Retraite : les nouvelles propositions de Sarkozy ne convainquent pas les syndicats

 |   |  441  mots
(Crédits : reuters)
Malgré les annonces présidentielles de ce mercredi matin sur la pénibilité et les carrières longues, la CFDT, Force Ouvrière et le parti socialiste demandent la refonte complète du projet de loi sur les retraites. Une nouvelle journée de manifestation pourrait être lancée.

Les nouvelles mesures concernant les retraites annoncées ce mercredi par Nicolas Sarkozy provoquent le mécontentement des syndicats, au lendemain d'une journée de mobilisation qui, rappellent-ils, a rassemblé de 1,1 à 2 millions de personnes.

"Les réponses apportées aujourd'hui par le président ressemblent à du bricolage" et "sont la conséquence du refus d'une vraie mise à plat du système et d'un débat de fond", a estimé la CFDT dans un communiqué.

Dès ce matin, avant les annonces présidentielles, le Premier secrétaire du parti socialiste, Martine Aubry, estimait qu'il fallait remettre à plat le projet gouvernemental et notamment modifier le financement des retraites. Ce dernier repose selon elle à 92% sur les salariés et les retraités, tandis que les hauts revenus et la finance sont totalement épargnés.

Ce matin également, le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly a déclaré sur France Info que les "avancées" prévues par le gouvernement étaient insuffisantes compte tenu de l'ampleur du mécontentement. "Encore un effort, M. le président, bougez plus. Il faut réécrire complètement le texte", a-t-il déclaré.

Nouvelles manifestations en perspective

Plusieurs économistes, sociologues connus ainsi que le secrétaire général de la CFDT François Chérèque demandent au final de différer la réforme des retraites jusqu'à la prochaine échéance nationale, la présidentielle de 2012, dans une tribune publiée dans Le Monde daté de jeudi. La réforme présentée par le gouvernement "ne garantit pas, à long terme, la pérennité de notre système par répartition", insistent-ils. "Après 2018, les déficits continueront à se creuser, alors que les ressources du Fonds de réserve des retraites [...] auront été mal utilisées", expliquent-ils.

Les nouvelles mesures annoncées ce matin sur la pénibilité et les carrières longues inquiètent également le patronat, pour des raisons différentes. Ces proposisions "aboutiront à ce que près de 20% des départs annuels en retraite bénéficient d'un régime dérogatoire", s'est ainsi ému la CGPME. "Il y a là un risque non négligeable sur le bénéfice financier attendu de cette réforme", a-t-elle estimé.

Les responsables des syndicats doivent se rencontrer ce mercredi pour décider probablement d'une nouvelle journée de grève et de manifestations avant la fin du mois, voire de plusieurs. La CFDT et FO ont mentionné le 15 septembre, jour prévu pour le vote du projet de loi à l'Assemblée nationale, en première lecture : un vote presque acquis puisque l'UMP y bénéficie d'une majorité écrasante.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :