Les faillites sont moins nombreuses dans le secteur de la construction

 |   |  223  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon la Banque de France le nombre de défaillances d'entreprises dans le secteur de la construction "diminue pour la première fois depuis décembre 2006". Tous secteurs confondus, la baisse atteignait en septembre 2,6% en glissement annuel.

Selon la Banque de France ce jeudi, dans "l'ensemble des entreprises de la construction", le nombre de défaillances à fin septembre "diminue pour la première fois depuis décembre 2006". Ce secteur représente en moyenne le quart des défaillances d'entreprise.

L'Insee avait souligné fin octobre le dynamisme du secteur, en relevant que les créations d'entreprises y avaient augmenté de 27,8% en septembre.

Tous secteurs confondus, le nombre de défaillances d'entreprises diminue en France à fin septembre de 2,6% sur un an, pour atteindre, en cumulé sur douze mois, le nombre de 61.769.  Les premières données concernant octobre font état d'un recul plus important encore, de 3,3%.

Les grosses PME très touchées

L'institution note par ailleurs que le nombre de défaillances "n'augmente plus que dans quelques secteurs" : les transports, l'information-communication et le regroupement enseignement-santé-action sociale. Et qu'elles restent plus importantes pour les grosses PME que pour les microentreprises : les défaillances y augmentent à fin septembre (+0,9%), alors qu'elles diminuent dans les microentreprises (-0,9%).

Rien ne dit cependant que la tendance encourageante des chiffres de la Banque de France se confirme. Selon Euler Hermes Sfac, 2010 sera une année record en termes de faillites d'entreprises. L'assureur crédit estime qu'avec la fin progressive des mesures de relance, elles progresseront de 2% cette année pour atteindre les 65.900. Elles reculeraient ensuite de 5% en 2011.

 


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :