui patissent comme d hab.
a écrit le 26/05/2010 à 15:36 :
Pourquoi ne pas s'attaquer aux privileges de tous ces gens qui nous gouverne et qui coute enormement 'd'argent à la societé à quand les vrais reformes
a écrit le 26/05/2010 à 14:30 :
WOERTH et AUBRY n'ont pas leur place au rang de DECIDEURS pour notre pauvre REPUBLIQUE BANANIERE.Ils sont des Politiques " d'ideologues " vivant sur une autre PLANETE mais ils n'ont pas compris qu'il fallait récuser tous les Grands Discours du passé Ils en sont à l'après Guerre avec la gouvernance de nos chers Syndicats sans aucune LOI ne peut etre prise , toujours sous menace de blocage de l'ECONOMIE du PAY ..qu'elle tristesse? ? ?
a écrit le 26/05/2010 à 13:25 :
c'est une honte de toujours faire payer les memes et encore et encore surproteger le public
où est la solidarite ?????
un peu de courage politique pour l'avenir de tous et arretons de nous aplatir devant des syndicats qui ne representent rien en France
a écrit le 26/05/2010 à 12:26 :
J'ai 59 ans, j'ai commencé à 15 ans, mais il me faut 171 trimestres cotisés et validés après la circulaire Bertrand de juillet 2008. Il m?en faudra 163, à priori, pour partir à 60 ans. Soit 8 trimestres de + que les autres. Ou est la Justice de Mr Woerth ? Alors que Mr Fillon s'était engagé en 2003 vis à vis de la CFDT de ne rien changer. C'était l'accord pour qu'ils signent. Fillon n'a pas tenu sa promesse. Je comprends pourquoi le PS n?a pas signé, ce changement est particulièrement injuste. Son cout : moins que les restaurateurs sur un an.
a écrit le 26/05/2010 à 11:11 :
Pourquoi parler de l'âge de départ avant d'avoir mis ces jeunes chômeurs au travail. Plus d'actifs = plus de cotisations. Pourquoi aussi ne pas plafonner le montant des retraites, quand vous voyez que certaines retraites sont plusieurs fois supérieures à un smic. 42 ans de travail avec le passé, certes certaines conditions de travail ont évoluées, mais n'étaient peut-être pas aussi "faciles" il y a 30 ans et plus.
a écrit le 26/05/2010 à 10:51 :
Le problème du financement des retraites ... c'est le CHÔMAGE !

Remettons au travail à temps plein avec un vrai salaire les 5 millions de chômeurs/RSAistes et les caisses de retraite (et secu) se rempliront natuellement.

http://www.nouvellegauche.fr/blog/2010/05/26/retraites-la-duree-de-vie-nest-pas-le-probleme/


a écrit le 26/05/2010 à 10:49 :
bonjour je suis en retraite depuis 2001 j ai travaille 21ans en faisant 40h semaine puis 19ans en faisant 39h semaine soit autotal 8648 heures en plus que les gens qui iront en retraite dans les annees a venir puisque ces gens font 35h semaine cela fait tout de meme 57 mois tout pres de 5ans personne ne parle de cela a bientot
a écrit le 26/05/2010 à 10:39 :
EW craint toujours de toucher aux fontionnaires et régimes spéciaux - auxquels il appartient - ; on s arrange donc avec THIBAUT sur le dos du privé.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :