Travail le dimanche : la réforme de 2009 a fait chou blanc

 |  | 357 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
En dépit des assouplissements adoptés en 2009, la part des salariés travaillant le dimanche est restée stable.

Beaucoup de bruit pour rien ? En 2009, la polémique avait fait rage lors de l'examen de la loi Mallié, visant à assouplir le travail du dimanche. Entre droite et gauche, mais aussi au sein de la majorité parlementaire. Or, la nouvelle législation semble avoir eu un effet nul ou quasi-nul, selon des données publiées par le ministère du Travail.

Entre 2008 et 2009, la proportion de salariés ayant travaillé "habituellement" ou "occasionnellement" le dimanche est restée stable. Avant la réforme, 12,1% des salariés étaient dans le premier cas, soit 2,8 millions de personnes. En 2009, le travail dominical régulier concernait 12,2% d'entre eux, soit 2,7 millions de personnes.

Ces données viennent conforter l'exécutif qui, en 2009, s'était défendu de vouloir généraliser le travail dominical à travers la loi Mallié. De fait, celle-ci avait surtout pour objectif de légaliser des ouvertures "hors-la-loi" dans des zones commerciales, comme Plan de Campagne, à proximité de Marseille. Sous réserve de contrepartie salariale, le travail dominical a donc été autorisé dans des périmètres d'usage de consommation exceptionnel ("Puce") situés dans les agglomérations de Paris, Lille et Marseille. La loi prévoyait aussi l'extension de l'ouverture dominicale à tous les types de commerce - et non simplement ceux liés au tourisme ou aux loisirs - situés dans les zones "touristiques", "thermales" ou "d'animation culturelle permanente". Mais cette fois, sans majoration de salaire.

Dérives

Mais s'il n'y a pas eu de généralisation du travail du dimanche, les "dérives" pointées à l'époque par les organisations syndicales n'ont pas non plus été enrayées. Les données du ministère du Travail montrent, en effet, que les salariés qui travaillent régulièrement le dimanche sont aussi ceux qui ont le plus fréquemment des horaires variables ou atypiques, avec des plages de travail en soirée et le samedi. Parmi eux, une large majorité de femmes exerçant une profession de santé ou travaillant dans le commerce de détail, l'hôtellerie-restauration ou le spectacle. Autant de situations qui ne facilitent pas toujours l'application du principe du volontariat...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/02/2011 à 9:13 :
Le travail du dimanche est une façon habile de détricoter un peu plus, une société aux racines chrétiennes. Quant aux effets sur le chômage c'est une blague. Une vie ne se résume pas à des achats compulsifs dans des superettes ou des super marchés avec sa famille un dimanche après-midi. Il y a mieux à faire ou alors c'est qu'on est en panne d'imagination grave.
a écrit le 05/02/2011 à 15:26 :
Il faut en finir avec ces lois d'origine religieuse qui empêchent les gens de travailler. Il y a des millions de chômeurs en France mais on trouve logique d'interdire de pratiquer certaines activités un jour donné.
Réponse de le 06/02/2011 à 19:08 :
@ Adam: Oui, même qu'on devrait aussi faire travailler les enfants après le retour de l'école chez MacDo. Cela économiserait aux parents la garderie !!!
a écrit le 05/02/2011 à 11:07 :
C'est avant tout l'échec des ministres aux idées farfelues, fantaisistes, rappelez vous bien ces illuminés qui se sont embarqués dans une erreur magistrale, les Novelli, Bertrand, Chatel, qui se sont vautrés devant les caméras de télévision, pour communiquer sur cette idée saugrenue du travail le dimanche. Nos ministres n'ont jamais compris que les français ne peuvent pas dépenser leur argent 2 fois, et encore moins quand ils n'ont pas de travail, ou quand ils sont payés avec des cacaouettes. Et ne comptons pas sur l'équipe actuelle pour revenir sur une erreur monumentale du travail du dimanche ... les parlementaires eux se sont fait "trimballés" comme des moutons de panurge ...
a écrit le 04/02/2011 à 17:20 :
l'ouverture des magasins le dimanche notamment grandes surface c'est nul on casse les familles demandez donc aux gens de la secu des prefectures des mairies etc de bosser le dimanche ils vont vous prendre pour un debile c'est bob pour les autres mais pas pour eux et les retaites qui courent faire les courses le dimanche honteux!! allez donc en allemagne vous avez interet a faire vos provisions la semaine sinon le dimanche vous sucerez des cailloux ,il y a 50 ans tout etait ferme et on est pas mort de faim et on trouvait le moyen de se vetir etc tout n'est qu'une question d'organisation!!!!!
Réponse de le 05/02/2011 à 7:11 :
J'adhère à votre remarque/dénonciation des retraités qui courent faire leur courses le dimanche.Je suis retraité mais je trouve comme vous cela débile.
Et même si les retraités faisaient leurs courses en dehors du samedi on pourrait mieux circuler et se garer.
Réponse de le 06/02/2011 à 19:10 :
@ tralala: les cailloux, ça coûte moins cher et ça fond moins vite dans la bouche. Très bonne idée pour les économies d'échelle donc :-)
a écrit le 04/02/2011 à 11:40 :
Une réforme du gouvernement qui fait chou blanc ? C'est un pléonasme. Surtout dans tout ce qui touche à l'économie.
Vivement qu'un vrai libéral non clientéliste prenne les rênes de notre pays, qui sombre de plus en plus dans la faillite.
Réponse de le 04/02/2011 à 17:50 :
Vous avez raison, pour nous foutre un peu plus dans la m....il faut des liberaux (des ultra à la madelin) au pouvoir. Jusqu'au chaos final.
Réponse de le 05/02/2011 à 19:48 :
Justement pas tendance Madelin, et pas des libraux financiers ou des neo-conservateurs. On peut voir aux US les ravages de leurs idés.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :