Xavier Bertrand promet aux victimes du Mediator une prise en charge "intégrale" par la Sécu

 |   |  563  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Le ministre de la Santé a promis ce vendredi dans une interview sur RTL que tous les Français qui ont pris du Mediator bénéficieront d'une pris en charge à 100% de leurs dépenses en cas de problèmes de santé. Il invite donc les personnes concernées à consulter un médecin.

Tous les patients qui ont pris du Mediator bénéficieront d'une prise en charge intégrale par l'assurance-maladie. C'est ce qu'a annoncé ce vendredi le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, qui, ce faisant, a répondu positivement à la demande insistante des associations de victimes.

"Ma priorité, c'est de renforcer notre système de prise en charge et de dire que pour tous ces patients qui ont pris du Mediator, il y a aura une prise en charge intégrale par l'assurance maladie et qu'il faut donc consulter", a déclaré Xavier Bertrand sur RTL.

Commercialisé par les laboratoires Servier de 1976 à novembre 2009, le Mediator a été utilisé par environ cinq millions de personnes avant d'être retiré du marché. Des voix se sont élevées pour dénoncer la lenteur des autorités à interdire cet antidiabétique utilisé comme coupe-faim malgré de nombreuses alertes.

Depuis le début du scandale, les révélations se succèdent. D'abord par le nombre des victimes qui pourrait s'élever selon certaines sources à 2.000 Français. Mais aussi par le chiffre d'affaires engrangé par les laboratoires Servier. Une note de l'Union nationale des organismes d'assurances maladies complémentaires (Unocam) montre ainsi que le Mediator a coûté 423 millions d'euros en dix ans à la Sécurité sociale et aux complémentaires santé, écrit ce vendredi Le Parisien.

Plusieurs anciens ministres de la Santé, de droite comme de gauche, se sont défendus d'avoir été informés des alertes lancées à partir de 1998, en particulier par l'Agence française du médicament, sur la dangerosité du Mediator.

Nicolas Sarkozy monte au créneau

L'Inspection générale des affaires sociales (Igas) doit rendre un rapport sur le Mediator à la mi-janvier et une mission parlementaire vient d'être créée. Le président Nicolas Sarkozy a réclamé mercredi en conseil des ministres la "transparence la plus totale" dans le traitement du dossier, affirmant que les éventuelles failles du système de santé seraient corrigées.

Charles Joseph-Oudin, avocat de plusieurs victimes, s'est félicité de voir que les plus hautes instances de l'Etat avaient pris la mesure de la catastrophe sanitaire. "Le président de la République, lui-même, qui est pourtant un ami de Jacques Servier, fondateur des laboratoires, a pris la mesure du scandale", a-t-il estimé.

Le député socialiste Gérard Bapt a estimé, pour sa part, que Nicolas Sarkozy devrait "peut-être opérer quelques ruptures" s'il souhaite vraiment la transparence en raison de ses liens avec le fondateur du laboratoire Servier, qui commercialisait le médicament. Cet élu entend suivre de près la gestion présidentielle de ce dossier car, insiste-t-il, "on connaît les liens entre M. Sarkozy et M. Servier, à qui il a remis récemment la grand-croix de la Légion d'honneur."

Gérard Bapt, qui dénonce de longue date la dangerosité du médicament, a souligné que l'avocat d'affaires que fut le chef de l'Etat avait eu pour client le fondateur du laboratoire qui commercialisait le Mediator avant son interdiction. Ce cabinet était cependant spécialisé dans le droit des sociétés et non dans les affaires pharmaceutiques, a-t-on souligné à l'Elysée.

Selon Le Monde.fr, Jacques Servier connaît le président de la République depuis 1983. Le siège de son laboratoire se trouve à Neuilly (Hauts-de-Seine), ville dont Nicolas Sarkozy fut le maire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/12/2010 à 11:49 :
ça n'est pas à la Sécu Sociale de payer ! _ _ _identifions les responsabilités , et que les responsables paient ! D'abord les prescripteurs qui se sont servi de ce médicament pour faire maigrir les bourgeoises alors qu eça n'érrait aps sa vocation officielle, puis les responsables de la mise sur le marché !
a écrit le 27/12/2010 à 10:36 :
Pour utiliser la rhétorique Sarkozyste: vous n'êtes pas sans savoir ..... ce que valent les promesses d'un "politique"
a écrit le 26/12/2010 à 12:37 :
Cette affaire débute car il est inconcevable que le ministère de la santé soit passé à côté des informations de retrait de ce médicament. Si le cas contraire s'avérait il faudrait supprimer ce ministère pour incompétence. D'ailleurs quelle est la compétence d'un ministre voilà la vraie question acr à part répéter dl'info insipide rien.
Les politiques seront-ils POUR UNE FOIS COURAGEUX et non comme l'affaire de KARACHI
a écrit le 25/12/2010 à 20:24 :
la casse se paye.Ce n' est pas a la caisse d'assurance maladie de payer les dégats causés par des laboratoires qui se sont enrichis pendant des années. Le MEDIATOR a été interdit depuis quelques années dans certains pays,DONC, IL CONNAISSAIT LE RISQUE.
a écrit le 25/12/2010 à 9:58 :
Attention aux promesses des hommes politiques qui bien sûr n'engagent que ceux qui les croient. Il eut été par ailleurs plus intelligent de prendre en temps et en heure les mesures nécessaires. Que dire désormais aux familles des disparus Mr Bertrand, qu'avez vous fait alors que vous étiez ministre de la santé, vos collègues Kouchner et Bachelot entre autres qu'ont ils fait eux aussi ? C'est bien beau de promettre des indemnisations via la sécu ce qui sera encore à la charge des français une fois de plus alors que vous auriez tout simplement du faire votre travail; vous vous exonérez un peu trop facilement dans cette affaire ou l'on va encore nous dire " responsables mais pas coupables " ????? Les Français en ont assez de ces hommes politiques comme vous qui ne sont justes bons qu'a percevoir les revenus confortables liés aux fonctions que vous avez décrochées on ne sait comment en tous cas pas grâce à vos compétences !
a écrit le 25/12/2010 à 9:20 :
Belle initiative a priori pour calmer un jeu de chaises sur lesquelles beaucoup de responsables doivent se dandiner. Ce qui serait encore plus direct et efficace, c'est que les sommes ainsi remboursées au titre de la prise en charge fassent l'objet, systématiquement, d'une saisie-arrêt conservatoire sur les comptes du laboratoire Servier : croyez-moi, les choses bougeraient vite, les muets parleraient, les responsables se justifieraient, les politiques déblatéreraient, les financiers argueraient, les médecins péroreraient, et le public ramènerait sa science d'inculte. Quoi qu'il en soit, le ver est dans le fruit, la notion d'autorité médicale indépendante est compromise, même si nous nous en doutions, les compétences se délitent au profit du pouvoir économique, la France est incapable de s'autogérer dans la neutralité, son pouvoir politique est encore amoindri, une seule solution : confier dans l'avenir les études et autorisations à un pouvoir extra-national.
a écrit le 25/12/2010 à 8:29 :
a quand la suppression des lobbys labos mais aussi leurs complices les médecins qui recoivent beaucoup de cadeaux de leur part.
a écrit le 24/12/2010 à 21:58 :
Ce qui intéresse surtout Bertrand c'est de trouver un coupable au PS pour s'exonérer de toute responsabilité :-)
a écrit le 24/12/2010 à 19:28 :
Pourquoi payer ce qui est a l'origine des laboratoires, cela déjà couter a la sécu et maintenant elle doit encore payer pour les auteurs des faits, drole de justice c'est toujours les nmême qui doivent payer les profiteurs peuvent aller la tête haute
Réponse de le 25/12/2010 à 16:24 :
@ demo: c'est la doctrine même du pseudo-capitalisme: j'encaisse les bénéfices et le contribuable s'appuie les pertes :-) Autrement dit "pile je gagne et face tu perds"
a écrit le 24/12/2010 à 17:23 :
Pourquoi la Sécu doit elle payée?
Aprés toutes les aneries que nos politiques font ( l an passé le vaccin - le sang contaminé - etc..) c'est toujours la Sécu qui trinque et on se plaind qu il y a un déficit monumental.
C est aux labos de payer avec effet retroactif et non les contribuables qui seront bien moins remboursés
a écrit le 24/12/2010 à 16:29 :
En 35 années d'entreprise il m'a toujours fallu justifier mes compétences, l'expérience, tant vantée dans le monde politique, ayant été reléguée aux oubliettes à chaque changement de poste mais la reconnaissance des compétence des ministres, qui passent d'un ministère à l'autre comme une lettre à la poste, me sidère.
a écrit le 24/12/2010 à 15:57 :
Encore une fois, le privé fait des conneries monumentales, s'en met plein les poches, et qui paie ? L'Etat ? Mais de qui se moque t'on ? Si une entreprise fait des dégâts, qu'elle paie elle même !!! Ce n'est pas aux contribuables de payer pour les erreurs des autres. Que chacun assume ses responsabilités. Les ministre n'ont aucune légitimité à détourner ainsi l'argent des contribuables vers les entreprises privées, ces détournements de fonds n'ont aucune justification. C'est une question d'aléa moral comme disent les économistes, et c'est un sujet extrèmement sérieux : il faut responsabiliser chacun pour que chacun évite de faire n'importe quoi, sinon le pays va à la catastrophe.
a écrit le 24/12/2010 à 15:39 :
sauf erruer de ma part, il me semblerait plus logique de se retourner sur servier!!! merci
Réponse de le 24/12/2010 à 23:52 :
Faut l'expliquer à Bertrand...!
Réponse de le 26/12/2010 à 8:35 :
Mr Servier ayant recu la legion d'honneur de Mr Sarkozy en 2009, se retourner contre les laboratoires Servier ne serait pas correct et tres impoli. Le contribuable epongera la dette, il faut veiller a ne pas froisser les amis du president.
Réponse de le 27/12/2010 à 14:27 :
tout a fait d accord avec vous! c est une honte ! et surtout quand je pense que l on m a prescris ce poison de 2007 a 2009! merci au médecin luxembourgeois et au laboratoire servier! la liste est encore longue;;;;;;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :