Le nombre de mariages continue de reculer en France

 |   |  273  mots
Copyright Reuters
Depuis le pic observé en 2000, le nombre de mariages recule. En 2009, 245.151 unions ont été célébrées, soit 5,2% de moins qu'en 2008, selon l'Insee.

La robe blanche et la lune de miel ne feraient-elles plus rêver ? Ou l?impact de la crise a-t-il réduit à ce point les budgets des jeunes couples que se marier devient trop onéreux, voire passe pour un caprice ? Un peu des deux peut-être.

Selon l?Insee, 251.478 mariages ont été enregistrés en France en 2009, dont 245.151 en France métropolitaine.

Le nombre de mariages continue ainsi de diminuer depuis le pic de l'an 2000, où plus de 300 000 mariages avaient été célébrés. La baisse est relativement brutale en 2009 (-5,2%), soit 14.000 mariages de moins qu'en 2008. "C'est la baisse la plus importante depuis 10 ans. En France métropolitaine, le nombre de mariages est à son plus bas niveau depuis 1945", note l?Institut.

Dans le détail, l?Insee constate que la proportion de premiers mariages est stable depuis trois ans aussi bien pour les hommes que pour les femmes, marquant ainsi une pause dans son recul. "Ce recul s'est fait au profit des remariages ; en trente ans, en France métropolitaine, la proportion de remariages est passée de 12% à 21% pour les hommes et de 11% à 19% pour les femmes ,, observe l?Institut. Parmi les mariages enregistrés en 2009, 71% étaient célébrés entre deux célibataires, 9% entre un homme divorcé et une femme célibataire et 8% entre une femme divorcée et un homme célibataire.

Enfin, les mariages ont toujours lieu de plus en plus tard. En 2009, une femme se marie en moyenne pour la première fois à 30,7 ans et un homme à 32,8 ans. En huit ans, l'âge moyen au premier mariage a augmenté de deux années pour les deux conjoints.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2012 à 10:24 :
mariage c'est nul!!!!
a écrit le 02/12/2010 à 5:58 :
le mariage entraine la fusion des patrimoines, et le couple perd l'exo. de la 1ere tranche, puisqu'il n'y a pas comme en impot sur le revenu, de nb de part.(UN ABATTEMENT AU LIEU DE DEUX).
De plus, la somme des patrimoine fait grimper plus rapidement dans les taux imposes;
Puisque le systeme de L'ISF est sot,restez donc celibataire, vous gagnerez de l'argent,
a écrit le 30/11/2010 à 17:49 :
z'avez vu le cout pour divorcer!!!!
pas besoin de se marrier!!!
a écrit le 30/11/2010 à 14:25 :
Le Pacs est moins protecteur que le mariage car le partenaire pacsé n'est pas héritier.
a écrit le 30/11/2010 à 13:19 :
je m'étonne que ne soit pas fait référence au coup de rabot sur la niche fiscale des 3 déclarations l'année du mariage qui ne va sûrement pas améliorer les choses ??
a écrit le 29/11/2010 à 20:35 :
Quid du pacs ? Il était sensé ne jamais concurrencer le mariage mais se révèle beaucoup plus souple et financièrement plus intéressant.
Réponse de le 30/11/2010 à 11:54 :
faux à la longue!
après 18 ans de vie commune,après avoir pris moults renseignements et nombre de calcul, nous avons convolé en juste noce, ce 9 octobre dernier. Avec 2 enfants à charge, la maladie, quelques biens patrimoniaux, le bon vieux mariage , avec contrat, se trouve la formule la plus avantageuse pour se préserver des coups du sort, donc de voir l'avenir plus sereinement pour ceux qui restent.
a écrit le 29/11/2010 à 18:20 :
Et il est où le plan de relance des mariages ??? Pour concurrencer William et Rainier, on devrait organiser le mariage Bachelot-Sarko au début du printemps à Neuilly :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :