Recherche et universités : les régions les plus performantes en France

L'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur livre la première cartographie de la qualité des universités et des laboratoires en France.
Depuis 2007 les universités se sont rapproché des grandes écoles, des laboratoires mais aussi des entreprises.

"Ce n'est pas un palmarès." En présentant ce mardi la première cartographie de la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche en France, le président de l'Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur (Aeres), Jean-François Dhainaut, a tenu à éviter toute vélléité intempestive de classement sachant que certains établissements évalués en 2007 "ont progressé depuis" et que l'Aeres a de son côté "amélioré sa méthodologie". La compilation par l'Aeres de toutes ses évaluations d'unités de recherche, de formations et d'établissements réalisées en quatre "vagues" depuis 2007 offre plutôt une photographie des forces et faiblesses régionales.

Pour autant, l'étude se veut être un "outil de travail et d'aide à la décision" pour le ministère, les étudiants et les entreprises mais aussi un "outil d'émulation" pour les établissements eux-mêmes "qui peuvent se comparer et/ou établir des liens". Pas de classement donc mais d'aucuns auront vite fait d'utiliser à leur façon ces résultats et de sélectionner à des fins diverses les structures d'excellence, celles notées "A+".

Masse critique

En l'espèce, ceux-ci illustrent "la naissance d'une réelle dynamique des acteurs entre eux", via les pôles de recherche et d'enseignement supérieur, mais aussi avec les entreprises. C'est le cas à Lyon, Toulouse, Nancy (universités-écoles) ; Grenoble, Montpelllier, Caen, Orléans (universités-laboratoires) ; en Ile-de-France, à Lille, Nantes et Montpellier (universités-CHU). Autre enseignement : "le boom des grandes métropoles engendré par la préparation aux différents appels d'offre" (opération campus, grand emprunt...). L'Ile-de-France, Rhône-Alpes , Midi-Pyrénées, Paca, Languedoc-Roussillon, Aquitaine et Alsace dépassent, parfois largement, les 500 chercheurs dans des unités A+, seuil en-deça duquel la "masse critique" n'est pas atteinte, selon l'Aeres.

Dans ce contexte, les académies hors grandes métropoles, n'ont qu'une alternative pour "lutter à armes égales" : les rapprochements et la mutualisation en capitalisant sur leurs unités de pointe, telle la chimie des solides à Amiens, l'accoustique au Mans, l'immunologie et la transplantation à Nantes, l'agronomie à Rennes, Angers ou Clermont ou l'archéologie à Tours et Poitiers... Jean-François Dhainaut préconise d'ailleurs des collaborations à large spectre. Ainsi les pôles Bretagne (4 universités) ou Pays de Loire (Nantes, Angers, Le Mans) sont incapables de rivaliser seuls mais leur projet de rapprochement  "va augmenter le potentiel de recherche à 750 chercheurs dans des unités A+".

"Satellites"

Reste la situation plus délicate des universités "satellites" de grandes métropoles (La Rochelle, Dunkerque, Pau, Perpignan, Avignon, Vannes, Toulon, Mulhouse, Corte...), dont la mission de proximité privilégie la formation aux dépens de la recherches. Si certaines ont su tirer parti de leurs partenariats (telle l'université de Savoie en physique des particules grâce à Grenoble), la question se pose de la place à leur donner. A fortiori à l'issue des sélections des appels à projet du grand emprunt (pour lesquelles les jurys s'aideront du rapport de l'Aeres) qui font craindre à certaines universités de se voir reléguer au rôle de "collège" de premier cycle (licence), étant établi par l'Aeres "qu'il n'y a pas de bon master sans excellentes unités de recherche" et vice versa.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.